Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » CONSEILS » Légume, fruit, viande … les conserver sans les congeler avec la tyndallisation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X

Devis pompe à chaleur Gratuit.


Dans la même rubrique
  1. Avoir une communication PRO pour son entreprise en 3 clics ?
  2. Et si au lieu de jeter vos cartouches vides, vous les vendiez ?
  3. Trois trucs simples qui rendront votre jardin beaucoup plus agréable
  4. Réaliser un masque naturel pour les cheveux secs
  5. Cet été, n’oubliez pas le paillage
  6. Légume, fruit, viande … les conserver sans les congeler avec la tyndallisation
  7. Recette maison : la lessive à la cendre
  8. Pour rire avec l’érable
  9. Fabrication d’un nettoyant WC
  10. Répulsif pour éloigner les fourmis
  11. Nettoyant pour les objets en cuivre et laiton
  12. Eloigner les taupes d’un jardin
  13. Eloigner les mites des armoires
  14. Lutter contre les limaces du jardin
  15. Lutter contre le carpocapse des pommes et poires
  16. Limiter les mauvaises herbes, les séances d’arrosage…
  17. La lotion à l’ortie
  18. Le jeu du cochon
  19. Eloigner les fourmis des arbres
  20. Une flûte avec le pissenlit
  21. Fabrication de compost (1ere partie)
  22. Fabrication de compost (2e partie)
  23. Fabriquer un distributeur de graines
  24. Limiter l’expansion des plantes
  25. Désherber une allée
  26. La boule de suif
  27. L’Artemisia annua contre le paludisme
  28. Arrosage des plantes d’intérieures
  29. Fabriquer son vinaigre de framboise
  30. Recette de truffe au chocolat et châtaignes
  31. Teinture et châtaignier
  32. Soupe – velouté de légume
  33. Recette de la soupe d’ortie
  34. L’Artemisia annua contre le paludisme
  35. Faire et utiliser du purin d’ortie
  36. Omelette aux boutons de pissenlit
  37. Omelette aux boutons de pissenlit
  38. Recette de gâteau pour amoureux – Saint-Valentin
  39. Faire du fromage blanc
  40. Fabrication du fromage
  41. Beignets aux fleurs d’acacia
  42. Apéritif, infusion et sucre à base de bouleau
  43. Visualiser l’air que l’on respire
  44. Trèfle et ozone troposphérique
  45. La terre pleine d’eau
  46. De l’air dans la terre
  47. Recueillir les spores d’un champignon
  48. Les plantes transpirent
  49. Visualiser les polluants dans les plantes
  50. La plante bouge
  51. Peser l’air
  52. Marcher sur l’eau
  53. Les pelotes de réjections
  54. La lumière attire les plantes
  55. La lumière indispensable aux végétaux
  56. Influence des sels minéraux de l’eau
  57. Comment laver de l’eau sale
  58. Faire pleuvoir et cycle de la pluie
  59. Fabriquer un nuage
  60. Faire un arc en ciel
  61. Prendre l’empreinte de l’écorce d’un arbre
  62. Fabriquer un baromètre
  63. Ecoutons l’arbre
  64. De l’eau dans l’air
  65. Transformer de l’eau de mer en eau douce
  66. Dans l’eau, il y a de l’eau et…
  67. Créer l’effet de serre
  68. Créer une mini planète terre
  69. Créer un éclair
  70. Recyclage : quand le plastique devient essence

L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :






Légume, fruit, viande … les conserver sans les congeler avec la tyndallisation

Conserver des aliments avec la tyndallisation

Dès la préhistoire, l’homme a cherché à conserver les aliments. Aujourd’hui, si notre panier alimentaire s’est considérablement diversifié, sa conservation demeure une nécessité vitale dès lors que l’on a la chance de bénéficier d’un potager ou que l’on pratique la cueillette ici et là.

Si la congélation est dorénavant omniprésente, une multitude d’autres techniques perdurent pour conserver les aliments, avec leurs avantages propres. Le premier de ces avantages est de très loin l’absence d’une énergie permanente pour conserver fruit, légume et autres viande et poisson. Les aliments conservés grâce à ces procédés, alternatifs à la congélation et pour la plupart anciens, traversent alors sans problème des périodes critiques comme les coupures d’électricité importantes, qui nous laissent démunies face à un congélateur privé d’énergie. En outre, économiquement, ces procédés sont tous très largement plus intéressant que la chaine de froid …

Pour conserver des aliments par la chaleur, ou, plus particulièrement la stérilisation, est un procédé exceptionnel tant par ces performances que par le nombre d’aliments/préparations auxquels il convient. Néanmoins, cette stérilisation cuit généralement beaucoup trop les aliments, détruisant/transformant à la fois leur qualités nutritionnelles et gustatives. Pour éviter ce problème, John Tyndall a mis au point dès 1882 un procédé de chauffage en plusieurs étapes et à température réduite par rapport à une stérilisation. La tyndallisation est ainsi une technique moins agressive, proche d’une succession de longues pasteurisations, avec trois phases de chauffage à 60/70°C pendant 30 minutes, entrecoupées de 24 heures pour permettre la germination des spores qui seront détruites lors du chauffage suivant. Aujourd’hui, pour garantir tout risque, certains conseillent une tyndallisation revue à la hausse avec une température de 70/80°C durant une heure, au cours de trois phases entrecoupées de 24 heures. Au-delà du goût et des nutriments, la tyndallisation permet de conserver des aliments durant une période théoriquement supérieure à une simple stérilisation (environ 1 an, la plupart du temps).

Comme pour cette dernière, la tyndallisation nécessite un stérilisateur. Bien que l’on trouve dorénavant des versions “high-tech”, le stérilisateur des années passées convient encore très bien, pour quelques euros, une fabrication nationale et une longévité incomparable (cf. illustration). Les aliments à conserver sont placés dans des bocaux en verre, remplis au maximum et hermétiquement fermés (joint caoutchouc changé à chaque utilisation). Avant de fermer, il est nécessaire de retirer les éventuelles bulles d’air. Pour déloger celles qui se trouvent au fond du pot, le passage d’une spatule contre la paroi du bocal suffit.

Attention, comme pour n’importe quel procédé de conservation des aliments, les produits à l’aspect douteux ne doivent pas être tyndallisés. Chaque aliment doit être propre (les fruits et légumes lavés, la viande et le poisson débarrassés des abats).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 novembre 2013 à 07:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nono
7 novembre 2013 - 5 h 42 min

Remplir au maximum et enlever la moindre bulle d’air, c’est pas ce qu’on voit sur la photo!


francine
7 novembre 2013 - 15 h 14 min

80° trois fois 1 heure pour des légumes ce n’est pas vraiment économique en stérilisation classique 1 heure à 90° pour des fruits et légumes cela suffit amplement ce n’est jamais que 10° de plus mais 2 heures en moins…cela me laisse sceptique!


Riri
8 novembre 2013 - 11 h 04 min

Excellente technique, très peu utilisée en industrie en raison de la longueur de mise en oeuvre et du surcoût comme le fait remarquer Francine. Toutefois les avantages sont indéniables: meilleure conservation dans le temps et préservation des qualités gustatives et des vitamines. Dans les régions ensoleillées on peut même envisager d’utiliser l’énergie solaire (chaleur + UV). Il existe traditionnellement en Provence, une recette d’ancien dite ‘cerises de toit’ qui consiste à les mettre en bocaux de verres avec joint avec 100g de sucre et 100g d’alcool à 90° ou 200g d’eau de vie à 45°.
On laisse les bocaux sur le bord du toit en les retournant tous les jours jusqu’à obtention de l’exudation du jus des cerises dans tout le pot. Ensuite on laisse les bocaux 1 ou 2 semaines de plus en fonction de l’ensoleillement.
C’est un vrai délice! Pour information, j’ai pris cet été un stérilisateur électrique à programmation électronique (température et temps) qui peut aussi servir de distributeur de liquide pour les fiesta car il a un robinet! Voici le lien de la notice:
http://www.lidl-service.com/cps/rde/SID-7773561A-09CDB3A4/lsp/hs.xsl/product.html?id=6303242&rdeLocaleAttr=fr&title=Stérilisateur


Helena
8 novembre 2013 - 23 h 14 min

Il ne faut surtout pas remplir au maximum, mais respecter la limite de remplissage indiquée sur les bocaux…
La stérilisation « classique » varie en fonction des légumes ou fruits à stériliser (en fonction de leur acidité essentiellement), et va de 30 minutes à 8O° à 1h30 à 100° (surtout pour les viandes)…


André
10 novembre 2013 - 7 h 30 min

Cerises de toit : « Cerise au Soleil »
Cette recette utilisée par très peu de personnes, ce qui est bien dommage, ne demande aucun ajout d’alcool.
C’est bien plus simple. Mais le toit est indispensable !!!
Choisir les plus belles cerises.
Disposer avec soin les cerises rincées, à peine essuyées, avec du sucre qui doit recouvrir les cerises.
Fermer le bocal avec son joint. De mai à septembre laisser au soleil.
Utiliser les cerises qui sont confites dans l’alcool, naturellement produit, pour farcir des cailles, les rôtir, les flamber, puis les cuire au four posées sur une biscotte. c’est mon utilisation gourmande préférée.


Yacono
11 novembre 2013 - 14 h 56 min

moi j’ opterai pour 3 fois 60 à 70° Plus on monte en température +on détruit les vitamines


pascal
12 avril 2015 - 10 h 26 min

Pour la « tyndalisation » l’usage du cuiseur solaire convient parfaitement. Il suffit pour cela de préparer les pots, les placer dans le caisson (orienté plein sud entre 10 et 14h) et de l’y laisser 3 jours sans le bouger. La cuisson à feu doux permet de conserver plus de goût et de propriétés aux aliments. La cuisson solaire est un très bon moyen écologique et gratuit pour cuisiner ou préparer des conserves . Vous pouvez vous en procurer chez Bolivia Inti à Nantes ou le construire vous même avec des matériaux de récupération.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
8683

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS