Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Environnement » Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)
Dans la même rubrique
  1. Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature
  2. Homme, nature et pesticides 1/4
  3. Homme, nature et pesticides 2/4
  4. Homme, nature et pesticides 3/4
  5. Homme, nature et pesticides 4/4
  6. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (dernière partie)
  7. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (2e partie)
  8. La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid
  9. Préserver les ressources naturelles : une priorité pour McDonald’s
  10. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 1/3
  11. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 2/3
  12. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 3/3
  13. Les risques des expérimentations climatiques (dernière partie)
  14. Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2
  15. Biocarburants : la filère de l’or vert 2/2
  16. La Bio Cohérence, c’est aussi un esprit
  17. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  18. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  19. La grippe aviaire de type H5N1 1/3
  20. La grippe aviaire de type H5N1 2/3
  21. La grippe aviaire de type H5N1 3/3
  22. Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)
  23. La géoingénierie, technologie de manipulation climatique 2/2
  24. Géoingénierie, solution ou menace ? (notes et sources)

L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Selon la Nasa, notre civilisation pourrait ne ...
  2. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  3. Le GIEC ne fait plus recette
  4. Pollution de l’air intérieur, une ...
  5. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)

Environnement

Toutes les études importantes publiées récemment prévoient que le changement climatique – annoncé voici plus de trente ans par plusieurs rapports officiels, des personnalités et des associations écologistes – est inéluctable et qu’il sera beaucoup plus rapide que prévu précédemment.

Pour contrer une catastrophe imminente, des équipes de scientifiques renommés, appuyés par des politiciens, ont conçu des projets de refroidissement artificiel de la Terre dignes de la science fiction, qui inquiètent de nombreux climatologues. L’expérimentation de certaines de ces nouvelles technologies pourrait avoir déjà commencé.

Le changement climatique s’emballe et deviendra bientôt incontrôlable.

Selon le dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC – IPCC en anglais) (1), le premier organisme de surveillance du climat, le réchauffement global au cours du XXIe siècle sera compris entre 2 et 5° selon les scenarii. Il pourrait atteindre 8°, voire 11°, selon une équipe de chercheurs de l’université d’Oxford. Un changement radical pourrait survenir en une seule décennie. Cette éventualité est au centre des problèmes de sécurité aux USA. Le rapport pour le Pentagone « Le scénario d’un changement climatique brutal et ses implications pour la sécurité nationale des Etats-Unis » élaboré en 2003 par Peter Schwartz, consultant à la CIA, et Doug Randall, du réseau Global Business Network, prévoit des famines, des pandémies, des émeutes et des guerres civiles et inter-étatiques pour l’appropriation des dernières ressources naturelles.

« Le réchauffement global est proche du point de non-retour », avertit le président du GIEC, qui ajoute qu’« il n’y a plus une minute à perdre… c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu ». Onze des douze années les plus chaudes se situent au cours des douze dernières années, et 2007 pourrait battre tous les records de températures enregistrés. Selon James Hansen, directeur du Goddard Institute for Space Studies (GISS) de la NASA à New York, « les températures actuelles sont dans la fourchette haute de celles qui prévalent depuis le début de l’Holocène, il y a 12 000 ans ». Il poursuit : « Si le réchauffement atteint au total deux ou trois degrés Celsius, nous verrons probablement des changements qui feront de la Terre une planète différente de celle que nous connaissons. (…) La dernière fois que la planète était aussi chaude au milieu du Pliocène, il y a environ trois millions d’années, le niveau des océans était environ de 25 mètres au-dessus de celui d’aujourd’hui, selon les estimations. » (Le Monde, 29 septembre 2006).

Le cyclone Katrina, ou l'un des plus importants phénomènes extrêmes de ces dernières annéesLe premier rapport de l’Observatoire national du réchauffement climatique (ONERC), paru en 2005, montre que le réchauffement est 50% plus important dans l’Hexagone que le réchauffement moyen global, ce qui devrait entraîner des « conséquences colossales » pour notre pays. La multiplication des phénomènes extrêmes apporterait « des changements profonds sur le mode de vie des Français. »

Nous n’avons subi jusqu’ici que les prémices des catastrophes environnementales qui devraient se produire à grande échelle : inondations rayant de la carte de nombreuses îles et certains pays, multiplication des cyclones, grosses pénuries d’eau potable, famines consécutives à une aggravation des sécheresses et de la désertification, diminution drastique de la biodiversité (au moins un quart des espèces animales terrestres et des plantes serait condamné à disparaître d’ici 2050), poussée vers le nord des maladies tropicales, pandémies… Selon le 4e rapport du GIEC (février 2007), ces événements conduiraient à la migration de centaines de millions de personnes dans le monde. Ces réfugiés climatiques viendront surtout des régions les plus pauvres et les plus vulnérables, comme les zones côtières (où vit la moitié de la population mondiale) et l’Afrique subsaharienne.

A la Une de l’actualité

Le réchauffement climatique pourrait s’auto alimenter, en raison de la libération des gaz à effet de serre emprisonnés dans le permafrost (sol des régions polaires gelé en permanence), les forêts tropicales et les sédiments des océans. Ainsi, depuis quatre ans, et pour la première fois depuis l’ère glaciaire, l’immense tourbière gelée sibérienne est en train de se transformer en marécages, relâchant des milliards de tonnes de méthane (CH4), un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le CO2. Les actuels « puits de carbone » pourraient bientôt se transformer en sources, comme cela a été le cas du continent européen en 2003 : la croissance des forêts et des végétaux, qui absorbent le carbone atmosphérique, s’était interrompue en raison du manque d’eau.

Or, l’été 2003 sera considéré comme « frais » en 2050, selon un modélisateur de Météo France. De même, le réchauffement des eaux des océans – qui a atteint une profondeur de 3 km – réduit de plus en plus leur capacité d’absorption du CO2. Cet emballement pourrait faire sortir le réchauffement des fourchettes de prévision actuelles

Sans le phénomène opposé « d’assombrissement global » (« global dimming »), observé depuis les années cinquante (de 1950 à 1985, le rayonnement solaire à la surface de la terre a diminué globalement de 8 à 30% – avec des disparités importantes selon les régions du monde) et qui s’inverserait depuis quelques années, le réchauffement climatique serait encore plus important.

Une Humanité suicidaire,
ou la grande bouffe du pétrole

Le monopole du pétrole des Etats-Unis, frein aux initiatives écologiquesPlutôt que de remettre en cause le mode de vie aberrant des sociétés développées, devenu le modèle désastreux des sociétés « en développement », les autorités continuent de rassurer le public en lui proposant des solutions illusoires et souvent très polluantes – comme les biocarburants et la voiture électrique – et dangereuses, comme le nucléaire dit « de la deuxième génération » (en réalité, une technologie ancienne et obsolète qui n’a jamais fonctionné). Alors qu’aujourd’hui, seul un changement radical et immédiat de système économique, vers un modèle de « décroissance », pourrait sauver la planète.

Pendant plusieurs décennies, nos gouvernants sont restés sourds aux avertissements de personnalités et d’associations écologistes, et de rapports alarmistes (comme « Halte à la croissance », le rapport Meadows…). Leur absence de volonté politique de réduire les gaspillages et les pollutions, due à leur crainte de perdre leurs sponsors (aux Etats-Unis, essentiellement des pétroliers) ou leur clientèle électorale, alliée à la désinformation des media « incorporés » au système, ont conduit à la catastrophe reconnue maintenant comme imminente par les climatologues les plus modérés. Ce comportement irresponsable permet aujourd’hui à des scientifiques éminents de l’Establishment de justifier le recours à des technologies d’apprentis sorciers.

==> Suite du dossier

Les articles les plus lus

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 février 2013 à 05:40

3033 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
560

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS