Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Environnement » La grippe aviaire de type H5N1 3/3
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?
  2. Encre et cartouches, prévenir le danger environnemental
  3. Les mesures pour protéger l’environnement de différentes entreprises
  4. Les formidables authenticités et capacité d’adaptation de la nature
  5. Les nouveaux carburants propres, l’avenir de notre planète
  6. Comment s’habiller de manière éco-responsable ?
  7. Barrage de Sivens : mise en place d’une commission locale de l’eau
  8. Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature
  9. Homme, nature et pesticides 1/4
  10. Homme, nature et pesticides 2/4
  11. Homme, nature et pesticides 3/4
  12. Homme, nature et pesticides 4/4
  13. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (dernière partie)
  14. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (2e partie)
  15. La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid
  16. Préserver les ressources naturelles : une priorité pour McDonald’s
  17. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 1/3
  18. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 2/3
  19. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 3/3
  20. Les risques des expérimentations climatiques (dernière partie)
  21. Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2
  22. Biocarburants : la filère de l’or vert 2/2
  23. La Bio Cohérence, c’est aussi un esprit
  24. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  25. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  26. La grippe aviaire de type H5N1 1/3
  27. La grippe aviaire de type H5N1 2/3
  28. La grippe aviaire de type H5N1 3/3
  29. Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)
  30. La géoingénierie, technologie de manipulation climatique 2/2
  31. Géoingénierie, solution ou menace ? (notes et sources)

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La grippe aviaire de type H5N1 3/3

Environnement

==> Vers le début de l’article

Et aussi
Outre l’alimentation, une bonne hygiène et le respect de quelques règles de vie simples sont la meilleure des garanties face au virus de la grippe aviaire. Il est ainsi recommandé de :

  • se laver régulièrement les mains à l’eau savonneuse ou avec un produit désinfectant. Le virus de l’influenza aviaire est plus simple à éliminer que bien d’autres car il est très sensible aux détergents qui détruisent la graisse contenant la couche extérieure du virus, nécessaire pour pénétrer dans les cellules des animaux ;
  • ne pas manipuler de cadavres ou de déchets d’oiseaux ;
  • ne pas se rendre dans des élevages, notamment les industriels, qui d’une manière générale sont des nids à virus ;
  • éviter tout contact avec une surface souillée par des fientes ou des déjections d’animaux ;
  • désinfecter (eau savonneuse ou détergeant) complètement les objets qui ont été souillés accidentellement par des déjections d’oiseaux (cages, chaussures, vêtements).
  • canardsPar ailleurs, il n’y a pas de raisons de se méfier des oiseaux qui font leurs nids aux alentours des habitations et fréquentent les parcs et jardins (passereaux, hirondelles, pigeons, tourterelle,…). Les excréments au sol doivent être nettoyés, comme de normal, avec des détergents (eau savonneuse ou autres produits détergeant).

    Pour finir, les amateurs de baignade n’encourent aucun risque à se baigner dans les lacs des zones non-contaminées. Pour les zones où le virus a été détecté, si rien n’indique que des personnes puissent être contaminées par de l’eau infectée, par principe de précaution il est préférable de se tourner vers d’autres lieux de baignade.

    Pour les voyageurs, le ministère de la santé et des solidarités a mis en place un numéro d’appel sur la grippe aviaire pour informer en temps réel de la situation en dehors de la métropole : Info’Grippe Aviaire. Ce service est ouvert du lundi au samedi, de 8 h 00 à 20 h 00, au 0 825 302 302 (attention appel payant : 0,15 € la minute).

    Propriétaire d’oiseaux en cage ou de basse-cour,
    de chat, de chien…

    Les oiseaux
    confinement des oiseauxLe principe est d’éviter les contacts entre les oiseaux sauvages et domestiques. Ainsi, tous les oiseaux détenus par des éleveurs ou par des particuliers, présents sur le territoire métropolitain, doivent être confinés, qu’ils s’agissent de volaille, de gibier d’élevage, d’oiseaux d’agrément, ou d’appelants pour la chasse (illustration ci-contre, avec le type de confinement à éviter : hygiène déplorable et confinement incomplet).
    Ainsi, dans le cas d’une cage ou d’une volière située en extérieur, l’obligation de confinement, promulguée par les autorités, s’applique. Le plus simple est de bâcher, par exemple, les zones d’ouverture avec un film plastique rendant impossible tout contact avec l’extérieur. Pour les basses-cours, par le biais des communes, leur recensement est en cours et il appartient à leur propriétaire de faire le nécessaire pour mettre en œuvre un confinement, lequel peut s’opérer de la même manière que pour les volières.

    grippe aviaire et chatOutre le risque hypothétique d’une contamination par contact avec un oiseau sauvage, le plus grand risque tient à l’introduction du virus dans le local où se trouvent les oiseaux. Il est donc important de faire attention à tout ce qui entre, qu’il s’agisse de nourriture, d’eau, de mangeoire, d’abreuvoir ou des différents outils utilisés pour le nettoyage. Une attention particulière doit être portée à la propreté des vêtements de travail et des chaussures, afin de ne pas introduire de virus à l’intérieur du local.

    Ces précautions d’hygiène et de confinement pris, il n’y a aucun risque à conserver chez-soi des oiseaux (ornement ou basse-cour) et à avoir un contact régulier avec eux, un oiseau sain ne pouvant pas développer et/ou être un vecteur de la maladie sans être exposé au virus.

    Pour votre publicité ici
    contactez-nous

    A la Une de l’actualité

    Chat et chien
    Chat et chien peuvent comme nous être contaminé par le virus H5N1. Toutefois, rappelons qu’aucune contamination d’un homme par un chat ou un chien n’a été à ce jour enregistrée, la barrière des espèces jouant son rôle.
    Ainsi, en dehors des zones où la présence du virus est avérée, vous pouvez continuer de laisser sortir votre chat. Ce n’est pas un charognard et il ne s’intéresse donc pas aux oiseaux morts.
    Pour le chien, il n’y a pas plus de risque, sauf que le chien peut au cours d’une promenade "déguster" une carcasse d’oiseau traînant à terre. Comme en temps normal, il est donc nécessaire d’être un peu vigilant, et de l’empêcher de se livrer à ce genre d’exercice !

    Médicament et vaccin, où en est-on ?

    vaccination des volaillesDeux groupes de médicaments antiviraux agissant contre les virus Influenza entrent principalement en ligne de compte. Contrairement à une vaccination, ces médicaments n’offrent pas de protection durable. En cas d’infection, ils doivent être pris le plus tôt possible après l’apparition des premiers symptômes, soit dans les 48 heures. Ces 2 groupes de médicaments antiviraux sont :

  • les inhibiteurs de la neuraminidase, empêchant les virus de sortir d’une cellule infectée pour se propager dans l’organisme (Tamiflu, Relenza) ;
  • les inhibiteurs de la protéine M2, empêchant le virus de pénétrer dans la cellule pour se propager (Symmetrel).
    Toutefois, en cas de pandémie de grippe aviaire par la souche H5N1, il n’est pas établi que ces médicaments soient efficaces, les cas recensés étant trop rarissimes pour évoquer une éventuelle efficacité à l’ensemble des individus.
  • Concernant la vaccination, la situation est encore plus simple. Bien que différents laboratoires travaillent à l’élaboration d’un vaccin pour l’homme, à l’heure actuelle aucune protection vaccinale n’existe pour l’homme. A l’inverse, des vaccins destinés aux volailles sont disponibles.

    Conclusion

    Le virus de la grippe aviaire risque-t-il de devenir un virus pandémique (virus générant une épidémie mondiale) dangereux pour l’homme ? En théorie oui, toutefois, à l’heure actuelle, on ne peut pas prévoir si le virus de la grippe aviaire évoluera vers un virus facilement le porc est une passerelle vers l'homme pour le H5N1transmissible de personne à personne, ni savoir quand cela se produira.

    Néanmoins, des études ont montré que le virus pouvait évoluer génétiquement, rapidement. Il existe donc un danger potentiel pour que le virus s’adapte à l’homme et se transmette facilement de personne à personne. Autre point d’inquiétude, alors que le porc est une passerelle vers l’homme, aucune décision n’est prise pour prévenir la contamination des porcins…

    Aujourd’hui, les espoirs reposent sur la capacité de la FAO à convaincre et à faire entendre son discours au niveau international : "Il est très facile de blâmer les oiseaux sauvages et la migration des oiseaux parce que personne n’est responsable. Il est possible que les oiseaux sauvages puissent présenter le virus, mais c’est par les activités humaines de commerce et d’échanges que la maladie se propage" indiquait Juan Lubroth, de la FAO, en janvier 2006. En France, comme dans la plupart des autres pays, pour des raisons économiques et une absence de remise en question, la position officielle est à l’opposé de ce discours, et fait passer l’idée que le modèle industriel et commercial de la filière agricole est la réponse à la grippe aviaire… une vrai politique de l’autruche, pour rester dans le monde des oiseaux !!

    Sources :
    OIE – Organisation mondiale de la santé animale
    OMS – Organisation mondiale de la santé
    FAO – Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
    AFSSA – Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments
    OFSP – Office fédéral de santé publique suisse
    Photos :
    Véronique Chartot, Pascal Farcy, FAO, Sandy Meillon, Michel Sage

    Les articles les plus lus

    >> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

    commentaires sur cet article - Univers Nature

    Article écrit par Pascal (voir la biographie)
    le 06 février 2013 à 04:40

    3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
    PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


    Partager sur
    S'inscrire à la newsletter
    Commenter cet article    
    438

    Votre nom : Votre adresse mail :
    Votre message :  
     




    à lire aussi
         
    Flux RSS