Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ECO-HABITAT » Le chauffage au bois est-il écologique ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Améliorer l’isolation de son logement par la porte d’entrée ?
  2. Réduire l’impact environnemental des chats en zone urbaine ?
  3. Fenêtres, comment les entretenir durablement ?
  4. Isolant : quand le carton détrône le papier …
  5. La lumière des LED LIFI pour remplacer les ondes WIFI
  6. Pop-up House, maison recyclable Made in France
  7. 5 conseils pour bien dimensionner son radiateur électrique
  8. Vous rénovez votre façade ? ! Et si vous optiez pour un bardage !
  9. Le Confort Haute « Nature » du camping en Auvergne
  10. NATTITUDE : Des hébergements au cœur de vos activités
  11. Nattitude, un concept d’hébergements atypiques et éco-responsables 100% Auvergne
  12. quelle solution de chauffage pour le logement ?
  13. Un tournant clé pour le solaire grâce à EDF ENR ?
  14. A Taïwan, le restaurant qui fait un carton
  15. Granulé et Bûches de Bois Compressé, le chauffage du XXIe siècle
  16. Le compteur intelligent Linky : une transition énergétique à taille humaine
  17. Mon isolation à la laine de bois ?
  18. Les avantages écologiques des maisons enterrées
  19. Isolation : les toitures gagnent aussi à être isolées par l’extérieur
  20. Le vainqueur du SOLAR DECATHLON
  21. Visite de la plus ancienne maison en paille d’Europe
  22. En savoir plus sur les ampoules à LED
  23. Robinet anti fuite, intelligent, pour chasse d’eau capricieuse
  24. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!
  25. La chaux, version écolo du ciment
  26. Une maison écolo pas comme les autres
  27. Cumulant les avantages, la tuile en bois fera-t-elle son retour avec la RT2012 ?
  28. Bien choisir son chauffe-eau thermodynamique pour des économies
  29. Quelles économies peut-on réaliser en changeant de fournisseur ?
  30. Le chauffage au bois est-il écologique ?
  31. En Bourgogne, il est possible de passer l’hiver sans chauffage
  32. Shigeru Ban, l’architecte roi du carton
  33. Igloowood, la pièce en plus
  34. Caméra thermique : un outil incontournable avant tout achat
  35. L’Alsace s’offre une tour d’habitation à énergie positive
  36. Isolation phonique : des solutions simples
  37. 1 maison écologique + 1 maison écologique = 1 immeuble écologique
  38. Dans les Vosges, les logements sociaux sont écolos !
  39. Sur l’eau, dans ma maison écologique
  40. la piscine en bois
  41. VMC : quel modèle choisir ?
  42. Les panneaux solaires bientôt recyclés ?
  43. L’Indépendante : une maison écolo pas comme les autres
  44. Les tuiles se recyclent aussi…
  45. Un geste pour la planète : récupérer les eaux de pluie
  46. Double-vitrage, de quoi parle-t-on ?
  47. Puits de lumière
  48. Le Chanvre, cet isolant écologique
  49. Branchez votre chauffe-eau sur le soleil !
  50. Radiateur à inertie céramique économique
  51. Une consommation 100% éco-responsable pour un Monde Ethique
  52. Produits bio et gestes écolo
  53. Une piscine naturelle biologique
  54. Arcy Vert : Des produits d’entretien écologiques pour l’entretien de vos canalisations
  55. Les Miroirs chauffants rayonnants aux infrarouges lointains (IRL)
  56. Lave-linge sans lessive Haier WasH2O
  57. L’isolation thermique représente un réel investissement
  58. Importance du conseil et du choix d’un matériel de randonnée
  59. Economiseur d’eau pour robinet et douche
  60. Economisez sur votre facture de chauffage en r
  61. Construction ou rénovation écologique
  62. Eclairage de cycles ReeLight
  63. Les vertus de l’eau de la fontaine Kangen
  64. Un concept écologique contre le calcaire et la corrosion
  65. Scandi-Vie, la cuisson naturelle en terre, fonte ou fer
  66. Chauffage éco-électrique – Solution Chaleur Bio-active
  67. Un radiateur à chaleur douce, à infrarouge lointain – Verelec
  68. Camping de l’Avelanède, dans le parc naturel du Verdon
  69. Biologie de l’habitat et label C’BIO®
  70. Assainissement : des roseaux pour les particuliers (1ere partie)
  71. Assainissement : des roseaux pour les particuliers (2e partie)
  72. Le Sac du Berger, artisan du cuir
  73. Arcy Vert : Des produits d’entretien écologiques pour l’entretien de vos canalisations
  74. Ampoule basse consommation d’énergie – des précautions
  75. La construction bois fait de plus en plus d’adeptes en France
  76. Insolite : Habiter dans un silo à pétrole pour sauver la planète
  77. Maisons durables, des maisons écolos « clé en main »
  78. Au Moyen-Orient, un exemple d’architecture durable
  79. Le chauffage électrique, ce problème tellement français
  80. Des dêchets pour construire ma maison
  81. Au secours ! des vers de terre font du compost au fond des toilettes
  82. La ouate de cellulose, un isolant recyclé
  83. Tout savoir sur la rénovation des fenêtres en quelques clics…
  84. Pompe à chaleur : l’exemple venu du froid
  85. La chaudière à condensation réduit les pertes d’énergie
  86. A Lille, on recycle les containers pour en faire une maison
  87. Enfouie sous la terre, la maison en containers
  88. La maison passive
  89. La pompe à chaleur, un investissement rentable
  90. Isolant métisse : doublement durable
  91. Ma maison construite en Bambou
  92. Brique Monomur : La solution maçonnée écologique
  93. Le retour de la maison en paille
  94. La géothermie islandaise importée en france

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Le chauffage au bois est-il écologique ?

est ce ecologique de se chauffer au bois ?

bois de chauffage

Voici une question à laquelle on a spontanément envie de répondre par l’affirmative, sans même demander un petit temps de réflexion. Pourtant, il convient d’apporter quelques éléments de réflexion.

Commençons pour cela par le matériau combustible à proprement parler : le bois. Essence naturelle, prélevée dans nos forêts, le bois rejette néanmoins, lorsqu’on le brûle, tout le CO2 qu’il a dû capturer pendant des années pour croître, avant que l’on n’abatte l’arbre auquel il appartenait. En cela, brûler du bois n’est pas un acte écologiquement neutre. En revanche, il peut le devenir s’il arbore un label ou une certification (« NF Bois de chauffage » est un bon exemple) qui garantit que pour chaque arbre prélevé, un arbre est replanté. L’arbre brûlé émettra une certaine quantité de CO2, qui sera nécessaire au nouvel arbre planté pour achever sa croissance. L’empreinte carbone est réduite à peau de chagrin. On ne peut pas en dire autant de certains chauffages au gaz ou au fioul.

Le bois que l’on choisit de brûler pour se chauffer n’est pas le seul élément à prendre à compte pour juger de la durabilité de ce mode de chauffage : l’appareil (poêle, cheminée) que vous choisissez joue un rôle prépondérant dans vos émissions de CO2. S’il est âgé de plus de 15 ans, il se peut que votre appareil de chauffage à bois soit obsolète, parce qu’il affiche un rendement largement inférieur à la moyenne des produits vendus aujourd’hui. En clair, il vous faut brûler beaucoup plus de bois avec votre ancien poêle pour obtenir la même quantité d’énergie offerte par un modèle plus récent. En plus de libérer du CO2, la combustion du bois de chauffage rejette du benzène, des particules fines, ou du monoxyde de carbone. Plus votre poêle (ou cheminée) est ancien, plus vous brûlez de bois, plus vous rejetez d’éléments nocifs qui contribuent, en plus de la pollution globale, à la pollution intérieure de votre foyer.

Mais évidemment, il est plus facile d’émettre le souhait de changer de cheminée que de le faire, certains de ces équipements affichant des tarifs en magasin qui font reculer nombre d’acheteurs potentiels : c’est pour cela que l’Etat propose des aides publiques pour ces travaux de rénovation énergétique, dont les conditions sont disponibles ici.

Pour revenir à la question posée au début, nous pouvons alors répondre : « Oui, le chauffage au bois est écologique, à condition toutefois de bien faire les choses ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 20 décembre 2013 à 10:56

123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Julien
20 décembre 2013 - 13 h 26 min

Bonjour,

Je m’étonne que vous n’abordiez pas le principe de cycle de vie du bois (CDV).
Effectivement pour comparer des combustibles il faut prendre en compte l’ensemble des éléments c’est a dire pour le bois: de l’arbre plante jusqu’aux fumées rejetées. C’est a ce moment que l’on peut réellement calculer le vrai bilan carbone!
Donc il est important d’additionner toutes les énergies requises pour permettre au bois d’arriver jusqu’à nos cheminées.
Prendre en compte les énergies grises, transports…
Et a partir du bilan global trouve nous pouvons affirmer que le bois et écologique.
Une fois le CDV calcule, aucune mauvaise langue ne pourra dire que le bois n’est pas un combustible propre!

Vive le bois et nos forêts!

Merci


JMBEGUE
21 décembre 2013 - 13 h 34 min

Le bois peut être la meilleure comme la pire des sources d’énergie. Correctement brulé, le bois pollue très peu et peut-être considéré comme neutre au niveau des rejets de CO² ( cad le bois brulé dégagerait grosso modo le même niveau de CO² si on l’avait laissé pourrir dans la forêt ).

70% de la valeur calorifique du bois est contenue dans les gaz emprisonnés dans les cellules. Les corps solides ne représentent que 30%.

Pour enflammer ces gaz, il faut 3 conditions:

1- beaucoup d’air
2- une t° de foyer de l’ordre de 600°
3- un système performant d’arrivée d’air secondaire

Quand ces conditions ne sont pas réunies, ces gaz quittent votre foyer en pure perte calorifique et se condensent ( bistre ) avant d’être relâchés dans la nature sous forme de pollution. Des chercheurs canadiens ont décrit la fumée de bois comme étant 40 x plus nocives que la fumée de cigarette.

Conclusion : une cheminée qui a un rendement de 20 à 30% ne pourra JAMAIS être un mode de chauffage écologique. Les poêles ont de bien meilleurs rendements. Et si vous voulez vous chauffer correctement (économiquement et écologiquement), il faut se tourner vers les poêles à pellets ou vers les poêles de masse.


guy
21 décembre 2013 - 14 h 31 min

Bonjour,

…élément(s) à prendre à compte… <=== il faut aussi rajouter le gazoil du débardage + transport et le mélange essence/huile moteur 2tps + l'huile de chaîne des tronçonneuses qui sont tous des produits pétroliers.

Sincères salutations.


Fabre
21 décembre 2013 - 15 h 54 min

En ce moment j’ai beaucoup de peine à supporter le chauffage au bois de mes voisins (poêle ou cheminée) qui en plus se vantent d’avoir un comportement écologique !


varenge
21 décembre 2013 - 16 h 56 min

Depuis la nuit des temps l’homme c’est chauffé au bois et les retombées écologiques passaient inaperçues, d’une par par le manque de moyens de mesures et d’autre part la population humaine était en adéquation avec l’environnement, ce qui n’est plus le cas de nos jours car la population à été multipliée par 7 en un peu plus d’un siècle.
En bref, nous sommes trop nombreux et quoi que nous fassions notre surnombre agit sur l’environnement de manière agressive.
il serait temps de mettre en place, au niveau mondial, un programme de planning familial afin de stabiliser notre population.
Pour en savoir plus sur ce sujet je vous invite à visiter le site de l’association démographie responsable.
http://www.demographie-responsable.org


Yves2
21 décembre 2013 - 17 h 29 min

Le chauffage au bois est dans l’absolu plus polluant mais pourrait devenir le moins polluant dans la pratique (voir préconisations qui devraient être imposées )
http://ecocitoyens.ademe.fr/sites/default/files/6444Chauffage_bois.pdf
Le type d’appareils et le type de bois sont responsables de l’essentiel de la pollution.
Pourquoi vérifié tous les véhicules à moteurs et pas les appareils domestiques?
Je vis à coté de maisons chauffées au bois et mon taux de fréquence de bronchites a augmenté !
Pour ce qui est des prix ils sont montés en flèche quand la subvention étatique a été annoncée !!


philippe
21 décembre 2013 - 18 h 39 min

J’ai une chaudière à plaquettes bois ca fonctionne impec. rendement à + de 85 %
j’ai essayé de trouver des filtres à particules pour mettre sur la cheminée mais difficile de trouver et notamment les prix. avez vous des pistes ?
Cordialement


chris07
21 décembre 2013 - 18 h 46 min

Je croyais hélàs que se chauffer au bos était écologique mais depuis que j’ai entendu sur l’émission de Rance culture Terre à Terre ce qui se passe dans le Morvan et ailleurs, je suis déçue, désabusée et dégoutée !

Je vous recommande chaudement cette émission tous les samedis à 7 heure sur France Culture
et ci-dessous en podcast l’émission sur le chauffage au bois
http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-zad-du-morvan-en-lutte-contre-le-projet-d-incinerateur-scierie-d-erscia-2013-


Moreau
21 décembre 2013 - 19 h 02 min

tout à fait d’accord avec l’avis de Varenge: le vrai problème qui engendre tous les autres est la SURPOPULATION mondiale


Messager
21 décembre 2013 - 19 h 10 min

Oui ? l’accroissement de la population qui se chauffe au bois.

