Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Des représentations en contradiction
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des représentations en contradiction

S’abonner
pour recevoir
les articles par mail

Prédateur en France : un statut à haut risque !

Faune

=================> Page précédente de l’article <=================

Quelles perspectives envisager ?

L’éducation à l’environnement

Nous avons également constaté que l’avancée des connaissances scientifiques, et par conséquent le recul de l’obscurantisme, avaient permis de contribuer à faire redécouvrir ces prédateurs sous un meilleur jour. On voit là l’importance de l’éducation à l’environnement dans l’acceptation sociale de la protection de l’environnement et en particulier de la nature sauvage. Il s’agit de replacer le loup, l’ours et le lynx dans la réalité et non dans le fantasme positif ou négatif. De plus, le citoyen doit être informé pour pouvoir exercer sa responsabilité. Cependant, “Changer le comportement d’une espèce vis-à-vis de son milieu est une tâche d’ampleur géologique” écrit François TERRASSON dans La peur de la nature (éditions Le sang de la terre, 1998, p.181).

3.1. Le Rôle des associations et des scientifiques

Les associations, ainsi que les scientifiques concernés, peuvent y jouer un rôle déterminant. Les associations sont en effet des réservoirs d’informations de part leur forme de réseaux, mais aussi dans la mesure où elles participent activement au débat. Leur position à ce niveau en fait d’excellents intermédiaires auprès des populations. De même que les médias, les associations participent à l’élaboration de nouveaux cadres de référence pour la population à travers un recodage de l’information et des savoirs. L’association Pro Natura, par exemple, entend ainsi participer à l’établissement de bonnes conditions à l’installation définitive des grands prédateurs en Suisse. Afin d’améliorer les représentations liées au lynx, au loup et à l’ours, elle organise un ensemble de conférences, excursions, journées d’information et mise à disposition des écoles de matériel didactique.

Le Manifeste de France Nature Environnement pour le loup

FNE, France Nature Environnement, la fédération des associations de protection de l’environnement, avec le support de sa “Mission loup” mène de nombreuses actions pour tenter d’obtenir un consensus sur le loup:
- rédaction d’un manifeste sur le loup
- colloque avec de nombreux intervenants au printemps 2000,
- pétition pour la “Protection des loups et des moutons”.

Dans son manifeste FNE rejette toute idée de zonage géographique en argumentant que si les mesures de protection des troupeaux sont mises en place sérieusement afin que le loup ne puisse pas reporter sa prédation sur les troupeaux non protégés, l’impact du loup se limitera à un seuil supportable et les conditions de vie des bergers et éleveurs s’en trouveront améliorées.
Dès lors pour FNE, il serait acceptable d’intervenir sur des loups qui mettraient en échec ces mesures de protection des troupeaux, avec des interventions qui se feraient sur des critères objectifs après définition d’un seuil d’inefficacité de la prévention.

Le manifeste :
http://www.univers-nature.com/divers/manifeste-fne.html
La pétition :
http://www.univers-nature.com/actions/petitions.html#loup

3.2. Une nouvelle pédagogie

Pour être efficace, cette éducation doit être envisagée selon des critères excluant si possible tout ethnocentrisme de classe. En effet, celui-ci consisterait à désigner de mauvaises pratiques de la nature de la part de certains groupes sociaux uniquement en raison de leur déviance vis-à-vis des représentations du monde scientifique et écologiste. L’adhérence totale, l’intégration efficace et durable des modes de pensée et d’action alors proposés par les “éducateurs environnementaux” risqueraient dans ce cas de ne pas faire partie des objectifs atteints.
D’autre part, le tourisme de masse que cette éducation risque de susciter pose de réels problèmes en matière de protection des espaces. En effet, il en résulte une pression importante qui contribue à la lente destruction des sites. L’écotourisme semble alors être une solution mais celle-ci est loin d’être satisfaisante d’un point de vue éthique et social.
En effet, cela suppose que le tourisme reste réservé à certaines couches sociales dont la pratique respectueuse de l’environnement suppose une certaine connaissance du milieu naturel. Les classes dites populaires seraient alors exclues des relations à la nature. Cependant, l’éloignement de la nature est loin de jouer en faveur d’une meilleure connaissance de celle-ci. Luigi BOITANI écrit : “la coexistence favorise la compréhension et la tolérance, alors que le manque de contact proche a tendance à faire réapparaître l’image profondément irrationnelle du loup.” (La Planète des loups, Jim BRANDENBURG, Terre Sauvage Hors-série n°16, mars 1994). L’Histoire l’a montré, on craint ce que l’on ne connaît pas. Les mythes et les superstitions pourraient alors renaître. De plus, l’objectif n’est-il pas de tendre vers une coexistence de la nature et des sociétés humaines?

Quelles perspectives envisager ?

La coordination

Pour optimiser cette éducation à l’environnement, il s’agit donc d’utiliser toutes les ressources nous permettant de connaître et de comprendre le pourquoi de certaines pratiques et de certains modes de pensée.

4.1. Modèles et pluridisciplinarité

Pour cela, la concertation entre les différents pays est plus que souhaitable. L’expérience des uns enrichit les autres et les comparaisons font avancer. Connaître les clefs de la réussite du Parc des Abruzzes, pour le citer une fois de plus, contribuerait certainement à l’établissement en France de politiques novatrices et efficaces. De même, les techniques de prévention utilisées dans le Montana (Etats-Unis) sont essentielles à prendre en compte, dans la mesure où elles permettent la cohabitation d’une faune sauvage largement plus développée que la nôtre avec un bétail autrement plus nombreux.

4.2. Le regroupement

On peut dans cette mesure envisager les intérêts d’un jumelage entre des parcs transfrontaliers. Le Parc National du Mercantour a signé en 1987 un jumelage avec le Parco Naturale delle Alpi Marittime en Italie. Cette association leur permet de profiter de l’expérience de l’un et l’autre avec pour base une identité culturelle commune au niveau de la population locale. La création d’un observatoire européen des grands prédateurs fait partie des propositions avancées par Pierre Bracque dans son rapport de mission interministérielle sur la cohabitation entre le loup et l’élevage. La coopération et la coordination internationales sont souvent reconnues par les différents textes de protection de la nature comme étant indispensables à la réalisation efficace et durable des objectifs de conservation. Le WWF est à l’origine du programme “Initiative Grands Carnivores pour l’Europe”. Ce programme regroupe ponctuellement des chercheurs de plusieurs pays et de plusieurs disciplines dans le but de rétablir et de maintenir des populations viables de superprédateurs dans un contexte de coexistence avec l’homme et d’équilibre avec le milieu naturel. Les thèmes traités par ce regroupement de spécialistes portent sur la protection proprement dite des carnivores et de leur habitat, sur leur intégration au sein du développement local, de la conception d’instruments juridiques, économiques et politiques nécessaires et sur la réduction des conflits sociaux généralement fortement liés aux grands carnivores.

Quelles perspectives envisager ?

La concertation

5.1. Un lieu d’expression et de participation

Reste que la concertation est le premier et l’ultime outil de réussite de toute politique de conservation. Il s’agit de faire participer et de limiter au maximum les exclusions souvent génératrices de frustrations propres à la naissance de conflits. L’intégration dans le débat de tous les acteurs concernés permet de légitimer les décisions issues des débats. La possibilité qui s’offre alors à chacun de s’exprimer permet de mieux comprendre les hésitations et les résistances. De plus, cela permet une ouverture au dialogue, souvent propice à l’établissement de compromis satisfaisants. Sans cette concertation, les loups, ours et lynx risquent de constituer une cible symbolique contre l’intervention arbitraire de l’Etat ou des protecteurs de la nature. Le 31 décembre 1994, une “Charte de développement durable des vallées béarnaises et de protection de l’ours” a été signée par l’Etat, des élus, des chasseurs et des bergers.

Cette charte, basée sur la concertation, semble avoir eu plus d’impact que les réserves instaurées par Brice LALONDE en 1990 dans lesquelles la chasse et la circulation automobile étaient strictement réglementées. Bien que celles-ci présentaient l’intérêt indéniable de se conformer à la ratification alors récente de la Convention de Berne, elles ne découlaient pas d’une consultation de la population locale. Les élus et éleveurs firent donc pression pour la supprimer. C’est également à partir de ce principe et à l’initiative des ministères de l’aménagement du territoire et de l’environnement, et de l’agriculture et de la pêche, qu’a été créé en 1998 un comité national de concertation sur le loup. Chargé d’élaborer une stratégie nationale de cohabitation durable du pastoralisme et du loup en France, il regroupe des représentants des différents acteurs concernés : administration, profession agricole, associations de protection de la nature, élus, organismes scientifiques et techniques.

5.2. La réalité locale

Face à ce comité national, sont également mis en place des comités départementaux de concertation et de suivi du loup, réunissant les acteurs concernés, mais de façon locale et donc plus proche des réalités du terrain. La proximité de la communication est indispensable à la prise en compte réelle des impératifs locaux. De plus, le système de représentation des parties opposées, s’il est démocratique, n’est pas toujours représentatif de toutes les sensibilités des acteurs individuels. Ainsi, les syndicats et les fédérations d’associations, bien qu’indispensables au débat publique et à la prise de décisions au plus haut niveau, ne semblent pas toujours faire parvenir les informations dans leur intégralité à leur “base”. Un travail de communication individuelle sur le terrain semble par conséquent nécessaire à la compréhension de la totalité des enjeux.

5.3. Une transparence indispensable

La nécessité de transparence et l’information complète en temps et en heure relèvent également d’une nécessité absolue. La polémique autour de l’origine des loups du Mercantour est un exemple des erreurs de communication qui empoisonnent le dialogue équilibré et raisonné. En effet, malgré des traces évidentes de présence des loups dans le Parc National du Mercantour en 1992, les autorités ne déclarèrent officiellement le retour du loup au sein de notre territoire qu’en mai 1993. Les éleveurs se sentirent trompés et la rumeur qu’il s’agissait d’une réintroduction forcée et secrète de la part d’écologistes s’étendit. Aujourd’hui encore, bien que la preuve génétique soit faite qu’il s’agit d’une expansion de la population lupine* italienne, le ressentiment demeure et le bien-fondé des preuves avancées est encore remis en cause.

Le cas de la réintroduction du lynx dans les Vosges

Entre 1983 et 1993, vingt et un lynx furent réintroduits dans le sud du massif vosgien. Ces réintroductions firent d’abord l’objet d’une étude de faisabilité qui révéla un contexte favorable aussi bien d’un point de vue écologique que social.
L’Etat donna le feu vert à condition que le consensus local entre les différents acteurs concernés soit effectif, ce qui était globalement le cas, exception faite de l’opposition exprimée par la Fédération des Chasseurs du Haut Rhin. Mais à la veille d’une ultime réunion de concertation, deux lâchers sont réalisés par un”promoteur associatif”.
Le travail de dialogue patiemment mis en place pendant plusieurs années s’en trouve très fortement troublé et nombreux sont ceux qui se sentent trahis. La fédération de chasseurs demande par voie préfectorale la capture des individus, mais l’Etat refuse. Dès lors, un travail difficile de maintien des individus commence pour les associations, en partie discréditées dans l’affaire du lynx.
A partir de 1987, une nouvelle voie de communication est établie. Chaque demande de réintroduction de la part d’Alsace Nature est communiquée au préfet qui informe les acteurs concernés pour avis. L’accord est ensuite donné en fonction du consensus général. La concertation n’existe plus que par l’intermédiaire du préfet et le dialogue officiel direct est stoppé.
Cependant, la population est désormais informée des renforcements de population de lynx qui sont effectués au travers d’une commission départementale.
Mais le mal est fait, et les lâchers se font dans un contexte tendu. Certains animaux en feront les frais. En 1987, on retrouvera la première femelle lynx ayant mis bas tuée par balle avec ses trois petits.

5.4. Penser l’expansion et le futur

La protection de ces espèces a pour but leur installation définitive sur le territoire français. L’exemple de la recolonisation des loups via l’Italie montre que la capacité d’expansion de ceux-ci est énorme. Leur mode de vie, basé sur de faibles densités et le départ des jeunes à la conquête de nouveaux territoires à coloniser, nécessite des espaces vastes et suppose que les loups protégés ne s’en tiendront pas aux seuls territoires déjà occupés. En période de déplacement, un loup peut parcourir jusqu’à cent kilomètres par jour. Par exemple, une recolonisation par les populations lupines espagnoles et portugaises est tout à fait envisageable. De plus, le caractère du loup fait de lui un animal qui s’adapte facilement aux différents types de milieux, sous condition bien sûr d’y trouver des ressources alimentaires suffisantes, spécialement en hiver. Sa répartition planétaire montre qu’il n’est absent que dans les seuls milieux désertiques et de forêts équatoriales.
Ainsi, le problème du loup ne se pose pas que dans les seuls départements alpins bénéficiant du programme LIFE. Il s’agit donc d’ouvrir une concertation préventive sur des territoires susceptibles d’être un jour ou l’autre concernés par ce problème. La Suisse, de même que la Belgique, ont commencé un travail de réhabilitation du loup dans leurs populations malgré l’absence de loups sur leur territoire. Ce travail préventif indispensable permet de préparer le public et les acteurs concernés à la forte probabilité du retour de cet animal. La France n’a pas eu pour le loup cette politique, à tel point que celui-ci n’apparût sur la liste des espèces protégées qu’après un arrêté ministériel datant du 22 juillet 1993. Pourtant , le loup était officiellement présent en France depuis mai 1993, et officieusement depuis l’automne 1992.

Outre la préparation et l’éducation des populations, l’expansion des grands prédateurs résultant de la protection dont ils font l’objet pose le problème déjà soulevé de la régulation inévitable des populations.
Il s’agit de mettre en place dès maintenant des cellules de réflexion visant à élaborer les modalités de cette régulation. Celle-ci, bien que contraire aux principes de protection de la nature proprement dits, est indispensable. En conséquence, les débats promettent d’être longs et houleux. La nécessité d’anticiper semble donc s’imposer de nouveau.

=================> Suite de l’article <=================

Bibliographie et Glossaire

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
"Santé et habitat sain"


>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 07 février 2013 à 05:41

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
320

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS