Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » DURABLE & CO » Environnement » Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Encre et cartouches, prévenir le danger environnemental
  2. Les mesures pour protéger l’environnement de différentes entreprises
  3. Les formidables authenticités et capacité d’adaptation de la nature
  4. Les nouveaux carburants propres, l’avenir de notre planète
  5. Comment s’habiller de manière éco-responsable ?
  6. Barrage de Sivens : mise en place d’une commission locale de l’eau
  7. Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature
  8. Homme, nature et pesticides 1/4
  9. Homme, nature et pesticides 2/4
  10. Homme, nature et pesticides 3/4
  11. Homme, nature et pesticides 4/4
  12. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (dernière partie)
  13. Saturisme – Santé – Environnement et chasse / pêche (2e partie)
  14. La nature en hiver : ses moyens pour affronter le froid
  15. Préserver les ressources naturelles : une priorité pour McDonald’s
  16. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 1/3
  17. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 2/3
  18. Espaces protégés: Vanoise, Mercantour, réserves naturelles.. 3/3
  19. Les risques des expérimentations climatiques (dernière partie)
  20. Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2
  21. Biocarburants : la filère de l’or vert 2/2
  22. La Bio Cohérence, c’est aussi un esprit
  23. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  24. Air et atmosphère, un bien précieux pour le climat, la santé
  25. La grippe aviaire de type H5N1 1/3
  26. La grippe aviaire de type H5N1 2/3
  27. La grippe aviaire de type H5N1 3/3
  28. Conséquences du réchauffement climatique (1ere partie)
  29. La géoingénierie, technologie de manipulation climatique 2/2
  30. Géoingénierie, solution ou menace ? (notes et sources)

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Biocarburants : la filère de l’or vert 1/2

Biocarburants

 

après l’or noir, voici l’or vert ?

Les biocarburants seront-ils l’énergie de demain ? Face à un prix du pétrole qui ne cesse d’augmenter, avec en ligne de mire l’appauvrissement des réserves, et face à une prise de conscience de la dangerosité des gaz à effet de serre, le développement de cette filière semble prometteur.

Qu’est ce qu’un biocarburant

En lieu et place du terme générique de « biocarburant », on devrait utiliser le terme de « carburant d’origine agricole », voire de « carburant d’origine végétale ». En effet, un biocarburant est un combustible liquide obtenu à partir de cultures ou de déchets végétaux. Il existe trois grandes filières de biocarburants :

  • biocarburant végétal : diesterLes combustibles obtenus à partir de cultures oléagineuses, essentiellement le colza et le tournesol. On en tire l’huile qui, après filtration, s’utilise directement comme carburant dans un moteur diesel, sans modification de ce dernier. Les seuls problèmes que pose l’huile végétale sont dus à sa viscosité plus grande que celle du gasoil, il est donc préférable de la chauffer pour la liquéfier (en 1910, l’inventeur Rudolf Diesel présentait déjà un moteur fonctionnant à l’huile de lin).
    Ces huiles sont aussi transformées en EMHV (ester méthylique d’huile végétale), obtenu après mélange avec de l’alcool méthylique. L’EMHV (autrement appelé diester) est rarement utilisé pur, mais souvent par incorporation au diesel.
  • Les combustibles obtenus à partir d'alcools (méthanol, éthanol). A l’origine de ces derniers on trouve les cultures sucrières (betterave, canne) et celles qui donnent de l’amidon (le blé par exemple), lequel amidon, par hydrolyse, donne ensuite du sucre.
    biocarburants : méthanol et éthanolCes alcools peuvent être utilisés purs comme au Brésil, une voiture commercialisée sur deux est bi-combustible (fonctionnant aussi bien à l’essence, qu’à l’alcool, ou qu’à un mélange des deux).
    L’alcool peut également être transformé en incorporant un produit pétrolier obtenu en raffinerie, l’isobutène, ce qui donne ETBE (Ethyl Tertio Butyl Ether), dans ce cas aucun changement de moteur n’est requis.
  • Les combustibles obtenus à partir de méthane. Ce dernier est contenu dans le biogaz résultant de la fermentation de n’importe quelle matière organique : déchets alimentaires, déchets de bois, paille, et bien sûr produits des cultures. Lors de la décomposition de ces matières, 50 % à 90 % du biogaz produit sont du méthane. Ce méthane peut s’utiliser pur (comme le gaz naturel véhicule, GNV) ou servir à alimenter un procédé industriel de fabrication de combustibles liquides à partir de gaz (1).

Actuellement, deux familles de biocarburants se partagent le haut du pavé en France : l’huile sous forme d’EMHV, appelé plus communément diester, et l’alcool sous forme d’éthanol.

Les atouts des biocarburants

La théorie valide l’optimisme et les espoirs engendrés par les biocarburants. L’utilisation d’huile pure de colza ou de tournesol à la place du gazole permet en effet une réduction des trois quarts des gaz à effet de serre émis pendant l’ensemble du cycle de vie du carburant, de sa production à sa combustion, pour un même contenu énergétique. Celle de l’éthanol pur, à la place de l’essence, permet une réduction de 75 %.

gaz à effet de serrePar opposition aux rejets massifs de CO2 des énergies d’origine fossile que rien ne compense et qui sont libérés lors de la combustion d’essence ou de gazole, le CO2 émis par les biocarburants durant leur combustion est compensé par le carbone absorbé par les plantes (colza, tournesol, etc.) durant leur phase de végétation. C’est ce rapport entre le CO2 retenu par les végétaux et le CO2 émis lors de la combustion qui explique la réduction des émissions de gaz à effet de serre. De plus, durant la combustion, ces carburants verts ne dégagent ni particule ni ozone ni souffre.

La production des biocarburants nécessite moins d’énergie non renouvelable que celle des carburants classiques. À énergie restituée identique, il faut environ trois fois moins d’énergie non renouvelable pour produire les esters méthyliques de colza et de tournesol que pour produire un litre d’essence. Il en faut aussi deux fois moins pour l’éthanol de blé ou de betterave et cinq fois moins pour les huiles pures. Les biocarburants sont produits directement sur les territoires nationaux, il n’y a donc pas d’importation ce qui limite les transports et la pollution qu’entraîne ce secteur. Ainsi, la production 2003 de biocarburants correspond à une économie d’énergie non renouvelable nette de l’ordre de 220 000 tonnes équivalent pétrole.
De plus que ce soit lors de la récolte, du stockage, de la livraison ou de l’utilisation des biocarburants, les risques de pollution sont limités.

moins de gaz à effet de serre avec les biocarburants (diester...)

 

Les biocarburants
émettent moins de gaz
à effet de serre que
l'essence et le gazole

 

(source IFEN)

Au-delà de cet aspect environnemental, les biocarburants contribuent également à la réduction de la dépendance énergétique des pays, une hausse de la production permettant de réduire les importations de pétrole.
Enfin pour ce qui est de la France, selon un rapport présenté à l’Assemblée Nationale, le développement de la production de biocarburants sur le territoire serait un moyen de créer ou de maintenir des emplois en milieu rural, environ 4 000 emplois à l’heure actuelle.

=================> Suite de l’article <=================

Echo Nature
Le nouveau magazine d’information environnementale

Les derniers titres de l’actu
« Energie »

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1565

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS