Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Des représentations en contradiction
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des représentations en contradiction

S’abonner
pour recevoir
les articles par mail

Prédateur en France : un statut à haut risque !

Faune

=================> Page précédente de l’article <=================

Des représentations en contradiction

2. La nature redécouverte

Face à ces peurs collectives, inconscientes et par conséquent difficilement maîtrisables, on assiste aujourd’hui à un engouement sans précédent pour la nature et l’environnement.

2.1. Le poids des connaissances scientifiques

L’avancée des connaissances scientifiques a permis de démythifier la faune et la nature de façon plus générale. Charles DARWIN, à travers sa théorie de l’évolution, a porté un coup important à l’anthropocentrisme qui avait jusqu’alors prévalu. D’autre part, les recherches et les études zoologiques ont permis de replacer dans la rationalité un bon nombre d’animaux transformés en faire valoir d’une morale le plus souvent manichéenne.

Pour exemple, le loup, longtemps considéré comme un animal solitaire, au point de devenir un symbole populaire de marginalité, est aujourd’hui connu pour son caractère profondément social. Cette réhabilitation a été rendue possible par l’observation patiente et minutieuse de chercheurs. Le travail de réhabilitation des grands prédateurs n’était pourtant pas vraiment simple, et il faut préciser qu’il n’est pas effectif chez tout le monde. Ainsi, l’ours pyrénéen, pourtant insectivore et végétarien à 84% (source : L’ours brun, Jean-Jacques CAMARRA, édition Hatier, 1989, p.65) , reste pour beaucoup un redoutable carnivore dévoreur de troupeaux.
Ces animaux à fort symbolisme sont dépositaires d’un ensemble de mythes qui pèsent sur leurs chances de survie. La mythologie occidentale et les traditions européennes sont l’expression directe d’une peur de la nature que nous avons précédemment développée.

Celle-ci s’exprime plus particulièrement envers les superprédateurs dans la mesure où un certain nombre de leurs caractéristiques intrinsèques, dont le régime alimentaire, suppose une concurrence que les hommes ont souvent jugée déloyale. Les Encyclopédistes, bien qu’opposés à l’expansion des loups, avaient bien analysé cette source profonde, et pourtant naturelle, de conflit : “Nous l’appelons cruel, parce que ses besoins sont en concurrence avec les nôtres. Il attaque les troupeaux que l’homme réserve pour sa nourriture, et les bêtes fauves qu’il destine à ses plaisirs”.

2.2. Les doubles de l’homme

De la même façon, certains de leur mode de comportement les rendent propres à la comparaison. Ainsi, l’ours est souvent considéré par les populations primitives comme l’ancêtre du genre humain, susceptible dans de nombreuses traditions folkloriques de remplacer l’homme dans son rôle de géniteur.

Sa possible position debout, ses tétons placés sur la poitrine et non sur le ventre, son intelligence, ont porté certains peuples à croire que l’ours n’était finalement qu’un être humain qui, par excès de discrétion, s’était retrouvé animal.
De même, le loup est à l’origine de peuples et de cités. Genghis Kahn, grand conquérant mongol, se vantait d’être le descendant du loup mythique Bôrt-a-Tchino et de la biche Ko’ai Maral. Rome fût fondée par Romulus qui, sans la louve nourricière, n’aurait jamais survécu.
Aujourd’hui, un certain malaise du monde moderne et social fait naître de nouveaux symboles. De bête sanguinaire et cruelle, le loup est devenu la référence vivante de la liberté, du retour à la nature et de valeurs telles que l’honnêteté, la fraternité et la compassion. L’attention que la meute porte à l’éducation des louveteaux remet naturellement en cause la réputation cruelle du loup. De même, sa monogamie prend des allures de modèle de fidélité et d’honnêteté.

Ajoutons à cela la compassion dont il fait preuve envers ses semblables blessés, ainsi que la cohésion de la meute et l’esprit de groupe dont il fait preuve, et le loup se transforme en frère et ami que l’on souhaiterait tous avoir.

2.3. La nostalgie d’un paradis perdu

Dans nos sociétés modernes, l’animal sauvage, et plus particulièrement le grand prédateur, est associé à un paradis perdu. Avant la chute d’Adam, consécutive au péché originel, l’homme vivait en parfaite intelligence avec les autres êtres vivants. Cette relation dénuée de peurs et d’angoisses, bien qu’imaginaire et imaginée, fait l’objet d’une certaine nostalgie dans une société qui a longtemps considéré la technique comme étant la clef du bonheur. Jack LONDON dans son ouvrage Croc-Blanc, exalte la vie sauvage, son authenticité et sa noblesse.

Les préoccupations liées à cette représentation de la nature sont alors l’expression plus ou moins directe d’un rejet vis à vis d’une société qui ne répond plus aux attentes. La nature représente donc une échappatoire aux contraintes du monde moderne. Les citadins idéalisent la nature à travers leur besoin de régénération. Le malaise du progrès contribue à ce regain d’intérêt pour la nature et son authenticité.
La nature est ainsi reconnue comme ayant une valeur intrinsèque positive.
L’écologie profonde va même jusqu’à considérer la nature comme un modèle éthique. Ce mode de pensée, bien que louable dans la recherche du bonheur, doit tout de même être relativisé en ce qu’il constitue une pensée extrême et donc porteuse du risque de totalitarisme

=================> suite de l’article <=================

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
"Santé et habitat sain"


>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
251

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS