Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Articles » Energies renouvelables, ou en sommes nous ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Non classé

Energies renouvelables, ou en sommes nous ?

energies renouvelables

Les énergies renouvelables dans le monde

Depuis quelques années, les beaux discours sur la nécessité de protéger notre environnement se multiplient. Les conférences de l’ONU se succèdent (Copenhague, Cancun, Durban, Doha…), les débats nationaux à grands renforts de micros et de caméras également (Grenelle Environnement, Grenelle de la mer, Conférence environnementale…), mais dans les faits, rien ne semble vraiment changer.

Pire, les chiffres officiels transmis par les agences internationales sont de plus en plus mauvais : chaque année, la banquise fond plus que l’année précédente, et les émissions de CO2 augmentent constamment. C’est d’ailleurs le chiffre qui a dû déprimer les écolos du monde entier : en 2011, l’Institut allemand des énergies renouvelables estime que 34 milliards de tonnes de CO2 ont été rejetées dans l’atmosphère, en hausse de 2,5% par rapport à l’année précédente. En gros, ça va mal. Et pourtant, malgré les faits et malgré les apparences, le monde investit de plus en plus lourdement dans les technologies d’énergies renouvelables.

Une étude de Bloomberg New Energy Finance démontre ainsi que 280 milliards de dollars y ont été consacrés en 2011, dont 165 milliards consacrés au financement de centrales électriques et d’usines de biocarburants. Dans le détail et depuis 2004, ce sont les deux pays les plus polluants (et de loin), soit la Chine et les Etats-Unis, qui consacrent le plus d’argent aux nouvelles technologies énergétiques. La France, sur cette période, n’est que 9ème. En revanche, si l’on considère les investissement réalisés à l’étranger, la France monte sur la troisième marche du podium, derrière l’Allemagne et l’Espagne. Voilà au moins une satisfaction.

Si l’ensemble des investissements est conséquent, ils ne bénéficient malheureusement en grande partie qu’aux pays dits « du Nord ». Alors qu’un fonds de lutte doit être mis en place d’ici 2020 et être alimenté annuellement de 100 milliards de dollars, il n’a récolté que 8 milliards en 2011. Le contexte économique global difficile encourage les pays à concentrer leurs investissements et à les conserver à l’intérieur de leurs frontières.

A ce titre, le France est un bon exemple : alors que l‘énergie nucléaire représente aujourd’hui 75% de son mix énergétique, elle  doit faire passer cette part à 50% d’ici 2020. Et pour compenser la perte de puissance fournie par le nucléaire, elle devrait se reporter largement sur les énergies renouvelables. De plus, les incertitudes qui entourent actuellement le chantier de l’EPR de Flamanville (ce réacteur de nouvelle génération au coût initial de 3 milliards d’euros en coûtera finalement 8,5) incite les autorité à envisager un arrêt des travaux et un remplacement, à long terme, par les énergies renouvelables.

Avec des investissements français, ou étrangers ?

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
697

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS