Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » INTERVIEW » Interview du ROC, défense des non-chasseurs et de la nature
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Interview du ROC, défense des non-chasseurs et de la nature

 

Vice-Présidente de la Ligue ROC (Juillet 1999)

Univers-nature – Pourriez-vous nous présenter le ROC ?

Nelly Boutinot - Son sous-titre est important : association nationale pour la défense des droits des non-chasseurs et le respect de la nature.
Le ROC est né en 1976, car la chasse devenait folle et il fallait lancer un cri d’alarme, d’ailleurs c’est la même année, qu’a été instauré pour la première fois un examen pour le permis de chasser, avant, il suffisait de l’acheter. Bien entendu cet examen est encore insuffisant, surtout si on le compare à ce qui se fait en Allemagne. Dans ce pays, le permis de chasser s’obtient à un niveau équivalent au baccalauréat, en France c’est vraiment très en-dessous.

Pour revenir au ROC, nous nous situons à la charnière de beaucoup d’associations, telle que celle :

- de défense des droits de l’homme, dans la mesure où nous défendons les droits des non-chasseurs face aux droits exorbitants des chasseurs, qui sont souvent les seuls ayants-droit, au sens juridique du terme. Les promeneurs, par exemple, sont simplement tolérés, car dans une forêt domaniale avec adjudication de chasse, l’ayant-droit, c’est le chasseur et donc toute autre personne y va à ses risques et périls;
- de protection de la nature à tendance écologiste, c’est à dire prenant en compte les espèces;
- de protection des animaux.

En fait, non seulement nous voulons défendre les espèces, mais nous nous soucions de la souffrance animale, de l’individu. Un animal quel qu’il soit, est un être sensible, sa souffrance ne doit pas laisser indifférent, et donc nous avons une place très originale dans le monde associatif du fait de ces ouvertures sur différentes tendances.

Nous avons remporté de nombreuses victoires devant toutes les juridictions, qu’elles soient françaises ou européennes. Ainsi, devant la cour européenne de justice, nos thèses et nos dossiers scientifiques et juridiques l’ont emporté sur ceux des chasseurs et du gouvernement français.

Mais le gros problème, c’est que les arrêts de justice ne sont pas respectés, et qu’au contraire, ils sont bafoués par les gouvernements qui se succèdent, que ce soit celui de Mr Juppé ou celui de Mr Jospin, finalement c’est la politique et non pas la justice qui prime. La politique fait que l’on voit une minorité de chasseurs l’emporter sur une majorité de non-chasseurs, qui aspirent à d’autres rapports à la nature que celui qu’entraîne un fusil.

Univers-nature – On vous considère souvent comme des extrémistes, qu’est-ce que cela vous inspire, n’êtes-vous pas un peu isolé au sein des associations ?

Nelly Boutinot - L’opposition, elle peut être radicale ou modérée.

Nous sommes un rassemblement, et pour peser, il faut être nombreux, donc il faut rassembler tous ceux qui ont des griefs contre la chasse. Cela va en effet des opposants les plus farouches, qui ne conçoivent pas que la chasse puisse encore exister pour le plaisir et non plus par nécessité vitale ou de protection individuelle (ils forment un courant au sein du ROC) aux propriétaires terriens qui sont venus au ROC, parce qu’ils ne sont pas maîtres chez eux. Pas maîtres de disposer de leurs terrains comme ils le souhaitent avec cette maudite loi Verdeille qui vient d’être condamnée, mais n’est ni abrogée, ni modifiée.

Il faut penser que l’opposition est née d’un ras le bol; il n’y a pas beaucoup de pays où il y a des ROC, car les rapports entre chasseurs et non-chasseurs n’y ont pas atteint le niveau conflictuel qu’ils ont en France. En fait ce sont les chasseurs qui ont généré le ROC, s’ils avaient admis une place plus importante pour les non-chasseurs, s’ils avaient été respectueux des non-chasseurs et de l’évolution des mentalités, il n’y aurait pas eu besoin de ROC.

Notre isolement au sein des associations, oui et non, nous faisons partie de France Nature Environnement …

Univers-nature – L’ANCER (association nationale des chasseurs écologiquement responsables, ndlr) également !

Nelly Boutinot - C’est vrai, mais c’est à France Nature Environnement de jouer de cette réunion si vaste d’associations qu’elle permet d’avoir à la fois le ROC et L’ANCER. C’est la preuve que nous savons aussi nous asseoir à une table avec des chasseurs pour discuter. Vous savez, il y a toujours plus extrême, et donc je suppose bien que si l’on nous qualifie d’extrémismes, ce sont surtout les chasseurs qui le font, car ils n’ont pas intérêt à ce que l’on nous entende beaucoup. Ils pèsent au maximum pour empêcher notre expression, et le problème c’est que trop souvent, que ce soit par les politiques ou les médias, les chasseurs sont crus sur parole, et au lieu de venir à la source, de voir ce qu’est le ROC et ce qu’il demande vraiment, on se contente de ce qu’on dit de lui; dans ce cas il y a véritablement carence des milieux qui devraient s’informer correctement.

Univers-nature – Le ROC est-il opposé à la chasse en n’importe quel point du globe ?

Nelly Boutinot - Justement, si on s’occupe de la chasse en France, c’est qu’indéniablement ici, c’est une activité de loisir, rarement de protection des biens. De toute façon pour protéger des biens, des récoltes par exemple, une certaine régulation peut être envisagée, mais elle ne toucherait donc que certaines espèces et seulement après échec des moyens de prévention que l’on doit mettre en place.

Il faut cesser, que ce soit pour régler les problèmes entre humains ou entre humain et animal, de prendre le fusil à la première occasion. Le mieux serait donc d’avoir des moyens préventifs d’effarouchement, de dissuasion pour éviter les dégâts. Il se peut que localement, certaines populations d’espèces posent problème et qu’il faille intervenir, mais encore une fois le fusil pour nous, c’est le dernier recours.

Par contre dans d’autres pays, certaines ethnies ont nécessité vitale de chasser, et par conséquent nous respectons cela; c’est la chasse de loisir que nous critiquons fortement et non pas la chasse de subsistance et ni celle de défense d’une économie menacée.

Univers-nature – On parlait de l’ANCER tout à l’heure, qu’en pensez-vous ?

Nelly Boutinot - Entre un chasseur et nous, il y a toujours un fusil qui empêche que l’on puisse se serrer la main facilement, mais il est vrai que tous les chasseurs ne se ressemblent pas. Il y a toujours des gens plus respectueux de la réglementation et de la biologie des espèces, indéniablement l’ANCER a des positions sur certains points, qui rejoignent celle du ROC. Pour exemple, l’ANCER n’accepte pas les lâchers d’animaux de tirs; ces animaux que l’on fait sortir d’un cageot, et qui sont tués quasiment à bout portant pour satisfaire l’envie d’utiliser le fusil de certains chasseurs. Là en effet nous reconnaissons qu’ils ont une attitude courageuse, car le recours au lâcher est banal en France, et s’y opposer est une attitude peu fréquente chez les chasseurs, donc l’ANCER dans ce cas précis est à saluer, pourquoi pas !!

Sur d’autres points, il y a aussi une attitude tout à fait respectable, quand ils évoquent le fait que la chasse aux oiseaux migrateurs et aux oiseaux aquatiques en particulier, connaît une période trop longue et qu’ils accepteraient de la restreindre, nous sommes d’accord.

Par contre, il est évident que l’ANCER défend des traditions qui de notre point de vue sont dépassées. Je suppose qu’ils sont pour la chasse à courre, ils sont aussi pour les captures des grives avec des lacets, puisque c’est une tradition; j’espère qu’ils évolueront un jour, mais enfin ils sont chasseurs, et ils défendent leur point de vue de la chasse.

Pour nous, à la chasse qui est souvent une passion irraisonnée, doit succéder le renoncement à ce type de loisirs, il y en a tellement d’autres plus enthousiasmants, et qui ne mettent pas en cause une vie, fût-elle animale. Le principe de la vie c’est quelque chose de véritablement important pour le ROC, et y porter atteinte pour le plaisir, cela nous indigne.

=================> Suite de l’article <=================

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 février 2013 à 08:42

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
329

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS