Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Flore » Le pissenlit, une plante pas si simple que ça
Dans la même rubrique
  1. Le trèfle blanc : plante porte bonheur légumineuse
  2. Dossier sur le sureau noir – Sambucus nigra
  3. Le pissenlit, une plante pas si simple que ça
  4. Ortie, une plante pleine de ressources : à redécouvrir
  5. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les plantes 1/2
  6. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les plantes 2/2
  7. La haie, un bienfait favorable au climat et aux insectivores
  8. érable plane : son dossier de a à z
  9. épicéa mais pas sapin. Bien connaître l’épicéa
  10. La digitale pourpre : fleur superbe mais également poison
  11. Dossier: le châtaignier, histoire de châtaigne et de marron 1/2
  12. Dossier: le châtaignier, histoire de châtaigne et de marron 2/2
  13. Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 1/2
  14. Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 2/2
  15. Dossier sur le bouleau verruqueux
  16. Fonctionnement des arbres, résineux et feuillus 1/2
  17. Fonctionnement des arbres, résineux et feuillus 2/2

L'éco-photo de la semaine
colibri

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes

Formation aux métiers de la nature
Chiffre Clé
· 14,2% de l’énergie en France est renouvelable ·
La part des énergies renouvelables (EnR) dans la consommation finale brute d’énergie en France [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Purins, huile, argile, vinaigre … enfin ...
  2. Colibris : les acrobates aériens !
  3. Et pendant ce temps là à Fukushima
  4. Homologation route pour une voiture ...
  5. A Chicago, le restaurant qui a produit 30 ...

Focus Sur
requins
Plus beau qu’un requin, tu meurs !

Le dossier du mois
PNPP purin d'ortie
L’assouplissement de la législation concernant la production et diffusion d’alternatives aux pesticides, obtenues à partir de plantes (décoction, infusion, macération et autres fermentations), était un souhait de longue date des paysans tenant d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Fin juillet, le vote en deuxième lecture de la loi d’avenir agricole a permis cette évolution en cessant de considérer les officielles « préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) » [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le pissenlit, une plante pas si simple que ça

Le pissenlit

Flore

Taraxacum officinale

Fiche d’identité

rosace de pissenlit- classification : angiosperme
- famille : composées
- période de floraison : mars à novembre
- type de fruit : akène de type samare
- méthode de dissémination : le vent
- biotope : prairies, bois clairs, clairières, chemins…
- distribution : très commun jusqu’à 2000 m, plus rare en région méditerranéenne
- période de végétation : vivace
- utilisation : médicinale, cuisine

Un peu d’histoire

Amie de l’homme et des animaux, c’est peut-être la plus connue des plantes champêtre. Elle est cultivée depuis plus d’un demi-siècle, mais on la cueillait depuis déjà fort longtemps à l’état sauvage, pour ses différentes qualités

Comment le reconnaître

feuille de pissenlit

On croise souvent le pissenlit lors de promenade champêtre. Il est facilement identifiable grâce à sa feuille, très caractéristique, qui permet de le reconnaître en dehors de sa période de floraison et à l’éclat de sa floraison jaune vif. Voici ses principales caractéristiques :

- dépourvue de sépales, elle possède des bractées (petites feuilles qui entourent la base du capitule, et qui le protègent comme des sépales).
- sa tige est duveteuse, cassée elle laisse échapper un liquide blanc… le latex… (pour cette raison elle fût employée pour la fabrication du caoutchouc).
- ses feuilles situées à la base de la tige, sont allongées (jusqu’à 20 cm de long) vertes foncées et très découpées.
- ses racines très fortes, s’enfoncent verticalement dans le sol, jusqu’à des profondeurs pouvant atteindre 2 mètres.
- la disposition très caractéristique de ses fruits secs, les akènes. Ils sont munis de petits parachutes sur lesquels les enfants soufflent avec bonheur.

racine de pissenlitLes racines sont du type pivotant. On remarque également sur la photo ci-contre, que la base des feuilles reste au niveau du sol et qu’ainsi la tige n’en porte pas.

Remarque : attention tout de même, le pissenlit dent de lion a plein de cousins, environ 150 , que seuls les experts peuvent différencier les uns des autres.

 Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la tige du pissenlit ne porte pas une fleur mais des centaines, rassemblées dans le réceptacle. Le pissenlit fait partie de la famille des composées (plantes qui regroupent plusieurs fleurs dans un seul réceptacle). Ces fleurs sont des ligulées (fleurs à plusieurs pétales soudés en une languette qui fait penser à un grand pétale unique).

Détaillons un peu !

Les organes mâles, sur les ligulées, sont les étamines (il y en a 5 soudées entres elles par leurs extrémités). L’extrémité des étamines s’appelle l’anthère, c’est la partie dans laquelle se forment les grains de pollen (spermatozoïde de la fleur). Les organes femelles sont le pistil (qui contient les cellules sexuelles de la femelle), le stigmate et l’ovaire. Sur le pissenlit, c’est le pistil qui en grandissant va séparer les étamines et ainsi permettre aux insectes butineurs de prélever le pollen.

Reproduction

boule de graines de pissenlit Le pissenlit est une plante dite hermaphrodite, elle a des organes mâles et femelles. Grâce à eux et à ses multiples fleurs dans son réceptacle, un insecte (abeille ou autre) peut lui permettre de s’autoféconder et ainsi de se multiplier.

Comment ça marche ?

La maturation des sexes dans une fleur de type ligulée est décalée, l’organe mâle est mûr avant la femelle.

Le pollen est recueilli par les insectes butineurs, à l’extrémité des étamines, qui arrivent à maturité avant le pistil. Ensuite le stigmate s’écarte pour laisser la ligulée devenir femelle et être fécondée par le pollen d’une autre ligulée ou même d’un autre pied de pissenlit.

La fécondation donne naissance à un fruit, l’akène, muni du fameux parachute duveteux. Ces fruits sont disséminés par le vent, sur des distances pouvant atteindre 10 km.

En conclusion, un pied de pissenlit peut s’autoféconder seul, mais une de ses fleurs ligulées ne le peut pas.

Propriétés et utilisations

Plante très mellifère.

Ses jeunes feuilles peuvent être utilisées en salade avec des croûtons, des oeufs, des morceaux de fromage…

Une fois cuites elles peuvent remplacer les épinards, ou compléter certaines soupes.

Les boutons de fleurs peuvent être utilisés en remplacement des pointes d’asperges.

Les racines grillées peuvent être un bon substitut du café.

Autrefois les fleurs entraient dans la coloration du beurre.

Ses propriétés médicinales ne sont plus à prouver : dépurative, diurétique, laxative, revitalisante, tonique, cholagogue.

 

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
joel
8 janvier 2014 - 17 h 55 min

comment se fait la disperrsion de pissenlit?


Jean
25 avril 2014 - 12 h 42 min

Je disais donc, TU NE SAIS PAS ECRIRE JOEL ‘-’


Claude
4 juin 2014 - 13 h 43 min

JOËL

La disperrrrrsion des graines de pissenlit ?
Il faut du mouvement dans l’airrrrrrr … du vent quoi !
Et les petites graines commencent un long voyage autour de la Terre.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
23880

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS