Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux

Alternance jour / nuit
Influence sur les animaux

Faune

=================> Page précédente de l’article <=================

L’ouïe
L’efficacité à la chasse des rapaces nocturnes s’explique aussi par une ouïe si fine que certaines espèces sont capables de fondre sur une proie même dans la plus complète obscurité.

Certaines descriptions d’oiseaux évoquent l’hypothèse que l’acuité de la vision et de l’ouïe serait renforcée par la forme particulière de leur face, un disque qui ferait penser à l’effet parabole concentrant les impressions sensorielles reçues. Cependant ni les yeux ni les oreilles ne sont au foyer de cette parabole.

Les façons de voir sans les yeux

  • La « vision » infrarouge
    La lumière rouge possède la plus grande longueur d’onde (environ 0,7 micron) de toutes les lumières visibles telles qu’elles apparaissent dans l’arc-en-ciel. On appelle «infrarouge» le rayonnement électromagnétique de longueur d’onde supérieure à celle du visible (tant qu’on ne tombe pas dans les ondes radio). La longueur d’onde de l’infrarouge thermique est centrée sur 10 microns, soit environ quatorze fois plus que le rouge… De l’autre côté du spectre visible se trouve l’ultraviolet, dont la longueur d’onde est un peu plus courte que la lumière.
    La chaleur par rayonnement telle qu’émise par un corps animal est une lumière invisible aux yeux humains mais pouvant être perçue par certains animaux.
    Les serpents appartenant à la famille des Boïdés (anaconda, boas, pythons) et à celle des Crotalidés (crotales), sont effectivement capables de détecter la chaleur émise par les autres animaux constituant leurs proies habituelles. Chez les Boïdés, le siège de ce sixième sens se trouve sur une rangée d’orifices sur les lèvres capables de détecter le plus léger changement de température, ce qui permet au reptile de repérer les proies qui se trouveraient à proximité, même dans l’obscurité la plus complète.  Cette caractéristique est précieuse dans la mesure où ces serpents sont nocturnes.
    Chez les Crotalidés, les orifices sensibles sont concentrés en deux ouvertures encore plus sensibles aux variations de température. Le cerveau reçoit une véritable image de la chaleur qui devient « visible ».
  • La « vision » par sonar
    Certains animaux ont le privilège de “voir” les sons. Ils sont dotés de sonars (SOund Navigation And Ranging : navigation et évaluation de la distance par le son).
    Ils perçoivent l’espace autrement que par la vue. C’est un système assez proche de celui du radar, mais alors que le radar utilise une onde électromagnétique pour détecter les objets dans son environnement, le sonar utilise une onde mécanique : le son.
    Ces animaux émettent des ultrasons, des vibrations de même nature que le son, mais la plupart du temps de fréquence trop élevée (c’est-à-dire supérieure à 20 KHz, 20.000 vibrations par seconde) pour qu’une oreille humaine puisse la percevoir.
    Les chauve-souris par exemple, émettent des ultrasons de fréquences variables selon les espèces, allant de moins de 20 KHz à plus de 120 KHz. Elles déterminent la position, la vitesse, la forme, la taille et la nature de l’objet qu’elles ne peuvent distinguer à cause du manque de luminosité ou encore de la distance qui les sépare de celui-ci, et cela sert d’autant plus aux chauves-souris qu’elles sont des prédateurs nocturnes.

Pour satisfaire leurs besoins alimentaires, les animaux ont besoin les uns du jour, les autres de la nuit, tributaires qu’ils sont de proies présentes de façon diurne ou nocturne.

La lumière artificielle est un handicap pour les yeux des animaux nocturnes. C’est un piège parfois mortel. Les éclairages publics nocturnes ne semblent pas contrarier les mœurs du renard ou de la fouine, espèces qui n’ont pas une adaptation naturelle à la vie nocturne : pas de grands yeux, par exemple. Quant aux oiseaux diurnes urbains, la lumière artificielle dérègle leur vie et le troglodyte ou le merle se mettent à chanter en pleine nuit.

Rythmes circannuels

Quelques exemples :

  • Les migrations des oiseaux
    migration des oiesQuand le jour s’allonge, il déclenche le retour des oiseaux migrateurs vers leurs sites de reproduction. Quand le jour diminue, il impose le départ vers leurs sites d’hivernage.
    Explication : l’allongement du jour a une action stimulante sur l’hypophyse qui conditionne l’activité des glandes sexuelles. De même la diminution de la longueur du jour entraîne une activité hormonale déterminant le départ même si la nourriture est encore disponible (cas des martinets).
  • L’évolution du pelage et du plumage
    Les changements s’expliquent de même façon.
    La mue et la repousse de plumes neuves mettent l’oiseau en bon état de vol pour son départ post-nuptial.
    L’épaississement de la fourrure des mammifères est d’origine hormonale sous l’influence du raccourcissement des jours.
  • La quiescence des insectes
    Les travaux scientifiques ont montré que l’état de repos des insectes diurnes est déclenché par la diminution de la longueur du jour.
  • L’hibernation
    Anticiper les rigueurs de l’hiver en accumulant des graisses pour passer l’hiver en état d’hibernation est un phénomène comparable. La diminution de la longueur du jour détermine l’entrée en hibernation et c’est l’augmentation de la température souvent liée à l’allongement du jour qui déclenche la sortie de cette torpeur.

La durée de la luminosité quotidienne naturelle conditionne la vie physiologique des animaux.

Conclusion

Le chaud et le froid, le féminin et le masculin, le yin et le yang, le jour et la nuit… l’harmonie résulte de l’équilibre entre les contraires. Le contraire du jour est la nuit et non un faux jour.

Bachelard disait : «Tout ce que peut espérer la philosophie c’est de rendre la poésie et la science complémentaires, de les unir comme deux contraires bien faits ».

Proposition est faite d’unir la nuit et le jour, d’en faire un couple et de continuer à le défendre.

LA VIE A BESOIN DE LA NUIT COMME DU JOUR

Vers l’influence et les effets de l’alternance jour /nuit chez les plantes
A voir également sur ce thème : La Pollution lumineuse

 

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2015

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS