Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Chiffre Clé » 3 millions de Français utilisent le vélo de façon quotidienne
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :













3 millions de Français utilisent le vélo de façon quotidienne

3 millions de Français utilisent le vélo de façon quotidienne. Un chiffre encourageant pour les modes de transports dits alternatifs à la voiture individuelle et à mettre en relief avec la politique développée depuis le Grenelle de l’environnement.  La mobilité durable est devenue l’un des chantiers des pouvoirs publics. L’enjeu des transports est d’autant plus important que la population est de plus en plus citadine. A l horizon 2050, 75% de la population mondiale vivra en ville.

Transports en commun et mobilité douce (déplacements à pied et à vélo) sont au cœur des solutions à développer pour limiter la congestion urbaine et la pollution liée aux émissions de gaz à effet de serre produites par les voitures individuelles. A condition que des équipements, comme des espaces de stationnement sécurisé dans les gares ou aux arrêts de tramways et de bus pour y déposer leur vélo et des pistes cyclables soient mis en place. Il s’agit notamment d’intervenir pour favoriser ces modes de transport pour les trajets domicile-travail. Pour la moitié des ménages habitant dans les pôles des aires urbaines de plus de 100 000 habitants, il existe un aménagement cyclable à moins d’un kilomètre, contre 20 % ailleurs.

Une enquête nationale transports et déplacements réalisée en 2008 auprès des ménages révèle que le rôle de la voiture reste important notamment en milieu rural. « Alors que le nombre de déplacements individuels effectués chaque jour est à peu près le même partout (entre 3 à Paris et 3,4 dans les grandes villes de province), l’utilisation de la voiture est d’autant plus faible que la zone est dense (1 déplacement sur 8 à Paris, près de 9 sur 10 dans la périphérie des petites villes). Aussi, plus l’habitat est dense, plus les personnes ont recours aux transports en commun, au vélo et à la marche à pied. »

Frédéric Cuvillier, a annoncé, le 5 mars dernier, les 25 mesures d’un plan d’action pour les mobilités actives du vélo et de la marche. Objectif : encourager ces modes déplacement « actifs » et inciter notamment à l’usage du vélo dans les déplacements domicile-travail. Parmi les mesures prévues : développer l’intermodalité transports collectifs / modes actifs mais aussi sécuriser les modes actifs, renforcer la répression du stationnement des véhicules sur les trottoirs et permettre aux élus locaux d’étendre la limitation à 30 km/h sur la totalité des communes dont ils ont la charge. Autre aspect du plan : mettre en avant le potentiel économique du vélo , un secteur à fort potentiel qui génère chaque année 4,5 milliards de retombées économiques et représente 35 000 emplois.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 26 avril 2014 à 07:00

73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
guyD
3 mai 2014 - 18 h 03 min

Bonjour,
Notre société est emprêtrée dans des contradictions qui n’existent que si l’on veut bien les voir. Pour ma part je vais à mon travail en partie en vélo (pour me rendre à la gare) et en partie en train, le reste à pied. je fais donc l’effort de dépolluer l’air avec mes poumons. Lequel air est pollué par une nouvelle forme de commerce en ligne qu’ entraîne la livraison à domicile. Cette pratique scandaleuse a toujours existé mais elle était limitée à quelques uns. Aujourd’hui elle explose et impose à tous une énorme pollution citadine, obligeant des camionnettes à tourner sans relâche. Mes voisins immédiat, parfaitement valides (ma voisine qui a 35/40 ans est femme au foyer) se font livrer alors qu’ils ont un supermarché à quelques dizaines de mètres… J’observe aussi que les véhicules de livraison perturbent un axe rouge sans craindre la moindre amende car on ne verbalise pas le « grand commerce ». La gêne qu’ils occasionnent engendre bien évidement une pollution supplémentaire. J’ai une voiture électrique que je n’utilise plus, j’en ai marre d’être pris pour un imbécile. Au lieu d’inventer des solutions qui ne font que palier sans succès aux sources de pollution toujours plus nombreuses, il faut s’attaquer à la pollution à la source par exemple en limitant les livraisons à domicile aux invalides, aux malades et aux seuls vieillards. Dès que l’on veut contrer des abus manifestes nos détracteurs dénoncent une prétendue chasse aux sorcières. La pollution à de beaux jours devant elle, je m’en désole.


guyD
3 mai 2014 - 18 h 32 min

Bonjour,
M. Cuvilier (vous ne nous dites pas « d’où » il parle). C’est sans doute un donneur d’ordre comme on les aime… Ce monsieur semble être un grand chasseur d’automobiliste puisqu’il veut :  » renforcer la répression du stationnement des véhicules sur les trottoirs ». Qu’il sache que je suis piéton, cycliste mais aussi automobiliste (je ne me gare pas sur les trottoirs). J’ai moi aussi des griefs contre l’automobile, mais pas les mêmes que M. Cuvilier ! Si certains automobilistes se garent sur les trottoirs, c’est que l’on fait disparaître de plus en plus de place de stationnement au point que les artisans ne veulent plus faire de réparations en centre ville. Ne pouvant plus exercer leur métier sans être accablés de contraventions. Ces contraventions n’ont aucun rôle dissuasif pour ceux qui peuvent payer ces « broutilles » ou encore se dispenser des amendes ( frais généraux et autres combines que j’ignore). Quant à moi, je suis bien plus choqué de voir proliférer des 4X4 où des voitures étrangères (Audi, BMW etc) dont le nombre de chevaux excède et de loin les besoins en vitesse pure de l’ automobiliste citadin : environ 15 km/h je crois. Il suffirait de les interdire en ville, mais là encore ceux qui les utilisent on les moyens de se faire entendre voir de faire voter les lois, pour le moins ils font « marcher le commerce ». On en revient toujours à ça ! La solution est donc toujours la même on s’en prend à ceux que l’on peut atteindre, c’est à dire aux plus vulnérables, aux gens honnêtes et solvables qui payent déjà trop d’impôts et qui, en plus, voient pleuvoir sur eux les amendes dont la production est passée à l’ère industrielle avec le fameux centre de Rennes ! C’est un marché comme un autre celui ci est florissant.


guyD
3 mai 2014 - 18 h 59 min

Bonjour,

J’oubliais les amendes pleuvent aussi sur les cyclistes ! Il y a eu des articles sur ce phénomène visant à inciter les automobilistes à ne pas utiliser leurs voitures. « Prenez votre vélo et continuez à participez aux amendes ». On devrait nous remercier de dépolluer la ville avec nos poumons qui sont des filtres à piéger les gaz toxiques et les particules des diesels. Au lieu de cela on nous reproche de rouler sur les trottoirs. Bien sûr que nous roulons sur les trottoirs, mais pourquoi ? Je suis raisonnable, je ne parle pas de supprimer des trottoirs étroits pour nos aises de cyclistes, je parle des trottoirs dont la largeur éxcède 3m voire davantage. On supprime les places de stationnement pour les autos mais pour autant on ne nous crée pas de pistes cyclables ! Du moins pas partout, je pourrai citer des exemples sur le chemin que j’emprunte pour aller à mon travail. Les trottoirs sont tellement larges que je n’incommode aucun piéton. Par ailleurs je roule lentement.
Parlons-en des diésels, ils constituent une part importantes du parc auto français sans commune mesure avec les parcs auto étrangers. C’est à désespérer !
Enfin puisque j’y suis, la navigation fluviale et maritime fait des pieds de nez à tous les automobilistes. Ils se moquent bien de la pollution. Il suffit d’observer ce que lâche leur cheminée. Des panaches noir dont l’opacité est effrayante ! Mais là encore pas d’entrave au commerce et ce pour le plus grand bonheur des importateurs qui profitent honteusement d’un esclavagisme inavouable. C’est quand même curieux la répression c’est toujours pour les mêmes.


guyD
3 mai 2014 - 19 h 14 min

Bonjour,

Monsieur Cuvillier oublie de s’en prendre au trafic aérien indispensable au V.I.P. Les jets privés ce sont des vélos peut être ?
Il y a des oublis qui ne surprennent que ceux qui se posent des questions. Par exemple qu’en est il des conflits d’intérêt entre les alcootests, ceux qui les fabriquent et ceux qui votent l’ obligation d’en posséder dans sa voiture ?
Chacun prend conscience que les français en ont marre de payer pour les erreurs de gouvernance, pour les malversations des banques, pour tout ce qui va de travers. On ne parle pas d’escroquerie à grande échelle, mais de produits toxiques. Les emprunts russes qui ont ruinés jadis les épargnants français, c’étaient aussi des produits toxiques alors ? En quoi était ce choquant diront certains ? Nous vivons une période de grande confusion d’autant plus grande qu’elle est savamment entretenue !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
615

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS