Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Non classé » Baisse des pesticides : un plan déjà vu et … inefficace
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :


Baisse des pesticides : un plan déjà vu et … inefficace

ecophyto 2, le nouveau plan de réduction des pesticides

Malgré le plan Ecophyto du Grenelle de l’environnement, qui prévoyait une diminution par deux de l’utilisation de pesticides en France, la consommation de ces produits n’a pas baissé. Pire, le recours aux fongicides, herbicides, insecticides et autres produits de mort, dont l’agriculture industrielle raffole, s’est accru de 10 % entre 2009 et 2013, confortant la troisième place française de consommateur de pesticides au monde.

Face à ce constat, le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a présenté hier le plan Ecophyto 2. Comme pour la version 1, de 2008, le texte vise une réduction de moitié de l’usage des pesticides en l’espace d’une dizaine d’années, soit à l’horizon 2025. Si un palier intermédiaire a été logiquement fixé à mi-parcours à 25 % de baisse, globalement Ecophyto 2 est pour le moment, dans ses grandes lignes, très proche de la version initiale.

Principale avancée et mesure porteuse d’espoir d’Ecophyto 2, des « certificats d’économie de produits sanitaires » (CEPP) vont être mis en place avec, d’ici à 2020, l’objectif de parvenir à une baisse de 20 % des NODU, le « nombre de doses unités » qui sert de référence en matière de pesticides. Pour cela le gouvernement veut responsabiliser les distributeurs de pesticides en les incitant à faire en sorte que, leurs clients, les agriculteurs, en utilisent moins. Faute d’atteindre les 20 % de baisse, les distributeurs seraient sanctionnés par une pénalité de 11 € par NODU vendu en trop.

Pour le reste, avec un budget revu à la hausse (70 millions d’euros contre 40 actuellement), le nouveau plan entend s’appuyer sur le développement du réseau de « fermes Dephy ». Un total de 3000 entités est fixé, face au 2000 actuelles, pour ces exploitations dont la gestion des pesticides fait référence avec une baisse de 20 % de leur utilisation depuis 2008, sans chute de leur rentabilité. Un résultat conforme aux dires de l’Inra (Institut National de la Recherche Agronomique), lequel avance une possibilité de baisse de l’usage des pesticides allant jusqu’à 25 à 30 % sans dommage sur la production agricole.

Au chapitre des grands disparus de Ecophyto 2, on retiendra l’impasse sur le développement de l’agriculture biologique, quand initialement le bio devait atteindre 20 % de la surface agricole utile en 2020 (4 % seulement actuellement). Il en est de même pour l’absence de l’interdiction des insecticides de la famille des néonicotinoïdes, particulièrement dangereux pour les pollinisateurs et représentant 40 % du marché français.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 31 janvier 2015 à 11:37

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
seingier jean pierre
4 février 2015 - 19 h 48 min

je suis sidéré du report de la baisse des pesticides, de plus ils sont en augmentation. le ministère de la santé n’en a rien à faire de la santé des habitants. De plus les pesticides dangereux pour les abeilles ne sont pas interdits pourtant on sait très bien que la baisse de la pollinisation vient de la.
jean pierre


mousrouil
4 février 2015 - 22 h 31 min

C’est une honte de voir que l’on soutien encore les marchands de pesticides qui font mourir l’humain et toute la biodiversité.
A quand l’interdiction de la présence des lobbies dans les couloirs de l’assemblée nationale?????
Une autre agriculture indépendante des pesticides existe (inutile de mettre en place des soi-disantes recherches!!) et fonctionne très bien pour fabriquer des produits de bonne qualité et ne mettant pas en péril la santé ni des producteurs ni celle des consommateurs et qui en plus est créatrice d’emplois!


Gérard MAUGET
4 février 2015 - 22 h 52 min

je constate Monsieur Mousrouil que vous êtes vous même agriculteur.
il serait intéressant, plutôt que de lancer des imprécations stupides et des clichés faciles, de dire quelles solutions vous utilisez, les rendements obtenus, la charge de travail moindre et le revenu supérieur à ces sots conservateurs qui ne comprennent rien !


Gromit
5 février 2015 - 10 h 39 min

Pesticides, plus 80% d’électricité produite par le nucléaire… Même les français les plus « chanceux » attraperont un cancer.
L’égalité c’est : tous égaux avec la maladie.
Si l’on était susceptibles ou paranos on se dirait que c’est un truc de plus exprès pour éliminer de la population en masse. Un peu comme en 1914 mais avec d’autres méthodes.
Heureusement on a confiance en nos décideurs : On pense plutôt à beaucoup de bêtises.


Jérôme
5 février 2015 - 10 h 51 min

agroforesterie – cultures adaptées à la région – pas de labourages profonds – des sillons perpendiculaires à la pente – utilisation des canaux pour planter des arbres fruitiers et non des platanes – intégrer les lieux de productions dans le milieu urbain et aussi proches de celui-ci – appliquer le vrai prix des denrées alimentaires et non un prix pipé par des aides en amont – privilégier les circuits courts et pour cela mettre en place, entre autres, l’éco-taxe prévue depuis 2006 – instaurer un travail minimum obligatoire pour les personnes indemnisées par l’Etat – etc… Les solutions sont multiples, non ?


geratschu
5 février 2015 - 12 h 17 min

Le plan ECOPHYTO 1 lancé en 2008 devait diviser par 2 les pesticides d’ici 2018 or ils ont augmenté de 19 %. En 2015 le plan ECOPHYTO 2 doit réduire de moitié l’usage des pesticides d’ici 2025. Je parie que la quantité de pesticides va encore augmenter d’ici là ! En 2022 un nouveau plan ECOPHYTO 3 devra permettre de diviser par 2 l’usage des pesticides d’ici 2035. En 2032, le plan ECOPHYTO 4 ……….. On se fout de nous !!!! Quelles mesures concrètes et contraignantes a-t-on pris ??? Aucune !
Par ailleurs :« le bio devait atteindre 20 % de la surface agricole utile en 2020 (4 % seulement actuellement) ». Que fait-on pour encourager les cultures biologiques ??? Savez-vous que chaque agriculteur en Bio paye , chaque année, au-moins 500€ pour obtenir la Certification BIO ( Ecocert ou autres …). L’État ne pourrait-il pas prendre en charge cette dépense ? Et si les aides de la PAC allaient préférentiellement aux agriculteurs qui en ont besoin ( petites exploitations et non pas gros céréaliers ! ) et à l’Agriculture Biologique ! ! !


m4bouns
5 février 2015 - 15 h 30 min

Il serait intéressant de savoir pourquoi il ont augmenter ??


L ‘ Observateur
7 février 2015 - 18 h 51 min

CANCER EN FRANCE: 1 homme sur 2,et 1 femme sur 3
Il y a une justice: les épandeurs de pesticides en meurent un peu plus que les autres !


Jicé60
12 février 2015 - 19 h 24 min

C’est logique, tout cela résulte du concept fumeux de  » développement-durable « . Cher aux pseudo-écolos type Nicolas Hulot et consorts. L’utilisation d’un oxymore ( 2 mots antagonistes ) n’est en aucun cas innocent; le but étant d’enterrer et surtout sans le montrer toute évolution des législations risquant de porter atteinte aux intérêts industriels et/ou financiers.
La nature n’aura qu’ à se débrouiller pour essayer de digérer toutes leurs saloperies !!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1583

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS