Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le compost humain, notre avenir à tous ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Ecomobilité 2

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. COMMENT RENOVER SON HABITAT TOUT EN ...
  2. L’écomobilité : le défi du 21e siècle
  3. Quelles sont les tendances 2019 de la maison ...
  4. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir ...
  5. Emballage et étiquettes


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :

Le compost humain, notre avenir à tous ?

Imaginez le comble : vous êtes un écologiste (pas au sens politique, entendons-nous) convaincu, vous vous souciez de la planète, de votre environnement, durant toute votre vie et, au moment de quitter cette Terre, votre dernière décision provoquerait une pollution. Parce que oui, quelle que soit votre demeure éternelle, y accéder polluerait.

Une inhumation classique entraîne des rejets d’eaux salies par les liquides d’embaumement. Quant à la crémation, en plus de consommer beaucoup d’énergie (parfois récupérée pour des réseaux de chauffage urbain), elle émettrait du plomb, des dioxynes ou du mercure par les cheminées des crématoriums qui ne sont pas aux normes. Et si l’on en croit une citation d’un membre de la Fédération française de crémation dans un article du Figaro daté de 2014, cela concernait à l’époque la moitié des établissements funéraires, rien que ça. Comme ultime symbole, on a déjà vu mieux.

Aux Etats-Unis, l’état de Washington (à l’exact opposé de la ville de Washington, au Nord-Ouest du pays) s’apprête à légaliser un nouveau procédé plus écologique que l’inhumation ou la crémation : l’humusation, ou le compost humain. Non non, vous ne rêvez pas. Le procédé est simple et consiste à placer le corps du défunt dans une capsule hors-sol, tapissée de matières organiques (paille ou copeaux de bois), et recouvert des mêmes essences pour en accélérer la décomposition par les micro-organismes. Dans un délai de 7 semaines (mais que des sources différentes annoncent à 12 mois), tout n’est plus qu’humus, sans avoir créé la moindre pollution.

La société américaine Recompose, déjà spécialisée dans le processus, propose alors aux familles de récupérer une partie du volume de terre fertilisée pour, ailleurs, s’en servir pour y faire pousser arbres, plantes ou fleurs. Quant à l’autre partie, elle est conservée dans les locaux de Recompose qui a déjà prévu d’y développer des jardins pour célébrer la vie.

Recompose-jardin

Photo : projet d’un des jardins de la société Recompose, avec les capsules à compost

Alors, pour l’après, enterrement classique, crémation, ou autre chose ?

Photos : USDA/Flickr/CC ; www.recompose.life

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS