Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Reportages photo » Le parc de la Vanoise dans les Alpes françaises
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le parc de la Vanoise dans les Alpes françaises

Le parc national français de la Vanoise

Date de création : 1963
Superficie de la zone centrale : 52839 ha
Altitude : comprise entre 1280 et 3855 m
Superficie de la zone périphérique : 143.637 ha

L’edelweiss

Caractéristiques

Créée à l’origine pour tenter de sauvegarder le bouquetin, la Vanoise jumelée depuis 1972 avec son voisin italien, le parc national du Gran Paradiso, constitue avec 125000 hectares protégés, la plus grande réserve d’Europe occidentale. Avec 107 sommets à plus de 3000 mètres, le parc est soumis régulièrement à de fortes pressions afin d’y construire des équipements pour les sports d’hiver. Vigoureusement défendu par les associations de protection de la nature, c’est un espace et un château d’eau naturels indispensables au centre de la plus grande concentration mondiale, d’équipements de sports d’hiver.

Sa faune Bouquetin, chamois, marmotte, hermine, campagnol des neiges, aigle royal, gypaète barbu (superbe vautour), hibou grand duc, tétras-lyre (sorte de coq sauvage) grenouille rousse, etc …

Sa flore Peu de forêts, mais des alpages (2/3 de la surface). Environ 1200 espèces présentes comme l’edelweiss, le chardon bleu, le sabot de Vénus (plus grosse orchidée d’Europe) le mélèze (seul résineux à perdre à ses aiguilles caduques) etc …

Sur ce thème vous pouvez lire notre dossier consacré aux espaces naturels protégés

Le régime alimentaire de la marmotte est surtout composé d’herbe, de graminées et de racines.

La marmotte des Alpes

Bien qu’elle appartienne à la même famille que les écureuils, la marmotte est exclusivement terrestre. Elle passe même une grande partie de sa vie sous terre, dans un terrier où elle hiberne.
A l’époque glacière, la marmotte des Alpes était largement répandue dans les plaines d’Europe; adaptée au froid, elle se réfugia dans les régions d’altitude quand le climat se réchauffa. Aujourd’hui, c’est l’un des animaux les plus familliers de la haute montagne.La marmotte vit sur les versants ensoleillés des montagnes, à environ 3000 m d’altitude. Chaque terrier est occupé par un groupe familial et peut avoir plusieurs entrées. Les marmottes vivent en colonies formées d’un couple reproducteur dominant et de leur progéniture de plusieurs années.
La marmotte se reproduit le plutôt possible au début du printemps, les jeunes ayant ainsi le temps de se développer pour survivre aux rigueurs de l’hiver. Une portée se compose en moyenne de 3 petits marmottons.
Vers la fin de l’été, les marmottes aménagent des litières d’herbes sèches, où elles s’installent au mois d’octobre en obstruant les entrées du terrier avec de la terre, des excréments et des plantes. Durant l’hibernation, leur rythme cardiaque n’est plus que de 5 battements par minute.

Le chamois

Le chamois est aussi appelé  » Isard  » dans les Pyrénées.

Robuste et agile, le chamois est particulièrement bien adapté à la vie en montagne, où la conformation particulière de ses sabots lui permet de se déplacer avec aisance dans les zones les plus escarpées.
Le chamois ne fréquente la haute montagne qu’en été, en automne et au printemps il vit à la lisière supérieure des forêts alpines, et peut descendre en hiver jusqu’à 500 m d’altitude pour y trouver de quoi se nourrir.
Entre avril et juin, les femelles pleines mettent bas un unique petit, parfois deux. Le chamois a un régime alimentaire assez varié, son estomac lui permettant d’assimiler à peu près n’importe quel type de matière végétale. Ainsi, il se nourrit d’herbes et de lichens, mais aussi de feuilles, de bourgeons et dans les forêts, d’écorce et d’aiguilles de conifères.

Le bouquetin des Alpes

Comme son nom l’indique, le bouquetin des Alpes vit dans certaines régions élevées d’Europe. Après avoir été menacées d’extinction, l’espèce est aujourd’hui protégée.
Le bouquetin des Alpes est un grimpeur agile, qui se déplace avec aisance sur les saillies rocheuses et les parois escarpées. Les deux sexes portent des cornes, celles du mâle étant toutefois plus longues et plus épaisses.
Mâles et femelles vivent en groupes séparés durant la majeure partie de l’année. Les deux sexes se rejoignent à l’occasion de la courte période de reproduction.

Lorsqu’il n’a pas le choix, il n’hésite pas à se battre contre un prédateur, en se servant de ses cornes avec une grande efficacité. Ses principauxennemis sont les ours, les loups, les inx et les renards (pour les jeunes).
Les accouplements s’effectuent en automne et en début d’hiver. La gestation dure environ 170 jours et la femelle donne naissance à 1 ou 2 chevreaux.

Le bouquetin se nourrit essentiellement en broutant tout au long de la journée : herbes, fleurs, jeunes pousses, plantes arbustives et broussailleuses.

 

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1004

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS