Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Faune » Le blaireau, un mustélidé omnivore
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Clic PAC, pompe à chaleur


Dans la même rubrique
  1. Un son, non des sons, la nature est pleine de chants et cris
  2. Dossier sur la salamandre, un amphibien urodèle
  3. De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?
  4. Des représentations en contradiction
  5. Des représentations en contradiction
  6. Des représentations en contradiction
  7. Des représentations en contradiction
  8. Des représentations en contradiction
  9. Des représentations en contradiction
  10. Des représentations en contradiction
  11. Des représentations en contradiction
  12. Des représentations en contradiction
  13. Des représentations en contradiction
  14. Des représentations en contradiction
  15. Des représentations en contradiction
  16. Des représentations en contradiction
  17. Des représentations en contradiction
  18. Des représentations en contradiction
  19. Des représentations en contradiction
  20. Des représentations en contradiction
  21. Des représentations en contradiction
  22. Des représentations en contradiction
  23. Le papillon citron – Gonepteryx rhamni
  24. Orque ou épaulard – le roi des mers
  25. Orque ou épaulard – le roi des mers
  26. Orque ou épaulard – le roi des mers
  27. Le moustique commun
  28. Dossier sur le lapin domestique
  29. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  30. Alternance jour / nuit : Influence et effets sur les animaux
  31. Le corbeau freux
  32. Le corbeau freux
  33. Dossier sur la chèvre
  34. Protéger les chauves-souris
  35. Le chant des oiseaux
  36. Le chant des oiseaux
  37. Le cerf et la biche, les seigneurs des bois
  38. Dossier sur le rapace buse variable
  39. Le blaireau, un mustélidé omnivore
  40. Des représentations en contradiction 21/21
  41. Des représentations en contradiction 20/21

L'éco-photo de la semaine
simplyfeu : granule bois

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine

Chiffre Clé
· 14,2% de l’énergie en France est renouvelable ·
La part des énergies renouvelables (EnR) dans la consommation finale brute d’énergie en France [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Voiture à hydrogène : Toyota lance un premier ...
  2. Succès commercial pour la voiture à hydrogène ...
  3. Record : solaire photovoltaïque, 46 % de ...
  4. Après les tramways, les téléphériques urbains ...
  5. Déterminer quelle isolation réaliser avec ...

Focus Sur
voiture à hydrogène
Voiture à hydrogène : Toyota lance un premier modèle

Le dossier du mois
cellule solaire
La conversion du flux de lumière solaire en électricité vient d’atteindre un nouveau record de 46 %. Un résultat à comparer au rendement de 25 % maxi des traditionnels capteurs photovoltaïques présents sur les toitures. A l’inverse de ces derniers, ce nouveau capteur n’est pas fabriqué à partir de silicium. Il repose sur des matériaux semi-conducteurs composés III-V et une technologie de cellules solaires à quatre couches, [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le blaireau, un mustélidé omnivore

Le blaireau

Faune

Fiche d’identité

- Classification : mammifère
- famille : mustélidés
- comportement : nocturne
- alimentation : omnivore
- habitat : forêt
- habitation : terrier
- reproduction : janvier à mars
- poids :12 à 15 kg (avant l’hiver il peut atteindre 20 à 22 kg)
l- ongueur : 0,70 à 1 m.
l- ongévité :15 ans
- portée : 2 à 7 petits

Pour m'écouter c'est ici

Comment le reconnaître

Son pelage a des teintes grises, blanches et noires. Sa tête fine porte un petit masque noir et blanc bien typique.
Des pattes, courtes et puissantes pourvues de grandes griffes (surtout celle de devant, avec lesquelles il creuse la terre, et la déblaie à reculons), portent un corps allongé qui se termine par une petite queue blanche, courte et touffue qui possède à sa base des glandes odorantes. Les glandes odorantes permettent au blaireau de marquer leur territoire, mais c’est aussi un signe de reconnaissance entre membres d’un même clan. pour s’imprégner mutuellement de leur odeur les blaireaux font des séances fesse à fesse.

Sa nourriture

Le blaireau, en voie de disparition dans certaines régions, a un gros défaut, selon les chasseurs et agriculteurs qui le traquent à coup de gaz empoisonné, pièges, fusils… il faut qu’il mange.
Omnivore, le blaireau mange aussi bien des lombrics (jusqu’à 100 kg par an pour un seul animal), des taupes, petits rongeurs, insectes, champignons, plantes herbacées, oeufs d’oiseaux qui nichent à terre, fruits, graines, nids de guêpes (leur piqûre est inoffensive sur son épais pelage). Un chercheur a trouvé 160 guêpes dans une crotte de blaireau).

blaireauConcernant les agriculteurs, il n’est pas très délicat quand il mange du raisin dans les vignes et il adore aussi les épis de maïs pas à maturité, encore tendre. Côté chasseurs, il ne dédaigne pas manger des lapereaux (garennes ou lièvres, nuisible dans certaines régions) futures victimes des chasseurs.

Chasseurs et agriculteurs s’unissent donc souvent pour lui mener la vie « dure », en oubliant qu’il est très utile dans la nature … Et oui, comme beaucoup de petits mustélidés (qui consomment des centaines de souris dites « nuisibles », des vers blancs « nuisibles » eux aussi), en France le blaireau est chassé et piégé.

Son terrier

Où l’observer
marque du blaireauLe terrier des blaireaux se trouve souvent au pied d’une butte, d’une falaise, ou d’un talus.
Il n’est pas rare de trouver près de leur habitation des mares ou des ruisseaux, mais aussi des arbres abattus, source de jeux et réserve de nourriture.
Ils apprécient aussi la proximité des arbres et buissons à baies, tels que le sureau dont ils se régalent l’époque venue (la prolifération de ces arbres doit beaucoup aux animaux, ils en rejettent les graines dans leurs crottes (ce qui n’empêche pas la germination, bien au contraire).
Le blaireau est un grand terrassier, pour creuser les galeries de son terrier il peut remuer jusqu’à 40 tonnes de terre.

Des arbres griffés jusqu'à une hauteur de 1 m 40 peuvent aussi témoigner de sa présence.

C’est un petit chemin de terre creusé par ses successifs aller et retour qui mène à l’entée principale de son terrier.
Cette entrée est facilement repérable grâce au monticule de terre qui se trouve près du trou, d’autres ouvertures se trouvent non loin. Parfois certains terriers sont tellement importants qu’il y a 30 à 40 entrées, dans ce cas la surface occupée par le terrier peut atteindre 2000 m2. En moyenne la taille de son territoire couvre 40 à 50 hectares.

trace blaireauComment l’observer
Une fois que le terrier est repéré, il faut vérifier discrètement s’il est toujours habité par un clan familial.
Dans un premier temps, répandre un peu de farine sur la voie d’accès. Le lendemain, si des traces sont relevées, revenir avant la tombée de la nuit. S’installer à quelques mètres de l’ouverture du terrier en faisant attention au sens du vent qui pourrait le prévenir de votre intrusion, attendre silencieusement sans bouger.

Le blaireau est très méfiant, il pointe son nez avant de sortir de son terrier pour vérifier les alentours et s’assurer de sa sécurité et de celle du clan. Le moindre « battement de paupière » peut le faire se retrancher dans son terrier, et là …. c’est dix fois plus de patience qu’il vous faudra avant de le revoir à nouveau.
Bien que le blaireau n’ait pas vraiment une vue très perçante, il connaît très bien la morphologie de son territoire, essayez donc de vous mouvoir dans le décor ! Il a aussi un très bon odorat, laissez le parfum ou le déodorant à la maison.

Visite de son terrier
S’il était possible de se faufiler dans le terrier d’un clan familial de blaireau (un clan est formé d’un groupe de 5 à 12 blaireaux qui occupent le terrier principal) on pourrait observer un labyrinthe sous la terre, parfois sur plusieurs étages. Les plus gros terriers sont l’aboutissement du travail de plusieurs générations, leur date de création peut remonter à plusieurs siécle.Ce terrier est composé de plusieurs galeries qui peuvent descendre jusqu’à 3 ou 4 m de profondeur, elles mènent à des « chambres » où mâles, femelles et jeunes passent la journée tranquillement à dormir ou à se reposer sur des litières constituées de feuilles, de mousse et d’herbes séchées qui sont changées fréquemment (c’est le terrier principal).
D’autres galeries servent de sortie de secours, d’aérations ou de chambres utilisées de façon plus irrégulière. ….

La famille

Petit blaireau va naître avec ses frères et soeurs, en général vers les mois de février – mars (néanmoins il n’est pas exceptionnel d’observer des naissances à d’autres périodes de l’année).
mustélidé omnivoreLa portée de 2 à 7 petits blaireautins, comme beaucoup de petits de mammifères à leur naissance, n’est pas en mesure de se déplacer et n’a pas suffisamment de pelage pour se protéger du froid. Au cours des premiers jours de leur existence, ils ont les yeux fermés.
Ils commencent à sortir du terrier familial vers l’âge de un mois et demi, et sont allaités pendant 3 mois.

Les blaireaux ont des moeurs nocturnes. Ils ne sortent que le soir venu pour aller à la chasse et faire leurs besoins. Le blaireau est très propre et ne fait jamais ses besoins dans le terrier, mais à l’extérieur dans des petits trous en forme d’entonnoir creusés à cet effet.

Après s’être soulagés et avant d’aller à la chasse, une autre chasse est pratiquée, celle réservée aux poux et puces. Une séance d’épouillage, consiste à se mettre sur le dos et à se gratter ventre et flancs avec les dents et les griffes.

Les petits ne partent pas à la chasse ils restent bien « sagement » devant le terrier à jouer en attendant le repas. Leurs jeux sont une imitation de la vie des grands, fausse bagarre, creuser, trouver la litière propre et la coincer sous le menton et la poitrine pour la rentrer à reculons. En octobre les petits auront bien grandi et atteindront presque la taille des parents.

Pendant la période hivernale nos petits et le clan, vont connaître une période de repos (pas d’hibernation !) ils réduisent très forts leur activité et vivent sur les réserves de graisse fabriquée pendant l’automne (durant cette période un blaireau peut augmenter son poids de 60%).
Le printemps suivant certains jeunes quitteront le terrier familial pour vivre leur vie, d’autres resteront dans le clan.

La reproduction

jeunes blaireauxA l’âge de 2 ans ils sont en âge de se reproduire.
L’époque de la reproduction chez les blaireaux se déroule du mois de janvier, au mois de mars. Une femelle peut s’accoupler avec plusieurs mâles d’un même clan et peut quelquefois être réceptive à d’autres périodes de l’année (ce qui explique certaines naissances « hors période »).
L’ovule fécondé reste en attente pendant 10 mois avant de se fixer dans l’utérus.
La période de gestation à proprement parler ne dure que deux mois environ. Les petits naîtront l’année suivante en février – mars.

Ce type de reproduction s’appelle l’ovo-implantation différée.

Sa qualité principale

Son hospitalité est connue de toute la forêt, et il n’est pas rare de le voir partager son terrier avec un renard, un chat sauvage, un putois…
Il aime la vie de famille et les terriers sont souvent habités par plusieurs groupes familiaux ou clans.

Echo Nature
Le magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
« Nature »

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Bellec
20 avril 2014 - 10 h 10 min

comment l’empêcher de venir fouiller dans la pelouse , créant un vrai champ de labour ?


louboutin
13 mai 2014 - 22 h 30 min

Même question que « Bellec » comment éloigner un blaireau ?


Monaco
11 juin 2014 - 14 h 41 min

on est victime d’attaques de blaireau. Nous avons perdu plusieurs cailles et pigeons. Comment pourrais t-on faire pour les tuer ou s’en débarrasser.


Scott
14 juin 2014 - 10 h 39 min

un moyen semble faire ses preuves : la clôture électrique (comme pour les vaches) installée bien sûr à une hauteur adaptée à la taille moyenne du blaireau. Ne blesse pas l’animal et le dissuade de revenir. Brancher entre le coucher et le lever du soleil.


genevieve
31 octobre 2014 - 1 h 03 min

on m’a conseillé de mettre une corde parfumée avec de l’eau de cologne autour du perimetre à protéger. je l’ai fait autour de mes cyclamen déterrés la veille et on dirait que cela a marché!!


Gromit
7 décembre 2014 - 12 h 07 min

Certains commentaires sont affligeants. Il y a des gens qui ont la chance de vivre au contact d’animaux sauvages et leur seule préoccupation est de préserver leurs fleu-fleurs et leur ga-gazon et pour les plus imbéciles d’entre eux de mettre en plus des oiseaux en cage.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25776

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS