Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » Chiffre Clé » 1 Tonne de Co2 capturée par un démonstrateur de recherche
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






1 Tonne de Co2 capturée par un démonstrateur de recherche

Démonstrateur à la centrale thermique du Havre

Démonstrateur à la centrale thermique du Havre

1 Tonne de Co2 a été capturée par un démonstrateur de recherche pour réduire l’impact environnementale des centrales thermiques.

Pour réduire nos consommations de CO2 et ainsi contribuer à atteindre l’un des 3 objectifs européens dits des 3 x 20  (réduire les émissions de CO2 de 20 %, faire passer la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen à 20 % et accroître l’efficacité énergétique de 20 % d’ici à 2020) ; il y a deux solutions : en émettre moins ou capter le CO2 déjà émis…Cette dernière solution est actuellement développée par une douzaine d’ingénieurs de Recherche et Développement d’EDF et d’Alstom qui conduisent les premiers tests concernant un démonstrateur capable de capter du CO2. Le principe de ce prototype consiste à extraire le dioxyde de carbone des fumées dégagées par une des unités de la centrale thermique du Havre.

Soutenu par l’ADEME qui l’a sélectionné en 2010, ce projet a permis de capter la première tonne de CO2 le 11 juillet 2013. L’objectif pour EDF ? Tenter ainsi de réduire l’impact environnemental des centrales alimentées en énergie fossile en captant à terme 100% du CO2 rejeté par la centrale thermique. Toutefois, étant donné le cout très élevé d’une telle opération (entre 500.000 et 1 million d’euros), le projet est actuellement dans une phase de test pour à terme, valider ou non le procédé en fonction des résultats.

Aussi, le coût de ce prototype n’est pas négligeable : 22 millions d’euros ont été investis dans cette technologie, réalisée par EDF en partenariat avec Alstom, financée à 25% par le fonds « démonstrateur de recherche » de l’ADEME.

« A terme, ce prototype de recherche devrait capter environ 1 tonne de CO2 par heure. Le CO2 sera évacué dans les cheminées, le but de ce projet étant de tester le captage et non pas le stockage. En fonction des résultats techniques, EDF étudiera l’équation économique du dispositif », explique un communiqué EDF.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 31 août 2013 à 07:00

73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
ASTEGIANO
3 septembre 2013 - 8 h 04 min

Intéressant , surtout quand ça vient d’EDF , mais…. sous quelle forme se retrouve le CO2 capté et que va t’on en faire?


Alexandre
29 septembre 2013 - 9 h 50 min

ce serait bien que les ingénieurs des industries très polluantes comme les cimenteries s’intéressent à cette recherche, sachant que dans le nord isère, nous étions déjà classé 2è derrière total Feyzin en production de co2 pour l’année 2009 ( voir lettre préfet septembre 2009 http://www.sansnaturepasdefutur.fr ).



Yves LUBRANIECKI
11 novembre 2013 - 20 h 52 min

Astegiano pose les deux questions essentielles : sous quelle forme récupére-t-on le CO 2 et qu’en fait-on alors qu’il coûte si cher ?
N’y a-t-il donc personne pour travailler sur une filière très simple dans son principe (car tout à fait naturelle) et qui donne un produit directement valorisable : les micro algues oléagineuses. Il s’agit de capter les fumées industrielles à leur émission (par ex : centrale thermique), de les filtrer soigneusement puis de les faire buller (comme dans un aquarium) dans un tube d’eau exposé à la lumière contenant des micro algues (du plancton) et, par la photosynthèse naturelles, celles-ci captent le CO2 et le stocke, le rendant ainsi disponible pour refaire de l’énergie sous forme d’huile végétale et tourteaux ou sous forme de méthanisation. On appelle cela le cycle ultra court du carbone. Les Américains, les Espagnols, les Coréens, entre autres, travaillent la-dessus, pas EDF ?
Bien à vous.
YL.


Raysséguier
17 novembre 2013 - 19 h 41 min

Lorsque vous envisagez de développer le prototype d’un projet écologique dans le domaine de l’énergie ou de la préservation des ressources en eau vous êtes confronté à deux problématiques.
* Le problème financier: sans fonds propres suffisants vous devez accepter des aides par l’ADEME ou autres qui vous obligent pour cela à rallier le parrainage des grands groupes.
* Le problème de la protection de votre invention: vous devez pour présenter votre dossier à l’INPI passer par un conseil spécialisé qui est bien sûr sponsorisé par les grands groupes.

Conclusion 1) dans tous les cas sans l’autofinancement nécessaire votre invention va tomber entre les mains de grands groupes, qui vont obtenir des fonds de recherche dix fois supérieurs au besoin réel,et considérez vous comme très chanceux si vous en retirez quelques miettes ou salaires.

Conclusion 2) Les grands groupes ne vont développer dans votre invention que la partie la plus rentable qui les intéresse, au détriment de tout esprit écologique.

L’exemple ci dessus est un exemple flagrant:
1)Les fonds de recherche obtenus sont astronomiques (bénéfice net pour les grands groupes, que les imposables payent de leur poche)
2) La démarche est carrément anti-écologique: le CO² concentré dans les fumées d’une seule usine est transformé en hydraucarbures qui vont être disséminés et oxydés libérant à nouveau tout le CO² aux quatre coins de la planète, sans possibilité de le capter.

Excusez moi mais un tel projet polluant ne devrait recevoir aucune aide des états ayant signé le Grenelle de l’environnement, mais au contraire payer des écotaxes. Pourtant si ces hydrocarbures étaient aussitôt transformés en électricité le CO² libéré pourrait être immédiatement recyclé et en totalité.
Mais cette opération se ferait en pure perte pour les grands groupes car l’investissement serait plus lourd et l’énergie commercialisée serait en quantité moindre compte tenu du rendement de la centrale de production de l’électricité.Donc les bénéfices immédiats seraient moindres. On va donc se contenter de répandre à tous vents le CO² et de récolter les bénéfices.
Pourtant le CO² produit par la centrale pourrait à nouveau et indéfiniment être recyclé en énergie par les algues, et l’usine pourrait en se développant produire à terme autant d’énergie qu’une centrale nucléaire!!!!! avec le seul CO² déchet polluant de la cimenterie.

Les vrais écologistes sans aucune teinte ni obédience politique savent bien que, si l’on pouvait contrer les intérêts financier des grands groupes et leur emprise sur le monde politique qui nous gouverne,l’énergie pourrait être propre et presque gratuite pour tous, et l’eau potable recyclée distribuée à foison. au lieu de cela nous vivons UN PARFAIT GÂCHIS!

Dans l’ombre nous œuvrons dans ce que nous pensons être « la vraie démarche écologique »
Consultez notre site: http://www.lifescreens.fr

BR


open-dream.org
2 décembre 2013 - 0 h 22 min

C’est trop cool, faire de l’argent en produisant du co2, faire de l’argent en enlevant le co2 produit, faire de l’argent en polluant, faire de l’argent en dépolluant, faire et défaire en passant à la caisse à chaque fois … vraiment trop cool.
http://www.open-dream.org


Paul
4 décembre 2013 - 16 h 21 min

PAR QUEL MOYEN ce CO2 est-il capté ?
J’ose espérer que ce n’est pas en le piégeant sur de la chaux !

MERCI


samson
4 décembre 2013 - 20 h 01 min

consommer encore de l’énergie pour capter le CO2 c’est aberrant et idiot
que font les plantes ? grâce à l’énergie solaire elles captent le CO2, stockent l’énergie captée fabriquent des molécules HVA et relarguent de …..l’oxygène
la seule solution intelligente et durable de capter le CO2 c’est la photosynthèse naturelle ou artificielle


samson
4 décembre 2013 - 20 h 06 min

Pourtant si ces hydrocarbures étaient aussitôt transformés en électricité le CO² libéré pourrait être immédiatement recyclé et en totalité.

la je comprends pas !


Raysséguier
14 décembre 2013 - 10 h 54 min

Dans nos chaînes de pyrolyse nous retraitons tous les déchets organiques dont font partie les hydrocarbures. dans ce procédé les molécules organiques sont décomposées et recomposées en molécules courtes, essentiellement CO, H2 et O2.

Tous les atomes d’azote,chlore et métaux sont minéralisés dans les cendres.
Ce gaz de pyrolyse « GDP » est un gaz « propre » qui lorsqu’on le brûle ne produit ni dioxine, ni NOx, ni poussières dans les fumées (contrairement à la combustion directe des hydrocarbures). L’énergie dégagée par la combustion de ce gaz permet de satisfaire à l’autonomie énergétique de l’usine et l’important excédent permet de produire de l’électricité par voie de vapeur. La combustion du GDP produit du CO2 presque pur qui peut a nouveau alimenter des algues pour produire des hydrocarbures ou huiles végétales….. et le cycle est bouclé.
Le cycle perd de l’énergie sous forme d’électricité vendue et de déperdition de chaleur au travers de l’isolation des installations.
Cette énergie est compensée par la photosynthèse des micro algues donc en grande partie par l’énergie solaire.

Mais pour le lobby de l’énergie c’est un investissement trop lourd. Pourquoi investir dans un procès aussi long et compliqué alors que l’on peut vendre directement les hydrocarbures avec un énorme profit immédiat? Peu importe la pollution par la combustion de ces hydrocarbure distribués aux quatre coins de la planète!

BR


Raysséguier
14 décembre 2013 - 11 h 02 min

Paul,

quel est ton souci dans le procédé de piégeage du CO2 par la chaux?

BR



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2185

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS