Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » OBJET-ECOLO » Installer un hôtel à abeilles dans son jardin ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Installer un hôtel à abeilles dans son jardin ?

hotel a insecte

hotel a insecte

Partout sur Terre, les abeilles sont en danger. Depuis la fin des années 90, ces insectes sont victimes du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, qui les décime par millions. Aux Etats-Unis, certaines colonies peuvent perdre jusqu’à 90% de leurs effectifs. Le plus bête dans tout ça, c’est que la cause de cette disparition massive n’est pas identifiée. Un jour ce sont les pesticides qui sont montrés du doigt, le lendemain les ondes de nos téléphones qui désorienteraient les insectes, etc… Des rumeurs aussitôt démenties. Disons-le tout net : si ce genre de mésaventure arrivait aux guêpes, pas sûr que l’opinion se sentirait concernée. Encore moins depuis qu’une attaque de guêpes géantes a fait plus de 40 morts en Asie ces dernières semaines…

Mais les abeilles sont un insecte bien différent de tous les autres. De par sa vocation à butiner sans cesse, elle est considérée comme un « pollinisateur ». En se posant sur une fleur, elle emporte avec elle des particules qu’elle dépose en atterrissant sur une autre fleur. Avec ce procédé répété des milliers de fois, les abeilles aident les plantes à assurer leur reproduction et participent à un maintien de la biodiversité dans leur zone d’exploration. Le moment est venu de rappeler une phrase attribuée à Einstein (mais la paternité de cette citation est source de polémiques) : « si les abeilles venaient à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quatre années devant elle ».

Comment faire alors pour protéger ces insectes qui pourraient bientôt être en voie de disparition ? Pourquoi ne pas leur offrir un refuge près de chez vous, disons, dans votre jardin ? Et tant qu’à faire, autant leur proposer une ruche design et écologique, non ? Ca tombe bien, c’est exactement ce qu’une équipe de designers, celle de Pop Tarts Works, semble s’être dit en créant le « Beehive Hotel », ou « l’hôtel ruche« . Une structure entièrement conçue en carton (la matière recyclable et à l’impact environnemental limité par excellence) capable d’héberger une colonie d’abeilles solitaires. Ces espèces, plutôt habituées à vivre dans différentes cavités, son les plus menacées de disparition, de par leur nombre limité en comparaison de l’abeille commune. Dans l’hôtel ruche, nos abeilles maçonnes (leur autre nom) pourront se protéger des dangers extérieurs tout en continuant leur travail de pollinisation, que les spécialistes estiment à environ 2000 fleurs par jour.

Si le principe de participer à la sauvegarde de cette espèce vous tente, il existe de nombreuse alternatives à cette ruche design dans les magasins spécialisés. Pour une centaine d’euros, votre ruche personnelle est à portée de main…

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 18 novembre 2013 à 06:30

123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
CANNELLE
21 novembre 2013 - 0 h 48 min

Comment pouvez-vous encore douter de l’origine de la disparition des abeilles -insecticides ou ondes- sauf à vouloir répandre ce doute chez vos lecteurs, ce n’est pas sérieux !
Je suis moi-même apiculteur amateur et botaniste, je transhume mes colonies au gré de la végétation que je rencontre, je fuis les cultures de colza, tournesol, maïs etc. et mes colonies se portent très bien, d’ailleurs, voyez les excellentes productions de l’abeille en ville où les ondes sont partout, mais pas les pesticides des agriculteurs !


Olivier
23 novembre 2013 - 12 h 31 min

Dans tout les cas la cause est humaine, et je pense qu’il est évident que c’est essentiellement à cause des pesticides et autres biocides (j’ai lu récemment que la maladie du couvain était peut être lié aux fongicides), les doutes n’émanent plus que des industries fabricant ces biocides donc des doutes très douteux, en somme.
Pour le reste l’idée d’hôtel à insectes est sympa, même si le prix me parait élevé ; autant le fabriquer soi même ou acheter moins cher. J’ai par ailleurs une « expérience » en hôtel à insectes : http://lelision.com/Abeilles-maconnes.html , ça ne coûte pas grand chose d’essayer :)


KOURGAROU
23 novembre 2013 - 23 h 42 min

Je ne suis pas un professionnel, ni apiculteur ni botaniste, je n’ai qu’un CAP d’horticulture, mais je suis absolument d’accord avec Cannelle.
J’habite dans un coin de Dordogne, près de la forêt et entouré de châtaigniers, à l’écart de cultures extensives, aux alentours seulement quelques prairies avec des brebis, des talus non fauchés et quelques vergers appartenant à des agriculteurs à la retraite qui ne traitent plus leurs fruitiers et au minimum leur petite vigne. Ils ont un arrangement avec un apiculteur qui pose ses ruches sur leurs terres, les abeilles font leur travail dans un milieu sain et n’ont pas de problèmes particuliers, sauf peut-être maintenant le frelon asiatique mais les pertes doivent être bien moindres que celles causées par la chimie… à mon avis.


Claude BESNOU
24 novembre 2013 - 17 h 01 min

Les ondes des mobiles, si elles sont ultra nocives pour les imbéciles qui ne prennent pas de précautions (kit oreillette – ne pas téléphoner en déplacements rapides – changement de relais – changer d’oreille toutes les 2 minutes)- et qui se retrouveront à 30 ans avec des tumeurs cérébrales car on ose maintenant pointer le responsable, elles n’interfèrent pas chez les abeilles.

Par contre il en va autrement des pesticides dont on connait parfaitement les dangers. D’ailleurs depuis 1994, certains sont interdits mais continuent d’être largement employer. Les pesticides suivant sont déjà interdit : l’imidaclopride, le thiaméthoxame et la clothianidine appartiennent à la famille des néonicotinoïdes, insecticides parmi les plus utilisés au monde en agriculture et que l’on retrouve dans des dizaines de produits tels le Cruiser, le Gaucho, le Poncho ou le Cheyenne.
Malheureusement ils ne sont interdits que pour certaines cultures { maïs (traité à 80 % avec des néonicotinoïdes), colza (60 %), tournesol (60 %)} ou les abeilles vont le plus butiner, mais pas pour les autres!!!

Comme si les abeilles allaient faire des virages pour éviter les champs pollués!!!


Quiqui SCHNEIDER
19 juillet 2014 - 10 h 39 min

UN BEAU TEMOIGNAGE DE CANNELLE ! MERCI



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4028

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS