Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Des représentations en contradiction
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des représentations en contradiction

S’abonner
pour recevoir
les articles par mail

Prédateur en France : un statut à haut risque !

Faune

=================> Page précédente de l’article <=================

Des représentations en contradiction

Des concepts contradictoires

A La question de l’installation durable des grands prédateurs en France ne s’arrête pas à ces seules contradictions. Il est en effet indispensable d’aborder le côté contradictoire inhérent à la notion même de conservation et de protection de la nature.

4.1. Un anthropocentrisme inévitable

Bien que la Nature soit externe à celui qui l’observe, car soumise à ses propres lois, indépendantes de l’observateur, nous ne pouvons pourtant pas l’appréhender autrement qu’en lui appliquant nos propres systèmes de fonctionnement. En effet, quelque soit le sujet, nous sommes forcés de l’évaluer, de le juger et de le rapporter à nos propres normes et notre propre système de conception. Dans cette mesure, le risque de ne pas servir les intérêts réels de la nature est inévitable. L’anthropocentrisme ne peut être résolu puisqu’il constitue le seul mode de pensée que l’esprit humain puisse concevoir.

Keith THOMAS écrit à ce propos : “ Car toute observation du monde naturel implique l’utilisation de catégories mentales avec lesquelles nous, les observateurs, nous classons et ordonnons la masse des phénomènes qui nous entourent, qui sans cela seraient incompréhensibles; et il est notoire qu’une fois ces catégories apprises, nous avons beaucoup de peine à voir le monde d’une autre manière, quelle qu’elle soit.” (Dans le jardin de la nature, la mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), traduction de Catherine MALAMOUD, éditions Gallimard, 1983, p.66).
La nature a ses propres droits. Certains protecteurs de la nature désirent aller plus loin encore dans l’argumentation juridique en faisant évoluer le statut de la nature d’objet* à sujet de droit*. Certes, le principe est intéressant. Mais l’impossibilité dans laquelle nous sommes de nous débarrasser de notre anthropocentrisme pose un problème fondamental dans cette revendication.

Si toute la faune acquérait le statut de sujet de droit*, nous serions amenés à traiter des oppositions entre espèces, ce qui ne ferait que renforcer notre anthropocentrisme.En effet, nous serions à la fois juge et partie. Cela est inconcevable d’un point de vue juridique dans la mesure où le principe même de justice s’en trouve exclu. L’anthropocentrisme semble donc indépassable, et donc incontournable sur le plan de l’action. La protection de la nature, qui a pour objectif absolu de réduire au maximum l’influence de l’homme sur celle-ci est pervertie avant même d’avoir commencée.

les bovidés ont cédé leur place aux ovins dans les Alpes françaises – Photo P. FARCY

La nature sauvage que l’on entend préserver se définit comme un espace libre de toute volonté humaine. Or la protection résulte non seulement d’une volonté humaine, mais elle s’exprime à travers des actions humaines, qu’elles soient pratiques (radiopistage, nourrissage…) ou non (instruments juridiques, sensibilisation….). La contradiction est évidente. La protection tuerait-elle la nature sauvage? Les animaux sauvages sont marqués, surveillés et suivis pour assurer la pérennité de leur retour.
La notion de liberté qui est associée à leur nature sauvage est donc ici remise en cause. Il est d’ailleurs important de faire remarquer que malgré l’attribution de prénoms bucoliques et rassurants comme l’ours Papillon, ceux-ci restent sauvages et ne doivent pas être assimilés par un public enthousiaste à des peluches familières et dociles. Il est donc nécessaire de porter une attention toute particulière aux réappropriations propices à brouiller les limites du sauvage et du domestique. En effet, il ne s’agit pas de supprimer des fantasmes pour en créer d’autres.
Ajoutée aux représentations dont cette nature sauvage fait l’objet, cette contradiction nous permet de mieux comprendre la difficulté de mettre en place une cohérence au sein des actions et des réflexions que ce débat génère.

4.3. une intervention humaine inévitable

De même, le statut d’espèce protégée a pour but de permettre le développement des loups, ours et lynx, ainsi que leur installation progressive mais définitive. Si, en tant qu’espèce protégée, leurs effectifs restent raisonnablement supportables, de nombreux exemples de gestion ont montré, qu’à terme, les populations devaient souvent être maîtrisées. Une contradiction supplémentaire est ici soulevée. La protection de la faune mène à sa régulation forcée et donc à la remise en cause des principes stricts de non-capture et de non-destruction. La chasse à l’ours est autorisée sous certaines conditions en Finlande, Suède, Bulgarie, Slovénie et Slovaquie. En Italie, le gouvernement ferme les yeux sur le braconnage envers les loups, malgré une protection officielle intégrale.

Illustration suivante : répartition du lynx en Europe en 1995 – Document KORA – http://www.kora.unibe.ch

=================> Suite de l’article <=================

Bibliographie et Glossaire

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
"Santé et habitat sain"


>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
290

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS