Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Orque ou épaulard – le roi des mers
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Orque ou épaulard – le roi des mers

Orque ou épaulard
Orcinus orca

Faune

=================> Page précédente de l’article <=================

Société

orque bondissantLes orques sédentaires vivent la plupart du temps en groupes, appelés pods. Un pod réunit en moyenne entre 5 et 15 individus. Institués à vie, ces pods voient cohabiter des orques de toutes tailles et de tous sexes, tous génétiquement liées. Ce sont les femelles qui mènent le clan, celle qui dirige plus spécifiquement est appelée la femelle dominante, c’est la plus vieille du clan.

Les liens familiaux entre la mère et ses petits sont certainement le premier maillon essentiel à cette société. Arrivés à maturité sexuelle, les mâles resteront toujours à la périphérie du groupe maternelle, les femelles créeront, elles, leurs propres cellules, aidées en cela par des femelles plus âgées. En aucun cas, les individus d'un même pod ne se séparent au-delà de quelques heures pour la chasse, ou de plusieurs jours pour les mâles allant se reproduire. Il arrive néanmoins qu’un pod se mêle temporairement à d’autres, ils forment alors un énorme groupe compact très bruyant, jusqu’à la dispersion du rassemblement où chaque groupe se reforme à l’identique.

Cette société, très hiérarchisée, se trouve caractérisée jusque dans les positions de nage des pods. La femelle dominante est au centre, entourée de sa progéniture, un peu plus loin nagent les mâles adultes de sa descendance ; puis viennent les femelles entourées également de leurs descendances.

La culture du langage

Les orques sont des animaux très bruyants et la communication tient une place importante dans leur société. Le langage se fait sur deux niveaux, tout un pan est universel et compréhensible à toute orque à la surface du globe, parallèlement chaque pod utilise des chants et sons intelligibles par ses seuls membres. Avec l'homme, l'orque est le seul animal à posséder cette particularité : l'utilisation de dialectes.

Sifflements, cliquetis, salves de cris… la palette de langage de l’orque est très évoluée et complexe. Les scientifiques s’accordent à les départager en 4 grands groupes.

  • Clics
    Selon leur durée et leurs fréquences ils ont différents effets. Ils servent essentiellement à l’écholocation.
  • Clics à haute fréquence
    Ce bruit puissant est utilisé lors de la chasse pour « neutraliser » les poissons.
  • Sifflements
    Pouvant être modulé à loisir de par leurs fréquences, les sifflements sont une forme de communication entre les individus.
  • Cris ou grincements
    Avec une portée de 10 km, ces sons ont un rôle important dans la communication de groupe.

Un amour maternel sans faille

Les orques peuvent se reproduire tout au long de l’année, même si une préférence innée se porte sur le printemps et le début de l’été. Pour éviter la consanguinité au sein des pods, ce sont les mâles d’une famille qui s’éclipsent quelque temps à la recherche d’une congénère d’un pod voisin. Les mâles rivalisent alors entre eux, des confrontations jamais très violentes et riches en sauts acrobatiques et chants. L’accouplement en tant que tel suit des codes bien spéciaux. Le mâle parade, attendant l’acceptation de la femelle, s’en suit une danse que l’on pourrait qualifier de « sensuelle », les deux orques se frôlant de leurs nageoires, se tournant autour… Puis les deux faces ventrales s’unissent et l’acte sexuel en tant que tel a lieu. Ce dernier, très bref, a lieu entièrement sous l’eau et est répété plusieurs fois.

orque et son jeune soufflant par l'éventLes femelles sont fécondes environ 25 ans, période durant laquelles elles donneront naissance à 5 petits en moyenne. La gestation est comprise entre 12 et 16 mois. Alors que la mère est encadrée par d’autres femelles, le jeune déjà grand de deux mètres va sortir, en général, la queue en premier, et d’instinct remonter à la surface pour prendre sa première bouffée d’oxygène. Si jamais ce geste vital n’est pas automatique, les autres femelles du pod n’hésitent pas à guider la jeune orque jusqu’à la surface.
Le juvénile ne va plus quitter sa mère jusqu’au sevrage, 2 ans plus tard. Dans ce laps de temps, il va muer d’une couleur gris-bleu vers sa livrée noire et blanche caractéristique. A 3 ou 4 mois, ses dents auront poussé et il pourra commencer à apprendre à chasser avec les autres membres du pod, toujours à proximité de sa mère…

La société des orques repose sur des liens étroits entre les individus et est centrée sur les femelles. Dans la plupart des populations, les orques restent toute leur vie dans leur groupe de naissance.

La légende de « Old Tom »

Au XIXe siècle en Australie, la ville D’Eden qui vivait essentiellement de la pêche à la baleine fit une association des plus insolite, et prolifiques, avec un groupe d’orques nomades. Ce groupe, surnommé par les pêcheurs les « tueurs de l’Eden » était dominé par une orque matriarche : « Old Tom » et avaient pris pour habitude de se joindre aux hommes, chaque automne, lors de la saison de chasse à la baleine.

L’association était simple, dès qu’elles avaient repéré une baleine, quelques orques se rendaient au port pour prévenir les pêcheurs par leurs nombreux sifflements pendant que le reste de la troupe essayait de ralentir la baleine.
Les bateaux de l’époque étant moins rapide que les orques, la matriarche saisissait alors la corde de l’ancre afin d’aider l’embarcation à accélérer et l’amenait à l’endroit où se trouvait la baleine. Lorsqu’une baleine était harponnée, et afin de l’empêcher d’emmener le bateau, les orques se jetaient sur son dos pour l’empêcher de venir respirer. Plus étonnant encore, Old Tom avait pris l’habitude d’attraper la corde reliée au harpon avec ses dents et d’y mettre tout son poids afin de contrebalancer les efforts de fuite de la baleine. De retour au port, la baleine était laissée quelque temps et c’est à ce moment-là que les orques prenaient leur part de la proie (langue, lèvres …). Puis le corps se gonflait de gaz et remontait à la surface, c’est alors que les hommes la dépeçaient afin d’en extraire l’huile, les fanons et autres…

Cette « collaboration » dura plusieurs années, jusqu’à ce qu’en 1930, on découvre le cadavre d’une orque flottant à la surface près du port, il s’agissait d’Old Tom. Au lendemain de sa mort toutes les autres orques sont parties et les pêcheurs ont définitivement déposé leurs harpons, la chasse à la baleine fut officiellement terminée à Eden. A noter que le squelette d’Old Tom est toujours visible à l’Eden Killer Whale Museum, où l’on remarque nettement l’usure importante de ses dents après avoir autant tiré la corde des bateaux.

=================> Suite de l’article <=================

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
« Nature »

Votre
publicité
ici

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2942

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS