Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Flore » Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 2/2
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Le trèfle blanc : plante porte bonheur légumineuse
  2. Dossier sur le sureau noir – Sambucus nigra
  3. Le pissenlit, une plante pas si simple que ça
  4. Ortie, une plante pleine de ressources : à redécouvrir
  5. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les plantes 1/2
  6. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les plantes 2/2
  7. La haie, un bienfait favorable au climat et aux insectivores
  8. érable plane : son dossier de a à z
  9. épicéa mais pas sapin. Bien connaître l’épicéa
  10. La digitale pourpre : fleur superbe mais également poison
  11. Dossier: le châtaignier, histoire de châtaigne et de marron 1/2
  12. Dossier: le châtaignier, histoire de châtaigne et de marron 2/2
  13. Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 1/2
  14. Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 2/2
  15. Dossier sur le bouleau verruqueux
  16. Fonctionnement des arbres, résineux et feuillus 1/2
  17. Fonctionnement des arbres, résineux et feuillus 2/2

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Mycologie : fonctionnement et classification des champignons 2/2

Les champignons

Flore

=================> Page précédente de l’article <=================


Sa reproduction

Comme nous allons le voir, le champignon est une sorte de fructification.

asques champignonCette fructification a son appareil reproducteur sous le chapeau où se trouvent les spores (graines). Elles seront libérées de leurs sacs protecteurs, basides ou asques, quand le champignon sera à maturité.
Les spores seront emmenées au loin, le plus souvent par le vent et, si l’endroit de leur chute est favorable, elles pourront germer.
Leur observation se fait principalement au microscope, mais on peut aussi les observer en récupérant une sporée.
Chaque champignon laisse échapper des millions de spores, dont quelques-unes seulement arriveront à germer. Heureusement d’ailleurs, car, si toutes les spores germaient, il n’y aurait plus de place pour nous sur la terre. Un champignon comme la psalliote produit plusieurs milliards de spores en une seule nuit.

La germination donnera naissance à un filament composé de petits noyaux comme la spore. C’est le mycélium. Au fil de sa croissance, les noyaux se multiplieront, le mycélium s’étendra et se divisera en cheminant dans le sol. C’est le mycelium primaire.

Mais pour que la fructification ait lieu, il faut que notre mycélium en rencontre un autre de sexe opposé, pour qu’ils fusionnent. Ils forment ensemble le mycélium secondaire. Le mycélium secondaire poursuivra son cheminement dans le sol jusqu’à ce qu’un jour, les conditions atmosphériques (pluie, température chaude, bien souvent à l’automne) permettent la naissance du champignon.

Bien après la mort du champignon le mycélium persiste dans le sol. C’est pourquoi il faut éviter de bouleverser la terre qui fournit de bonnes récoltes, il est important aussi de laisser quelques vieux spécimens.

On peut facilement comparer le champignon à un fruit et le mycélium à son arbre. Si l’on veut trouver le mycélium, il faut de bons yeux et de la délicatesse. En soulevant les feuilles et les brindilles qui sont au pied du champignon, on pourra observer des filaments parfois colorés de jaune, de violet, ou de blanc, qui cheminent dans l’humus, c’est le mycélium.

Son développement

Le champignon au début de sa vie, n’est qu’une petite boule au milieu de l’humus (ou autre). Dans cette boule, tout est déjà en place, les lamelles, la volve, le chapeau, le pied …. Elle se transformera au cours de son développement.
Dans la boule, les lamelles sont soudées au pied et au chapeau par chaque extrémité.
La volve qui se trouve au pied de certain champignon adulte, est la membrane qui recouvre la petite boule. Elle se déchire lors de sa croissance.

le chapeau comme le pied, peut avoir plusieurs formes et tailles.

L’anneau que certains champignons possèdent se forme lorsque le voile qui relie le pied au bord du chapeau, se déchire et retombe comme une jupe

A la fois utile et nuisible

Il existe plus de deux cent mille espèces de champignons en comptant bien sûr les champignons microscopiques.

Parmi toutes ces espèces, certaines moisissures permettent la fabrication d’antibiotiques telle la pénicilline, et d’autres, comme les levures, permettent la fermentation, sans lesquelles le pain, le vin, le fromage et la bière ne seraient pas ce qu’ils sont.
Mais ils en existe aussi quelques-uns de très nuisibles qui provoquent aussi bien des maladies sur les cultures (mildiou, ergot …), que des maladies sur les hommes ou les animaux (teigne, mycose, eczéma).

Les champignons supérieurs, sont au nombre de 4000; ils offrent une incroyable multitude de formes, de grosseurs, de couleurs, de goûts. Certains font le bonheur des gastronomes passionnés de promenade en forêt.

Attention ! Si certains sont délicieux et offrent une palette d’arômes incroyables (trompettes de la mort, chanterelles …) d’autres sont dangereux, provoquent des hallucinations (amanite tue mouche, psilocybe) ou peuvent causer la mort ( amanite phalloïde, amanite vireuse).

Quelques exemplaires de champignons hallucinogènes

L’amanite tue-mouche
champignonC’est certainement le plus connu des champignons, rouge à petits points blancs, il ne passe pas inaperçu dans la forêt. Les enfants le connaissent comme étant l’habitation des petits lutins des contes et des légendes. Mais attention, il ne faut pas se laisser tromper par ses jolies couleurs, c’est un champignon vénéneux. Il était très recherché par les anciens peuples nordiques (les Vikings) qui lui attribuaient un pouvoir divin et était consommé pendant les cérémonies rituelles. Les effets, suite à son ingestion, se déroulent en trois phases : excitation (cris, rires, chants), cette période euphorique est suivie d’angoisse et de stupeur; puis les effets de la drogue s’estompent dans un sommeil profond qui peut être entrecoupé de cauchemars. Les drogués n’hésitaient pas à boire ou faire boire leur urine, car la filtration rénale, n’altère pas les « propriétés » hallucinogènes de l’amanite tue-mouche.
Attention, outre les conséquences ci-dessus, son ingestion peut provoquer des sueurs, des troubles gastro-intestinaux, une dilatation de la pupille, des larmoiements, une salivation et un ralentissement du coeur. Il peut donc entraîner de sérieuses intoxications.

Le psilocybe
Il était chéri par les peuples mayas car il augmentait la perception sensorielle; il était toujours présent lors des cérémonies religieuses.

Conseil

IL est fortement conseillé de ne pas se déclarer cueilleur de champignons du jour au lendemain. Aussi, pour une cueillette, il est recommandé d’accompagner une personne de confiance qui connait parfaitement les champignons. Pourquoi ne pas prendre aussi un livre qui traite de mycologie, en faisant attention à tous les détails : volve, anneau, couleur. Certains champignons vénéneux ressemblent fortement à des comestibles, donc le moindre petit détail peut changer un repas de fête en un séjour à l’hôpital, ou pire……
Au moindre doute, il est préférable, lors de la cueillette, de séparer les champignons douteux des autres et de les montrer à un professionnel (pharmacien ou mycologue professionnel). Consommez votre récolte le plus tôt possible et ne la conservez pas dans un sac plastique, mais sur des clayettes dans une cave ou dans la partie inférieure du frigo.

Sur ce thème Univers-nature vous recommande

Le CD-Rom « des champignons toute l’année »

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
7227

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS