Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Environnement » La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid
Dans la même rubrique
  1. Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature
  2. Homme, nature et pesticides 1/4
  3. Homme, nature et pesticides 2/4
  4. Homme, nature et pesticides 3/4
  5. Homme, nature et pesticides 4/4
  6. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (dernière partie)
  7. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (2e partie)
  8. La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid
  9. Préserver les ressources naturelles : une priorité pour McDonald’s
  10. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 1/3
  11. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 2/3
  12. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 3/3
  13. Les risques des expérimentations climatiques (dernière partie)
  14. Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2
  15. Biocarburants : la filère de l’or vert 2/2
  16. La Bio Cohérence, c’est aussi un esprit
  17. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  18. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  19. La grippe aviaire de type H5N1 1/3
  20. La grippe aviaire de type H5N1 2/3
  21. La grippe aviaire de type H5N1 3/3
  22. Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)
  23. La géoingénierie, technologie de manipulation climatique 2/2
  24. Géoingénierie, solution ou menace ? (notes et sources)

L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Selon la Nasa, notre civilisation pourrait ne ...
  2. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  3. Le GIEC ne fait plus recette
  4. Pollution de l’air intérieur, une ...
  5. Un point sur le Biogaz

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid

La nature en hiver !

Faune

Dans l’hémisphère nord c’est la période de l’année qui commence le 21 ou 22 décembre au solstice d’hiver et qui se termine le 20 ou 21 mars à l’équinoxe de printemps.

L’hiver c’est la saison la plus froide de l’année, avec des périodes de gel régulières ainsi que peu de nourriture disponible.

Pour passer l’hiver les êtres vivants (végétaux et animaux) ont recours à diverses solutions, on peut distinguer deux stratégies principales :

  • rester sur place et résister au froid
  • migrer vers des lieux plus chauds

Les végétaux

Quelque soit la méthode utilisée pour passer l’hiver, l’idée principale est de réduire son activité et de rentrer ainsi dans un cycle semis léthargique après s’être protégé.

laurier- Les feuillus en perdant leurs feuilles, évitent de perdre d’énorme quantité d’eau par évaporation, et comme les buissons, ils prennent soin de mettre à l’abri dans une enveloppe d’écailles leurs bourgeons dès l’automne.
- D’autres comme les myrtilliers ou les lauriers, ne perdant pas leurs feuilles, résistent grâce à leur pauvreté en eau, et à une teneur en sel minéraux élevées qui les protègent du gel; dame nature ne faisant pas les choses à moitié, ces plantes ont en général des feuilles de couleurs sombres qui captent mieux la chaleur émise par les rayons du soleil (photo ci-contre, un laurier à feuillage persistant).
- Pour les plantes à rosette, la tactique adoptée consiste à réduire le plus possible sa végétation pour ne plus garder que quelques pousses et bourgeons hors du sol, et d’emmagasiner le plus d’énergie possible dans les racines.
bulbe- Concernant les plantes à bulbes, tubercule ou rhizome, plus rien n’apparaît au sol, la plante s’est « repliée » dans le sol avec une surcharge d’énergie dans son bourgeon souterrain (grâce à la couche de terre, elle est protégée du froid).
- Reste toutes les autres plantes qui ne peuvent résister à l’hiver et meurent. Mais pour perpétuer leur espèce, elles libèrent des graines qui le printemps venu, pourrons germer et donner naissance à leur descendance.

Par ailleurs, tous les végétaux restent sur place. Ils n’ont pas le choix, ils doivent s’adapter ou mourir. Un botaniste scandinave C. Raunkiaer, est à l’origine d’une classification réunissant les différentes stratégies utilisées par les plantes pour passer l’hiver; celle-ci repose (pour simplifier) sur la hauteur à laquelle se trouve les bourgeons.

On trouve ainsi cinq familles :

La science c’est bien, mais dans la pratique que se passe t’il ?

Les animaux

Contrairement aux plantes les animaux peuvent se déplacer, ce qui va permettre à certains d’entre eux d’aller passer l’hiver dans des contrées plus chaudes (les chanceux).
On peut dénombrer deux grandes stratégies, pour passer l’hiver, dans le monde animal :

  • rester sur place et résister au froid
  • aller vers des lieux plus chaud

Rester sur place et résister au froid :

Deux attitudes pour tenir tête au froid : l’hibernation ou l’adaptation

L’hibernation

Elle ne se produit que chez les animaux homéothermes3 tels que certains mammifères et oiseaux. Durant cette période la température interne de ces animaux va descendre (tout en restant légèrement positive de 5 à 10 degrés) et s’aligner sur la température du lieu dans lequel ils se trouvent (terrier, grotte, tas de feuilles …..). Dans cet état, il n’y a plus aucune activité nerveuse, musculaire et alimentaire. La respiration et la consommation d’oxygène sont également ralenties. Cette phase dite de torpeur, est régulièrement entrecoupée de bref éveil pour piocher dans les réserves et se dégourdir un peu les membres.

Les vieux murs (photo de droite) sont des lieux de résidence très apprécié, pour passer la mauvaise saison, par les insectes, lézards, escargots, et autres petits animaux qui trouvent un abri entre les pierres.

La posture en boule prise par les hibernants, limite leur perte de chaleur. A gauche, un hérisson.

Le but de l’hibernation est de réduire les dépenses énergétiques (à cause du manque de nourriture) par une activité nulle et de se protéger du froid dans un abri spécialement préparé en adoptant une position en boule.

Parmi les animaux qui hibernent, les plus connus sont le hérisson, le loir, le hamster, la marmotte, la taupe, la chauve-souris.

L’ours, le blaireau et le putois n’hibernent pas tout à fait, la différence vient du fait que leur température chute peu, de 5 à 7 degrés et que malgré leur position en boule et leur somnolence, ils sont capables pendant cette période de réagir et de se déplacer, même hors de leur tanière lorsque le temps le permet. L’ours est même capable pendant cette période de mettre bas, et d’alimenter ses petits.

Les reptiles et les batraciens (dit animaux à sang froid) adoptent la même stratégie contre le froid et la privation de nourriture, ils se réfugient sous des tas de feuilles, de pierres, ou même s’enfouissent dans la boue. Néanmoins, ils peuvent encore malgré une température interne généralement inférieure à 10° effectuer de cours déplacements telle la couleuvre. Dans cette catégorie on trouve la vipère, la grenouille, le crapaud, le lézard, la tortue, etc…

L’adaptation

Pour tous les autres animaux qui restent sur place et néanmoins n’hibernent pas, une seule solution, s’adapter.
En plus d’une réserve de graisse ils doivent se protéger à l’aide d’un plumage ou d’une fourrure plus dense, éventuellement se construire un gîte pour se protéger du vent et des intempéries hivernale (comme l’écureuil). D’autres animaux changent de couleur telle l’hermine ou le lièvre variable, cela pour mieux se confondre dans le paysage hivernal.

Pour la nourriture, comme dans le cas de quelques rongeurs, les animaux font des réserves. Ils emmagasinent dans leur gîte des noisettes, des céréales, des glands, etc…..) mais pour la plupart, pas de réserves, il faut trouver la nourriture :

  • les branches et écorces satisfont les herbivores comme les cerfs, les chevreuils …
  • les rongeurs régalent les renards et les rapaces …
  • les moineaux, pivert et autres oiseaux se nourrissent de graines sèches et d’insectes.

Aller vers des lieux plus chaud :

C’est ce qui s’appelle  » migrer « .
Dans ce cas pas de mutation ou de transformation de l’animal. Il y a juste un déplacement volontaire vers des régions plus chaudes et surtout plus riche en disponibilités alimentaire. La plupart des migrations se font en groupe de quelques dizaines, à plusieurs milliers d’individus.
migration des oiesVoici quelques cas de migration remarquable :

  • les morses migrent en se laissant dériver sur des blocs de glaces détachées de la banquise, ainsi sans effort, ils rejoignent leurs territoires d’hiver.
  • les oiseaux eux adoptent souvent des formations de vols en V, faisant un roulement en tête du V pour se reposer.
  • le sterne arctique, un des oiseaux migrateur, détient le record de distance de migration, soit 40000 km en huit mois

D’autres animaux migrateurs : l’hirondelle, le coucou, le manchot Adélie, la baleine, le criquet, la cigogne …
Pas d’animaux terrestres dans cette catégorie, pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est beaucoup plus facile de se déplacer à moindre effort dans l’eau comme dans l’air avec les différents courant et que les obstacles se franchissent plus facilement.

 Les insectes

coccinelleChez eux, 3 stratégies :

  • Rester sur place
  • Migrer
  • Se reproduire et mourir

Rester sur place

- Pour les abeilles par exemple, cela veut dire se regrouper dans un abri et former une grappe compacte afin de maintenir une température constante (environ 35°) au centre de celle-ci. Les insectes à la périphérie de la grappe rentrent régulièrement au milieu, afin de se réchauffer, et, ce roulement va se faire quasiment pendant 4 mois, durant lesquels, elles consommeront le miel de la ruche, et pour des raisons d’hygiène, elles retiendront leurs excréments jusqu’à la prochaine sortie.

- Pour d’autres se cacher sous l’écorce des arbres, dans des tas de bois ou de feuilles suffit pour se protéger du froid dans des états semi léthargiques (la coccinelle, la femelle fécondé du bourdon etc …).

- Cependant, la manière de passer l’hiver sur place, pour une majorité d’insectes (mouche, blatte, cigale, moustique, etc…) est la diapause. Il s’agit d’un arrêt du développement consécutif à la diminution du jour, dans ce cas les insectes se protègent également du froid comme les autres animaux, mais à la différence, que pour reprendre une vie normale, il faut que la durée du jour franchisse un certain seuil (différent selon les espèces)

Migrer

Parmi les rares insectes à migrer pour des raisons climatiques figure un superbe papillon (le monarque) qui effectue-lui aussi, des milliers de kilomètres par hiver, en formant des amas qui peuvent recouvrir un arbre.

Se reproduire et mourir

En effet plusieurs insectes sont incapables de passer l’hiver, aussi pour perpétuer leur espèce ils déposent leurs progénitures à l’abri des rigueurs de l’hiver, afin que le moment venu, ceux-ci puissent se développer, et participer à leur tour au cycle de la vie (pucerons, papillons).

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 07 février 2013 à 05:40

3033 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
leahe
2 janvier 2014 - 11 h 41 min

c estnulass


vaucouloux
16 mars 2014 - 11 h 17 min

trop dur il faut lire tout et c’est chiant


berardi
19 mars 2014 - 19 h 17 min

je suis totalement d ‘accort avec vaucouloux



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
7231

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS