Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Articles » Eco-consommateur : labels et éco-produits
L'éco-photo de la semaine
colibri

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes

Formation aux métiers de la nature
Chiffre Clé
· 14,2% de l’énergie en France est renouvelable ·
La part des énergies renouvelables (EnR) dans la consommation finale brute d’énergie en France [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Purins, huile, argile, vinaigre … enfin ...
  2. Homologation route pour une voiture ...
  3. Colibris : les acrobates aériens !
  4. Et pendant ce temps là à Fukushima
  5. A Chicago, le restaurant qui a produit 30 ...

Focus Sur
requins
Plus beau qu’un requin, tu meurs !

Le dossier du mois
PNPP purin d'ortie
L’assouplissement de la législation concernant la production et diffusion d’alternatives aux pesticides, obtenues à partir de plantes (décoction, infusion, macération et autres fermentations), était un souhait de longue date des paysans tenant d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Fin juillet, le vote en deuxième lecture de la loi d’avenir agricole a permis cette évolution en cessant de considérer les officielles « préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) » [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Non classé

Eco-consommateur : labels et éco-produits

Eco-consommer

Eco-consommer

Tous les produits que nous consommons ont un impact sur l’environnement
et donc sur nous (santé…), que ce soit au cours de leur fabrication,
utilisation, ou fin de "vie".

Tout produit

  • a besoin de matières premières et d’énergie pour être fabriqué;
  • doit être emballé et transporté;
  • même recyclé, deviendra tôt ou tard un déchet.
  • Parmi ces produits, certains sont moins nocifs et ont un impact moindre sur l’environnement, tout en conservant les qualités initiales du produit "standard". Alors pour préserver la planète et ses ressources, que ce soit pour nous ou pour les générations futures, pourquoi ne pas privilégier ces écoproduits lors de nos achats ?
    Par ailleurs, au-delà de cette sélection, nous devons également nous interroger sur l’utilisation que nous en faisons (gaspillage, surdosage…) et la gestion de leur fin de vie (don ou revente du produit, mise en décharge, tri…).

    Gérer ses déchets

    En matière de déchets il n’existe pas de solution miracle, mais plutôt un ensemble de gestes et comportements complémentaires pour les réduire et limiter l’impact sur notre environnement.

    Le mieux, c’est évidemment de les limiter à la source. En tant que consommateurs, nous avons un rôle essentiel à jouer en privilégiant, à qualité identique, le produit réutilisable et/ou celui qui comporte le moins d’emballage.
    Pour la publicité dans les boîtes aux lettres, une quarantaine de kilos de papier par an, vous pouvez apposer un autocollant STOP PUB sur votre boîte.

    Au-delà, selon les déchets, plusieurs solutions sont possibles et plus ou moins faciles selon la commune où l’on réside :

  • Verre, papier, magazine, carton (attention, pas les emballages de brique de lait ou de jus de fruits), bouteille en plastique, boîte de conserve, flacon plastique (adoucissant, yaourt) : tous ces déchets d’emballage sont recyclables.
    Pour le verre, et dans une moindre mesure, le papier, les conteneurs spécifiques sont encore très fréquents. Pour le reste, les municipalités ont généralement mis en place des systèmes de collectes pour assurer une seconde vie et limiter leur impact par un traitement approprié. Pour cela, une seule solution, trier et respecter scrupuleusement les consignes donner par la mairie.

  • Les déchets végétaux, reste d’épluchages ou de cuisine (coquille d’oeuf, marc de café, pain, filtre en papier, sachet de thé, croûte de fromage…) : tous ces déchets peuvent vous permettre, après les avoir compostés, d’apporter un humus de qualité nécessaire au bon développement de vos plantes (que cela soit les plantes vertes ou au jardin et potager).
  • Pour les encombrants (électroménager, hifi…) : les municipalités ont mis en place des décheteries qui leur sont dédiés. Les déchetteries reprennent également les piles et autres batteries (pensez à celle du téléphone portable).
  • Les huiles, qu’elles soient de vidange (automobile) ou de friture (cuisine), sont particulièrement nocives pour l’environnement. Ici encore, la décheterie est le lieu de dépôt à privilégier.
  • Pour le reste des autres déchets, il reste… la poubelle classique.
  • A la Une de l’actualité

    Faire son compostage soi-même présente de nombreux avantages. Tout d’abord,cela permet de réduire la production d’ordures ménagères nécessitant un traitement collectif. Mais la pratique du compostage individuel contribue également à la préservation de l’environnement. Et aujourd’hui, on a tous envie, à son niveau, de faire un geste, un "petit quelque chose" pour l’environnement. Pourquoi ne pas commencer par le compostage individuel ?
    Il n’y a pas que les jardiniers avertis pour réaliser et apprécier cette matière fertilisante. Produire soi-même un amendement naturel et l’utiliser directement dans son jardin procure une vraie satisfaction personnelle. Vous prenez conscience du cycle de vie des aliments et de la transformation utile de leurs déchets.

    Les articles les plus lus

    PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


    Partager sur
    S'inscrire à la newsletter
    Commenter cet article    
    174

    Votre nom : Votre adresse mail :
    Votre message :  
     




    à lire aussi
         
    Flux RSS