Mais voyons, quand la planète était recouverte de forêt, il y avait bien de temps en temps un immense feu de forêt (comme au USA) et pas de pompiers et la combustion se faisait sans poesle (lol). Alors ne faut’il pas relativiser la comparaison entre le présent et le passé (pour ce qui concerne le bois uniquement). Une polémique d’autant plus incroyable que les feux sauvages (brulage des forestier, brulage des jardins, brulage des nettoyeurs de bord de route) qui se réalisent en pur perte énergétique…Moi c’est sur cette ressource qu’il me parait plutôt urgent d’avoir des actions fortes. Cela dit : l’amélioration des combustions est une bonne chose pour au moins la santé.


quievremont
21 décembre 2013 - 19 h 22 min

Si le bilan carbone peut paraître plus ou moins équilibré .. à long terme car l’arbre met bien plus de temps à pousser qu’à être brûlé…en revanche quid des dioxines et autres polluants émis pendant sa combustion ???

Quoi qu’on brûle … de la cigarette au bois .. mêmes problèmes !


paul48
21 décembre 2013 - 19 h 39 min

Qu’il soit brûlé ou qu’on le laisse pourrir de façon naturelle le bois va produire la même quantité de CO2. La seule prise en compte du CO2 est très insuffisante qu’il s’agisse du bois ou de tout autre carburant !


Bernard
21 décembre 2013 - 20 h 41 min

Non, NF ne veut pas dire un arbre coupé, un arbre planté. Voir :http://nfboisdechauffage.org/certification/ademe.htm
De toute manière une gestion durable de la forêt ne se mesure pas en nombre d’arbres plantés par rapport à un nombre d’arbres abattus, c’est un peu plus complexe que cela… Bernard.


Wolfgang Keresztesi
21 décembre 2013 - 20 h 57 min

Concernant l’empreinte carbone: on ne brûle pas l’arbre entier -on laisse des parties se décomposer. En poussant un arbre n’est pas à 100% un combustible pour les humains, mais par les racines et la décomposition des feuilles l’arbre crée de l’HUMUS et du gas carbonique -alors le bilan est POSITIF, pas neutre.

Concernant l’opinion « toute combustion est égale » et par suite nous est égal, c’est faux:

Il faut mieux s’informer et les differences sont encore plus importantes que tracé dans l’article:
Une chaudière Hi-Tech brûle à 1200° avec un rendement au dela de 90%, und fois allumée.
A cette température le Dioxine et autres produits chimiques sont brûlés.
Une cheminée ouverte à un rendement de 10% (vous brûles presque 10 fois plus de bois pour la même chaleur) et est le plus polluant. Romantique… En plus, pas mal de gens utilisent du bois mal seché -faut secher 2-3 ans dans un endroit sec pour une bonne combustion optimale.
Les chaudières « vertes » avec rendements 60-80% se trouvent entre les deux.


Riss
21 décembre 2013 - 21 h 09 min

Une seule question se pose : un arbre de 10 chauffe combien de personnes pendant 10 ans?
On en déduit le nombre d’arbre nécessaire pour chauffer les français par exemple.

La France est-elle assez grande ? (noubliez pas qu’il faut se nourrir).


une grenouille
21 décembre 2013 - 22 h 06 min

Si j’ai bonne mémoire la forêt française continue de s’ agrandir, le risque de son épuisement n’est donc pas pour tout de suite. Quant à l’impact du CO2 sur le climat, on attend toujours la démonstration et la preuve. Pendant ce temps les éléments qui tendent à montrer que d’autres mécanismes sont bien plus influant sur le climat que le Co2 s’ accumulent…


PIERRE BAUDY
21 décembre 2013 - 23 h 13 min

Cela fait des années que je « fais du bois », ( dans la forêt…) donc je chauffe au bois. Dire que c’est le meilleur moyen de chauffage, pas sûr… Certes , le bois brûlant dans la cheminée, c’est beau, cela vous réchauffe aussitôt le corps, l’esprit, car il y a quelque-chose de magique, par contre c’est contraignant, salissant, etc… Je regrette simplement que depuis le temps qu’on parle de l’énergie, on ne se soit pas pencher sur plus consciencieusement sur d’autres énergies.. ( Soleil, vent, recyclage des déchets, etc…) Mais ça, ce n’est pas d’un gros rapport, comment taxer les rayons de soleil…???? Politiques, financiers et autres « vautours » devront pourtant trouver et accepter les bonnes solutions avant que ça n’aille plus mal, et j’espère que nos bois et forêts résisteront en attendant. ( Pour répondre aux intervenants, oui je pense qu’en ne raisonnant qu’n termes de démographie, production, consommation, etc … toujours plus, on va droit dans le mur… Pensons à nos enfants, à notre belle et bonne planète.


JMBEGUE
22 décembre 2013 - 1 h 05 min

L’impact de la pollution par les poêles était bien visible. Le meilleur exemple était le fameux « Fog » de Londres qui n’existe plus depuis l’interdiction desdits poêles. (désolé je ne connais pas les dates).

Le bilan écologique d’un bois bien brûlé est bien meilleur que celui de toutes les énergies fossiles.

Quant à la ressource, elle est importante. La superficie des forêts en France ne cesse d’augmenter depuis de nombreuses années. De plus ce genre de chauffage est plus orienté vers les habitants des zones rurales ou semi-rurales. Donc, on put penser que la France ne se déboisera pas même si l’intensité de l’utilisation augmente.


nono
22 décembre 2013 - 8 h 06 min

Moi j’ai besoin de cinq stères de bois pour me chauffer. J’habite le sud et chaque année des centaines d’hectares de forêt partent en fumée autour de chez moi. La France est un mouchoir de poche. Ceci n’est rien du tout par rapport à la déforestation pour le charbon de bois (Madagascar) et les plantations d’huile de palme et les savanes brûlées chaque année.
C’est très complexe comme problème.


georges genevois
22 décembre 2013 - 8 h 22 min

il est bon de rappeler qu’en foret communales ,seul le taillis est coupé tout les 20/25 ans,une quantité importante de gros arbres (chenes,frenes,charmes,bouleaux etc,,,) reste et continue de pousser encore longtemps afin d’etre utilisé comme bois de service par les scieries (souvent après plus d’un siècle ! ), le bois coupé va repousser naturellement sans besoin de replanter,simplement il lui faudra de 20 a 25 ans pour etre a nouveau en etat d’etre coupé en bois de chauffage
sauf que dans certains cas notre O N F (office national des forets)qui gère les forets communales décide de faire des coupes « a blanc  » c’est a dire de faire couper tout les arbres,puis dans ce cas de replanter ,souvent de jeunes chenes,qui eux mettrons encore plus longtemps a pousser et qui devront etre debroussaillés tous les ans


LediamantduLot
22 décembre 2013 - 11 h 07 min

Bonjour à tous,

Il est intéressant de savoir qu’un arbre relâche le CO2 capté au cours de sa croissance en vieillissant.


Brian Hurley
22 décembre 2013 - 11 h 15 min

De ; Helen et Brian Hurley ( l’association Isles de Flore et faune (site; http://www.iff-riberac.fr/ )

Le question fondamental pou l’avenir au longue terme est ( comment on utilise la terre disponible avec le meilleur efficacité)et creer la Transition Enérgétique.

Il y a plusieurs exigences concurrentielles pour la superficie du sol et la mer littorale., et aussi plusieurs méthodes pour choisissez le meilleur chemin stratégique energetique pour la France vers 2050.
Il y a des menaces mais aussi des opportunités. Il faut choisir les options soigneusement et prendre compte de tous les forces du mal collatéraux comme la pollution et la destruction de la biodiversité. De même il faut ajouter les bénéfices des nouveaux emplois locaux, au long terme, avec la technologie propre à la pointe comme energie photovoltaique alimenter gratuit,sans pollution.
Sur le sujet de la réglementation et des subventions qui émanent d’Europe, nous avons reçu un rapport très approprié qui est apparu dans le journal «The Economist ». Il constate comment les politiciens utilisent des subvention et fiscalité pour imposer la science plus que douteuses, créant ainsi la combustion injustifiée qui détruit les forets et la biodiversité.
« En bref, l’UE a crée une subvention qui coûte une fortune, probablement ne redit pas les émissions de carbone, n’encourage pas les nouvelles technologie de l’énergie, et est bien partie pour gonfler très rapidement » En plus on a La Pollution ; A propos de sciences économiques erronées, nous devons également prendre en compte l’énorme pollution atmosphérique générée par la combustion de biomasse avec les conséquences et les coûts sérieux en termes de santé tant humaine que pour la flore et la faune, dont nous dépendons, plus l’augmentation de réchauffement global. Ces conséquences trop souvent ignorer sont dues aux 187 différents produits chimiques toxiques y compris les carcinogènes et les particules fines de suie (PM10, PM2.5), rejetés par les cheminées industrielles ; malgré tous les types de filtres utilisés. Pour plus d’information sur la santé liée aux particules fines de suie et le réchauffement climatique, voir les observations B originale de 20 mars 2013, page 2 avec des références aux problèmes rapportés à propos de la santé humaine en grande partie concentrés sur les voitures diesel mais également liés à la combustion de n’importe quelle biomasse, y compris la brûlure de déchets. Voir également « Pollution atmosphérique d’énergie de biomasse » (avril 2011 mis a jour) édité par l’association pour l’intégrité politique (info@pfpi.net). Par exemple, une centrale de 50 Mw électrique alimentée au bois avec la plus récente technologie à Vermont, New Hampshire, USA, a été surveillée. Elle a éjecté 2 millions de livres (1 million de kg) par an de pollution, a l’exclusion du CO2, composé de 79 molécules chimiques dont la plupart sont CO, NO2 et aussi des particules de suie PM10 et PM2.5 à raison de 60.000 livres(30.000kg chacune). Comme avec toutes les grandes centrales électriques cette pollution éjectée part bel et lieu de sa source pour atterrir en tant que dépôts sur les pays voisins de même que les rejets de la centrale électrique massive de Drax, au Royaume -Uni ., retombent sur l’Europe du Nord et les régions arctiques.
Oui au niveau domestique, avec le poele au bois familiale cen’est pas trop mais les memes principes s’appliquent.
Pour plus de détails sur la qualité de l’air en Aquitaine voir http://www.airaq.asso.fr .pour l’Europe http://www.eea.europa.eu

Notez « 2013 l’année de la qualité l’Air » On a deja subit en la France ,et l’Aquitaine des pics de la pollution à répétition .
Bonne fin d’année.

Helen et Brian Riberac Dordogne


rheun
22 décembre 2013 - 12 h 42 min

Avec une l’isolation adéquate, une surface habitable auto-limitée au nécessaire, les besoins en chauffage deviennent RIDICULES;


Stéphane L
22 décembre 2013 - 14 h 19 min

La question est effectivement très complexe, à commencer par certains clichés bien ancrés comme l’idée de replanter un arbre pour remplacer celui que l’on coupe. comme le fait remarquer M. Genevois, la plus grande partie du renouvellement des forêts se fait par régénération naturelle de semis. celle-ci est nettement moins couteuse et plus fiable, avec un bilan carbonne bien inferieur à une plantation (culture et transport des plants, débroussaillements etc…). Mais il ne faut pas oublier non plus que le bois de chauffage ne se jette pas tout seul dans la cheminée. L’abattage et le transport du bois consomme une quantité non négligeable de carburant (encore plus si l’on transforme celui-ci en granulés ou pellets).
En ce qui concerne la ressource en bois de chauffage en France, on peut dire aujourdh’hui qu’elle est très nettement sous-exploitée. Mais il est clair q’une fillière intelligement penssée pourrait se mettre en place. Associée à un renouvellement et développement important des dispositifs de chauffage efficients (label « flamme verte ») ainsi qu’à des efforts d’isolation de l’habitat constants, le bilan écologique du chauffage en France deviendrait intéressant. Toutefois il ne faut pas oublier que compte tenu de la population importante, la forêt française ne peut chauffer chaque habitant et ce mode d’énergie reste plus adapté à l’économie rurale qu’urbaine où la concentration des particules fines reste déjà un problème suffisamment grave.


bonneville
22 décembre 2013 - 15 h 25 min

Bonjour
Un probleme important pour l’environnement avec le chauffage est l’émission de particules dans l’atmosphère. Les grosses installations industrielles sont équipées de filtre à particules, par contre peu de particuliers se sont équipés .

Ci dessous la demarche Suisse de Lausanne
Depuis plus de 20 ans, la Ville de Lausanne incite les habitants de la ville aux économies d’énergie et à l’utilisation des ressources les moins polluantes. C’est dans cet esprit qu’elle encourage l’installation de filtres à particules sur les appareils de chauffage à bois. Plusieurs filtres sont actuellement disponibles sur le marché.

Celui développé par l’entreprise OekoSolve AG, peut être utilisé pour toutes les installations de chauffage au bois, jusqu’à une puissance de 70KW. Ce filtre se place à l’extérieur des habitations sur le conduit d’évacuation de gaz. L’Oeketube neutralise le 95% des poussières fines contenues dans le gaz des fumées, selon l’institut de certification pour chauffage au bois de Muttenz.

Par ailleurs, l’entreprise RÜEGG a développé un filtre à particule pour appareils de combustion du bois. Le filtre «Zumik®on» est positionné au centre du conduit de fumée, il est capable d’éliminer plus de 80% des particules fines issues de la combustion du bois selon les test de l’EMPA. Son principe électrostatique est universel et peut s’adapter sur tout type d’appareil de chauffage au bois, quels qu’en soient la marque et le principe.


Marcel
22 décembre 2013 - 18 h 29 min

Nous avons choisi la solution Bois compressé,ou densifié.
Cette année les briquette n’ont pas la qualité des bûches rondes de l’année dernière.
Mais le principe nous convient : sciures récupérées de bois non traités .
Espérons que cela gagne du terrain .


DUBAU
22 décembre 2013 - 19 h 40 min

Je dis simplements que varenge met l’accent sur un point que je dénonce depuis très longtemps. Quant au chauffage par le bois, la part de CO2 dégagée à présent par ce dernier a décuplé parce que nos campagnes sont polluées par les grandes agglomérations et surtout par la pollution produite par la mécanisation du matériel agricole et surtout par les traitements phytosanitaires. C’est une pollution dont personne ne parle ou ne mesure.


iolofato
22 décembre 2013 - 20 h 32 min

Le fait de scier et fendre son bois amène à aussi à prendre conscience des ressources nécessaire pour se chauffer, suffit pas de tourner un bouton. Mais la clés reste l’isolation, au bout de mes 9 stères, je bosse à l’amélioration de l’isolation notre maison en laine… de bois ;)


coquel
22 décembre 2013 - 23 h 05 min

quel plaisir quand il fait froid d’avoir les poumons qui vous picotent, des dizaines de milliers de personne meurent chaque années des maladies des poumons. Oui le bois est écologique alors pourquoi faut-il une cheminée pour rejeter ses fumées à l’extérieur? Oui il est écologique mais il pollue et il tue!


JF49
22 décembre 2013 - 23 h 50 min

Pas un mot dans cette analyse, ni dans les commentaires qui lui font suite, sur le devenir des cendres de combustion. C’est pourtant un point fondamental de l’analyse de cycle de vie. Si pour un particulier qui a un grand jardin, ce n’est pas un problème de les évacuer, ce n’est pas le cas pour les grandes chaudières industrielles. Correspondant à des oxydes de nombreux éléments chimiques, ils ne sont pas assimilables par les micro-organismes du sol. Alors l’analyse du caractère écologique ou non commence par là !


Lucienne Haèse
24 décembre 2013 - 20 h 21 min

Le bois est écologique à condition que l’on pense d’où vient il vient , des forêts …. Or l’engouement sur cette énergie dite renouvelable engendre la destruction de forêts mélangées et étagées qui deviennent des usines à bois avec des conséquences écologiques irrémédiables sur les sols, l’eau, la biodiversité. Le bois n’est pas une ressource inépuisable .


Claude BESNOU
28 décembre 2013 - 5 h 03 min

Vous pouvez blablater intello-écolo-ethico-toucekevouvoulo!
Revenons au fondamentaux
Revenons au bon sens perdu depuis des dizaines d’années
Pourquoi ce poser des questions aussi idiotes?
Est-ce que ce chauffer au bois est « écologique »?
l’écologie est un terme qui donne tout son sens à la société de conso sans laquelle « vous » vivez!
Se chauffer au bois, ça pollue? oui, évidemment, mais c’est « naturel » et pour moi, ce qui est naturel surpasse vos notions « écolos » de plus en plus complexe et où il faudra bientôt des avocats pour y répondre.
Le bois, c’est naturel, et c’est bien. je coupe mes vieux arbres fruitiers, mes vieux chênes, ça me fait du bois pour plusieurs années, dans ma cheminée énorme qui n’est pas aux normes écolos, ni aux normes Btrucchouette de 2013 ni aux nouvelles normes (marketing oblige) de 2014, ma cheminée tire bien et elle empeste les jours de vent contraire, c’est dangereux? Allez vous faire voir! Ca ne vous plait pas que 80% de la chaleur s’en aille dans la cheminée et pollue l’atmosphère? Je vous dis, c’est naturel! Basta!
Quant à la population, renseignez-vous, le nettoyage a déjà commencé! Le groupe Bildenberg s’en charge: Opposer les religions, renforcer les communautarismes créateurs de guerre et donc de morts et de croissance car il faudra reconstruire. Vendre les vaccins (le plus gros scandale de tous les temps) à des milliards d’individus, en leur faisant croire que leur gouvernement veulent assurer leur santé! Ha ha ha!Vous y croyez vous n’est ce pas! Des milliards de métaux lourds interdits partout sauf dans les vaccins. Aluminium et mercure, en nanoparticules de plus en plus indécelables, pour rendre les humains encore plus veau qu’ils ne sont, prêt à accepter tout ce qu’on leur balance dans les médias! Ecologie en plus pour les bobos lavés du cerveau. Allez bonne année, continuez à faire des économies de gasoil, vous qui dépenserez dans toute votre vie, beaucoup moins qu’un boing 747 en 1 heure de vole… ça laisse rêver.. continuez à planer, c’est plus écolo.


dogwoman
29 décembre 2013 - 1 h 24 min

En réponse à JMBEGUE: le fameux FOG londonien n’avait strictement rien à voir avec des poêles à bois! le FOG résultait de la combustion de charbon dans les cheminées (ouvertes) qui étaient presents dans chaque pièce des maisons anglaises et qui en étaient l’unique moyen de chauffage. C’est en 1956 que le gouvernement interdit l’utilisation de charbon pour le chauffage et depuis le FOG n’est plus qu’un mauvais souvenir.


JP Combaud
4 janvier 2014 - 11 h 22 min

J’ai lu : « un label ou une certification (« NF Bois de chauffage » est un bon exemple) qui garantit que pour chaque arbre prélevé, un arbre est replanté. »
Les écolos des villes savent-ils ce qu’est le recépage ?
Recépage = action de couper un arbre près de terre afin d’obtenir de nouvelles pousses.
Avec la plupart des arbres à feuilles caduques on ne replante pas. La nature se charge de régénérer la forêt par recépage ou semis naturel. Eh oui, les arbres coupés avaient fait des graines qui vont germer…

J’ai aussi lu que les appareils anciens n’ont pas un bon rendement. Je chauffe ma maison de 140m2 habitable avec 6 stères de bois, avec une cheminée à foyer fermé vielle de 30 ans. Certes elle est bien isolée, au delà des normes de l’époque. Elle est conçue pour profiter au max du soleil : j’ai fait les plans en fonction de l’orientation du terrain. Toute la facade nord est ocupée par un garage. Le sud par une véranda. La véranda bien orientée et spacieuse, voilà le plus écolo des chauffages. A méditer !


Olivier
4 janvier 2014 - 17 h 24 min

Gérald
15 mars 2014 - 20 h 13 min

Noublions pas que bruler du bois c’est libérer du carbone qui a récemment été stocké par la nature et qui serait libéré naturellement dans les décennies avenir. C’est le cycle naturel du carbone. Bruler des energies fossiles, c’est libérer du carbone stocké depuis des millénaires et qui vient se sur-ajouter au cycle du carbone. De ce point de vue fondamental c’est nettement plus écolo de se chauffer au bois et de laisser le carbone souterrain là où il est.


Scott
14 juin 2014 - 12 h 39 min

Pour moi, le problème du bois est un faux problème. Le vrai problème, c’est la précarité énergétique : toutes les maisons vétustes que leurs occupants n’ont pas les moyens de rénover et où il est très compliqué et très coûteux d’avoir chaud l’hiver.
Passez quelques mois à vous geler dans une maison humide et pleine de courants d’air, et vous constaterez que vous vous foutez totalement de savoir combien de CO2 rejette votre poêle à bois. Ce dont vous rêvez, c’est d’un logement sain et bien isolé, conçu dès le départ pour être chauffé de façon efficace et économe !
L’idéal bien sûr est l’habitat bioclimatique, naturellement frais l’été et chaud l’hiver, où il suffit d’allumer quelques flambées en saison froide pour gagner les 2 ou 3 degrés nécessaires au bien être. L’idéal est aussi la rénovation de l’habitat ancien, avec tous les matériaux écologiques et de plus en plus performants dont on dispose aujourd’hui. Mais tout le monde n’en a pas les moyens. Et tout le monde n’est pas propriétaire de son logement.
Sachant que ce sont en majorité des locataires qui souffrent du froid, principalement parce que leurs logements sont en mauvais état, mal isolés, humides ou équipés d’appareils de chauffage inadaptés, il faudrait en priorité résoudre le problème du mal-logement. Combien coûte la pose de doubles vitrages, le drainage des fondations, l’isolation des combles, des sols, des murs, le tubage d’une cheminée, la pose d’une ventilation, et pour finir l’installation d’une chaudière à granulés ? Le coût des travaux est prohibitif et ce n’est pas au locataire de tout rénover… alors bien souvent, il se contente de calfeutrer ce qu’il peut, à moindre coût, et s’il ne veut pas jeter des fortunes par les fenêtres en faisant tourner tout l’hiver des radiateurs  »grille-pains » de trente ans d’âge, il s’achète un poêle à bois… Là aussi, il faut avoir les moyens d’acheter un bon poêle récent à haute performance !
Alors commençons déjà par inciter, voire contraindre, les bailleurs à fournir des logements corrects. Avec une obligation de résultats sur l’efficacité des travaux (pas de relooking à moindre frais, une vraie isolation, un vrai chauffage…)
Ensuite on pourra s’interroger sur le pourcentage de gaz nocifs émis par une bûche de 33 cm après un ou deux ans de séchage dans un poêle à 88,5% de rendement… !


SymplyFeu
16 mars 2015 - 10 h 25 min

Merci pour cet article explicatif. Je me permets de souligner que l’utilisation des pellets, trop souvent oubliés, est encore plus écologique. Les appareils de chauffage récents sont conçus pour atténuer les émissions de CO2 et les pellets sont constitués à partir de sciures et de copeaux. Cette récupération à laquelle n’est ajoutée aucun liant chimique ou industriel renforce davantage le caractère écologique du pellet.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
10407

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS