Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Non classé » Expositions des enfants aux substances toxiques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Expositions des enfants aux substances toxiques

Bonbons

La pollution et les produits toxiques (possibles et certains) font de plus en plus parler d’eux. Les adultes sont exposés à de nombreuses substances, mais il est de plus en plus évident que les enfants sont ceux qui font le plus les frais de notre mode de vie actuel. Avec une sensibilité accrue aux perturbateurs endocriniens (selon l’Anses), une exposition plus grande à la pollution (ils ont une respiration plus rapide et intense), le fait que leur cerveau finisse de se former et un système immunitaire moins effectif que celui des adultes, les enfants ne sont néanmoins pas épargnés par les industriels.

Cet été, l’accent était sur les perturbateurs endocriniens. La proposition de réglementation de ceux-ci par le Parlement européen, jugée « extrêmement décevante » par Mme Royal et considérée comme incapable de protéger la santé publique par l’Endocrine Society, a permis un regain d’intérêt pour ces produits chimiques qui agissent sur les hormones. Bien qu’interdit depuis 2010 dans les biberons, les perturbateurs endocriniens restent présents dans les produits pour nouveaux nés et enfants (planche à langer, jouets).

Néanmoins, c’est peut-être l’alimentation qui reste la plus préoccupante.

En septembre, le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) établissait que l’alimentation des jeunes enfants (de moins de 3 ans) contenait une dizaine de substances préoccupantes pouvant présenter un risque sanitaire.

En 2012, une étude se penchait sur la toxicité du dioxyde de titane (E171), et tout spécialement de ses nanoparticules, qui sont très prisées par les industriels pour leurs propriétés physiques et chimiques. Présent dans de nombreux produits quotidiens, les sucreries et bonbons, consommés majoritairement par les enfants, contiennent le taux le plus élevé de dioxyde de titane. Classé comme « cancérigène possible » par le Centre international de recherche sur le cancer en 2006 (sous forme nanométrique, ou pas), les effets des du dioxyde de titane et des nanoparticules restent mal connus. Les nanoparticules inquiètent particulièrement les scientifiques quant à leur nocivité. Leur taille microscopique implique des conséquences sérieuses pour l’organisme, si toxicité il y a. Les barrières physiologiques qui protègent notre organisme n’en sont pas pour ces particules qui peuvent franchir, pour en citer quelques-unes, la barrière placentaire, hémato-encéphalique, cutanée et pénétrer au plus profond de notre organisme.

Malgré la réglementation européenne de 2014, repoussée à fin 2015, qui exige la mention « nano » sur les produits qui en utilisent, les produits testés et positifs par l’association Agir pour l’Environnement ne comportent pas de mention sur l’emballage.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 14 novembre 2016 à 11:03

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Carlé Paul
19 novembre 2016 - 15 h 57 min

Bonjour,
il ne s’agit pas ‘sanctions’,
il ne s’agit pas non plus de ‘respecter la réglementation’,
il s’agit de ne plus produire toutes ces substances chimiques qui détruisent ou endommagent la vie sur la terre.

Ces substances chimiques sont produites pour enrichir encore plus les actionnaires des entreprises qui les fabriquent et les actionnaires des banques qui les financent.

Il n’y qu’une rupture avec le mode de production / distribution capitaliste qui peut être efficace pour nous éviter un empoisonnement généralisé.


ALAIN
25 novembre 2016 - 12 h 24 min

En effet le pire est à venir ; notre seul « échappatoire » ou porte de sortie est la rupture avec ce modèle économique actuel, ou les décideurs sont téléguidé/manipulé par les industriels ; ces industriels producteurs de toutes ces molécules toxiques que nous ingérons et respirons (pesticides, etc), produisent également et vendent à prix d’or les molécules de chimiothérapie et toute la pharmacopée qui va soit disant soigner tout les malades de cette industrie…..
ce sont les mêmes industriels à la base !!!! La boucle est bouclée……
L’avenir de la chimie est assuré!!!!
Ce qui est le plus grave, c’est qu’une minorité de personnes le savent…
Il y a vraiment urgence … nous mêmes et nos propres enfants allons tous en crever….


Riss
25 novembre 2016 - 14 h 51 min

Bonjour
Depuis la fin de la 2ème guerre mondiale nous avons balancé des millions de tonnes de produits chimiques dans la nature.
Nous constatons une augmentation de beaucoup de maladies du cancer aux maladies orphelines et tout le monde s’en fout de l’origine de ce phénomène.
Avec la tendance des élections ce n’est surement pas fini, donc on s’en fout.


ChristianS
30 novembre 2016 - 19 h 53 min

La directive REACH mise sur pied par l’UE pour limiter la circulation de produits chimiques en « contraignant » les firmes qui les produisent à vérifier leur innocuité avant leur mise sur le marché est déjà une farce témoignant de ce que l’Europe mène une politique essentielle commerciale et libérale, obsédée par la libre circulation de ses produits.
L’apathie de l’UE envers son obligation morale de lutter efficacement contre l’exposition aux perturbateurs endocriniens – et avec fermeté envers les firmes qui les produisent – est scandaleuse et confirme outrageusement sa soumission indigne envers les lobbies industriels concernés.
La situation est encore pire à propos des nanoparticules, dans la mesure où elles échappent carrément à la directive REACH, par un tour de passe-passe de l’UE permettant ainsi une véritable explosion de leur commercialisation depuis 20 ans… et de l’exposition concomitante du public qui achète des articles ou des produits alimentaires qui en contiennent.
Par contre, lorsque vous dites « Les nanoparticules inquiètent particulièrement les scientifiques quant à leur nocivité », cela me semble hélas bien exagéré : seule une petite minorité de la communauté scientifique s’en inquiète, car vous oubliez que parmi les nombreux scientifiques prométhéens et tout excités par les avancées technologiques, seule une petite fraction a une sensibilité, une formation et/ou une culture environnementales et biologiques suffisantes en dehors de leur petite discipline de spécialité technique. Tous ceux-là ne comprennent pas ce que cela représente, comme risque potentiel ou avéré, pour un organisme biologique (il faut leur expliquer à quel point c’est ≠ d’une machine…) d’être exposé à des perturbateurs ou à une nanotechnologie !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2661

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS