Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » OBJET-ECOLO » Quand le soleil rend l’eau potable
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Quand le soleil rend l’eau potable

Copyright Gabriele Diamanti

Copyright Gabriele Diamanti

Gabriele Diamanti. Voilà un nom qui ne vous dit probablement rien. Pourtant, ce designer italien a mis au point un objet qui pourrait bien sauver la vie de millions de gens partout sur le globe. Le nom de son invention : « Eliodomestico« , soit un distillateur qui transforme l’eau salée en eau potable grâce à la seule énergie solaire. Car pendant que la France gaspille allègrement ses réserves d’eau (voir l’enquête de 60 millions de consommateurs du mois de mars sur le sujet où l’on apprend que la vétusté du réseau de distribution fait se perdre 1300 milliards de litres chaque année), de vastes parties du monde en manquent cruellement.

En 2011, l’OMS établissait ainsi que 11% de la population mondiale n’avait pas accès à l’eau potable, soit 768 millions de personnes. Leur solution : se rabattre sur des eaux impropres à la consommation, qui transmettent virus et maladies. Avec son invention, Gabriele Diamanti représente un évitable espoir pour tous ces gens, qui vivent généralement dans les pays chauds. Son Eliodomestico fonctionne sans aucune autre intervention que celle du soleil.

En voici le principe : la première étape, c’est de remplir le réservoir supérieur de l’objet avec de l’eau salée, puis de refermer le bouchon. Les rayons du soleil frappent le réservoir et, à l’intérieur, font augmenter la température de l’eau et la pression. Les molécules d’eau, seules, s’évaporent, et sont alors collectés par un tuyau placé dan le réservoir, qui récupère et dirige cette vapeur d’eau dans un réservoir placé quelques centimètres plus bas. Le dispositif n’étant pas évident à expliquer, nous vous conseillons de vous reporter au schéma ci-dessous.

eliodmestico univers nature

eliodmestico univers nature

 

Evidemment, un tel dispositif est très lent mais, après une journée entière d’exposition au soleil, il est possible de récupérer pas moins de 5 litres d’eau parfaitement potable. L’Eliodomestico ne demande que peu d’entretien et ne requiert aucune énergie : il peut donc être utilisé partout. Ultime détail : son créateur a choisi de mettre son invention à la disposition de tout le monde, en « open source », ce qui signifie en clair que toute personne intéressée par cette technologie peut s’en procurer les plans et construire un Eliodomestico sans rien payer à Gabriele Diamanti, et sans lui demander d’autorisation, tant que l’utilisateur ne s’en sert pas pour gagner de l’argent.

La vidéo :

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 06 octobre 2014 à 01:06

123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
christian vivier
6 octobre 2014 - 23 h 23 min

J’espère qu’il a tout de même déposé un brevet !


dugenet
8 octobre 2014 - 13 h 37 min

faut relire Christian:

Ultime détail : son créateur a choisi de mettre son invention à la disposition de tout le monde, en « open source », ce qui signifie en clair que toute personne intéressée par cette technologie peut s’en procurer les plans et construire un Eliodomestico sans rien payer à Gabriele Diamanti, et sans lui demander d’autorisation, tant que l’utilisateur ne s’en sert pas pour gagner de l’argent.
C’est un peu l’inverse d’un brevet !! (et c’est tant mieux !)


achel
8 octobre 2014 - 21 h 43 min

et maintenant il n’y a plus qu’à trouver l’eau salée…..


jacques
8 octobre 2014 - 22 h 37 min

Ce système ne pourrait-il pas être utilisé pour purifier de l’eau polluée. Pour rendre l’eau potable, il faut la ré-oxygénée et peut-être ajouter quelques sels minéraux?


françoise tüscher
8 octobre 2014 - 22 h 51 min

A une époque ou les multinationales pharmaceutiques brevettent même les plantes sauvages, comment va-t-il se garantir que « L’UTILISATEUR NE S’EN SERT PAS POUR GAGNER DE L’ARGENT »…?
Donc je partage l’avis de Christian, ça ne l’empêche pas de mettre son invention à disposition de tout le monde, SAUF des requins !


Emmanuel Grandcolas
9 octobre 2014 - 9 h 20 min

Ma première réaction a été la même que vous Dugenet mais en y réfléchissant je me suis dis que s’il n’a pas déposé de brevet n’importe qui pouvait le faire et commercialiser cette invention à son profit. Donc en effet il faut espérer qu’il l’ai fait ce dont je ne doute pas.


Arnaud
9 octobre 2014 - 12 h 01 min

Bonjour.
Mettre un produit en Open Source n’est pas le mettre à disposition de n’importe qui: les produits Open Source est soumis à une licence qui, justement, en détermine les droits d’utilisation. Par exemple: droit d’utiliser, de reproduire, mais pas de revendre. L’inventeur reste propriétaire des droits.

Il existe plusieurs types de licence, il est probable que Gabriele Diamanti ait utilisé la licence « Creative Commons » qui correspond bien à son invention.

Ce sont des cas d’utilisation très courants en informatique, mais aussi dans le domaine artistique et industriel.


Nina
10 octobre 2014 - 18 h 21 min

Hum, j’aimerais bien avoir la composition de l’eau à la fin : reste-t-il suffisamment de sel pour qu’elle soit potable ? En effet, de l’eau distillée, ce n’est pas potable, c’est même très nocif pour la santé. En tout cas, à ne surtout pas tester avec de l’eau douce !

« Gabriele Diamanti représente un évitable espoir » … j’espère que ce n’est qu’une coquille ;-)


bertrand
11 octobre 2014 - 7 h 36 min

Bonjour
ce procédé est connu et pratiqué depuis longtemps dans les pays chauds sur le principe suivant.
vous prenez deux récipients un grand un petit diamètre(type bassine que vous mettez l’un dans l’autre. vous remplissez le grand d’eau non potable. vous mettez sur l’ensemble une bâche bien tendue, avec au centre un poids pour créer une cône pointe en bas.
sous le soleil l’eau s’évapore, se condense sous la bâche et coule le long du cône et vient goutter dans le récipient centrale qui se remplit d’eau saine mais sans minéraux.
facile vous pouvez essayer chez vous l’été prochain

bonne journée


flotille
11 octobre 2014 - 17 h 10 min

En tous les cas une généreuse invention qui ne peut être utile que si l’utilisateur est proche d’une eau salée…


PETIT André
12 octobre 2014 - 8 h 29 min

Ce qui est génial, c’est la simplicité de l’appareil et de sa mise en œuvre. Peut-on trouver de l’eau salée ailleurs qu’au bord de la mer (nappes, lacs, sources …)? De plus, Monsieur Diamanti, votre attitude apporte de l’espoir à tous ceux qui se laisseraient à désespérer du genre humain !


lesage jacqueline
23 octobre 2014 - 12 h 01 min

bonjour,
ce procédé pourrait-il être utilisé avec de l’eau de pluie ??? serait-il aussi efficace ??? quelle économie pour la planète si cela pouvait se réaliser!!! qu’en pensez-vous??


Xavier SIMON
30 octobre 2014 - 16 h 48 min

En effet, le principe est vieux comme le monde, et il s’applique à n’importe quelle eau – pourquoi pas polluée.
Mais ce qui sort est relativement impropre (eau distillée) et nécessite un « enrichissement », qui peut aussi poser des difficultés.

La commercialisation d’un objet se basant sur ce principe est un autre débat. Et je ne vois pas quelle entreprise se lancerait dans le développement (pas « l’invention », mais sa mise en production) du produit sans pouvoir escompter sur des bénéfices. Il n’y a pas que les bons et les requins: il y a un tissu industriel qui doit vivre, et pour moi il n’y a pas de honte à vivre en vendant un objet qui permet à des gens, même peu nantis, de produire de l’eau qui ne les tuera pas.
Il faut juste essayer d’éviter les excès de profit, peut-être en imposant des marges maximales, voire en fixant un prix de vente.


L ‘ Observateur
2 novembre 2014 - 10 h 36 min

Il y a bien longtemps que ce genre de dispositif aurait dû et aurait pu être mis en oeuvre, le soleil et l’eau de mer étant inépuisables !

N’importe quelle eau peut être distillée, l’eau de pluie étant par nature de l’eau distillée, mais ayant éventuellement entraîné au passage des polluants atmosphériques.
Comme certains l’ont fait remarquer, malheureusement, une eau distillée ne contient pas de sels minéraux, qu’il faudrait rajouter pour la rendre totalement potable .

Il n’empêche que cet inventeur est un authentique humaniste, ce qui se fait rare sur notre planète à fric !


Pierre
12 novembre 2014 - 20 h 06 min

Si personne ne peut vendre cet objet utilitaire, (même avec une marge minimale) il ne sera jamais sur les marchés des braves gens qui en ont besoin. Faut-il alors que chacun d’eux fabrique son propre appareil ? Cela me parait difficile, et si l’un d’eux parvient à les fabriquer en nombre, il faudrait qu’il le fasse gratuitement ? Vous avez déjà eu faim vous ?


JP Combaud
26 novembre 2014 - 10 h 22 min

Pourquoi certains disent-ils qu’il faut de l’eau salée ?
Qu’elle soit salée ou pas au départ, on récoltera de l’eau non salée (le sel ne s’évapore pas).
L’eau produite n’a pas de sels minéraux. L’eau de mer en a, mais elle n’est pas buvable parce que trop salée. Un mélange d’un peu d’eau de mer avec beaucoup d’eau distillée serait-il une solution ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4989

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS