Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Un nouveau gaz à effet de serre, potentiellement pire que le CO2
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Un nouveau gaz à effet de serre, potentiellement pire que le CO2

gaz à effet de serre origine industrielle

La hausse des gaz à effet de serre remonte au début de l’ère industrielle

Jusqu’à présent le CO2 était considéré comme le principal contributeur au surplus d’effet de serre, promesse d’un changement climatique planétaire cataclysmique pour l’homme. Ce statut pourrait être prochainement officiellement dévolu à un gaz d’origine industrielle, le perfluorotributylamine (PFTBA).

Caloporteur, ce gaz artificiel est utilisé depuis les années 1950, notamment dans des équipements électriques et électroniques. On le trouve entre autres dans des condensateurs, transistors et autres semi-conducteurs. Jusqu’à présent non détecté comme gaz à effet de serre, car non trouvable avec les méthodes utilisées habituellement, des chercheurs canadiens ont installé un système de détection spécifique à Toronto (Canada).

Le résultat ne s’est pas fait attendre. Selon les relevés, le perfluorotributylamine a l’effet radiatif le plus puissant de tous les gaz à effet de serre. En la matière, une seule de ses molécules a un effet identique à 7100 molécules de CO2 souligne la chimiste Cora Young, coauteur de l’étude à l’université de Toronto. Par ailleurs, le PFTBA aurait une longévité très importante, d’au moins cinq cents ans. Ainsi, en comparaison, selon C. Young, sur un siècle, son impact sur le réchauffement planétaire global est de loin supérieur au CO2.

Bien qu’artificiel, on ne lui connaît aucun moyen d’élimination (sauf à cesser de le produire), ni aucun puits de stockage naturel, au contraire du CO2 capté et séquestré massivement par les sols, glaces, forêts et océans.

Publiée dans la revue Geophysical Research Letters, l’étude souligne que le perfluorotributylamine pourrait s’inscrire dans une nouvelle catégorie de gaz à effet de serre d’origine industrielle, les différentes réglementations ne tenant quasiment jamais compte de leur impact sur le climat. Une classe à laquelle il serait urgent de s’intéresser selon les auteurs de la découverte de l’impact climatique du PFTBA.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 décembre 2013 à 06:38

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Ramond
14 décembre 2013 - 19 h 41 min

Tu en penses quoi?


Laurence
14 décembre 2013 - 21 h 30 min

Ça promet, on n’est pas sortis de l’auberge :-(


achel
14 décembre 2013 - 23 h 01 min

le pire, c’est qu’on ne finit par découvrir que ce que l’on cherche…imaginez le reste !!!


Rene
14 décembre 2013 - 23 h 55 min

J’ai du mal à imaginer ce gaz dans les composés électroniques genre condensateurs, transistors, surtout quand on « voit » la taille des transistors gravés sur circuit électronique… A moins qu’il serve dans leur fabrication ?


jean+louis
14 décembre 2013 - 23 h 56 min

une grande parti de la polution vient des usines et on veut encore nous faire payé le chapeaux


Christian
15 décembre 2013 - 1 h 05 min

Lier le CO2 et le changement climatique à « cataclysmique » me semble, à tout le moins, disproportionné et inapproprié, sans vouloir aucunement en sous-estimer la problématique (et ce PFTBA surpuissant est bien sûr interpelant). Mais je dois constater que le réchauffement climatique et les GES, dont on nous rabâche médiatiquement les oreilles, constituent l’arbre cachant la forêt… les pourtant gravissimes polluants de toutes sortes (planète Alu et métaux lourds ; les perturbateurs endocriens ; les déchets plastiques (trash vortex) ; les particules fines) sont encore les parents pauvres des média, alors qu’ils forment à l’échelle mondiale une véritable bombe à retardement épidémiologique.


Christian
15 décembre 2013 - 1 h 20 min

Sorry : lire ‘perturbateurs endocrINiens’ tels que les PCB, DDT et, dans les matières plastiques : BPA et phtalates…


KOURGAROU
15 décembre 2013 - 1 h 57 min

En effet, on nous rebat les oreilles avec le CO2 depuis des années, alors qu’il s’agit d’un composé tout à fait normal dans la nature et l’atmosphère, alors que des émissions de molécules absolument catastrophiques pour le climat et la santé sont issues de la chimie moderne depuis en gros un siècle, mais les lobbies pétrochimiques pèsent de tout leur poids pour noyer le poisson (devrai-je dire le « poison »)en mettant tout sur le dos du CO2.

Relisez la fable de la Fontaine « les animaux malades de la peste », remplacez l’âne par le CO2 et vous aurez mon avis sur la gestion du problème climatique et les affaires de santé publique…


Jean-Luc
15 décembre 2013 - 6 h 53 min

Réponse à la réflexion de Jean-Louis (« la pollution vient des usines et on veut nous faire payer le chapeau »)

Oui, on peut incriminer les usines, mais si elles existent, c’est bien parce que nous, consommateurs, sommes derrière.
Soyons responsables quand nous consommons !
Je retiens que les équipements électriques et électroniques sont responsables… Et je suis en train d’utiliser mon ordinateur !!!…


roger
16 décembre 2013 - 15 h 09 min

il est important de le signaler


LaurentA
16 décembre 2013 - 15 h 27 min

Commençons déjà a baissez nos émissions de CO2 respectives, puisque nous avons prise directe dessus, et malheureusement moins sur d’autres gaz plus complexe. Il est possible d’ouvrir un ‘compte épargne CO2′ et gagner de l’argent en échange. Avez-vous entendu parlé de ce service ?


did
18 décembre 2013 - 20 h 35 min

bon ok on se lamente .. et on fais quoi ?? à quand le grand boycott contre l industrie et la surconsommation de masse ?? moi je suis prêt .. et vous ..?? on peut tout changer nous mm sans attendre que les pompes à fric et divers actionnaires ne s y mettent c est à dire jamais .. ils ne vont rien faire pour nous !! qui a vu « la belle verte » de Coline Serreau ?? moi ça m inspire .. pas vous ?? alors si on ne fais pas … on se tait .. et on crève en silence .. j ai 6 enfants .. et là ça me fais vraiment chier … mais bon si je suis tout seul ……………………!! il faut un changement radical qui ne viendra que de la masse .. boycotter les supers marchés au lieu de vous précipiter manger les poisons qu ils vous vendent .. produisez local .. pourquoi suis je un des rares à le pratiquer .. et je suis loin d être mort .. C EST REALISABLE


did
18 décembre 2013 - 20 h 49 min

heu LaurentA .. comment sortir du schéma du fric cancéreux si tu tombes dans le panneau de leur porter ton argent sous n importe quel prétexte et qu ils vont s en servir pour financer des grandes entreprises mm internationales qui vont fabriquer quoi d après toi ?? et oui tu as tout compris : du PFTBA (entre autre) donc tu vas financer toi mm la bombe qui va te péter à la g… .. désolé mais si je dois faire une liste de ce qu il faudrait supprimer on n est pas couché !! le fric est le cancer de l humanité .. vive le troc et je me répète le grand BOYCOTT .. de tt façon ça va s arrêter tout seul ce système capitaliste du profit à outrance .; ça aura une limite forcément .. ne serait il pas mieux de s organiser avant le grand boum ??? en plus on nous vend de plus en plus de merde . et le pire ?? bin c est « con » achètent !! bin oui si on a moins que son voisin on fait une dépresssion … pfffff il y en a marre de se système … nous tuons la planète .. le pire c est que l homme détruit sa planète mais qu il y survie pour le moment .. monde artificiel .. virtuel .. cassé ..et la nature ?? vous l avez regardé la nature ??? non ?? bin dépêchez vous …


J.Ph. ROSELLO
19 décembre 2013 - 3 h 09 min

Très intéressante information.
Les doses sont actuellement infinitésimales, pour une fois il sera sans doute possible d’intervenir avant qu’il y ait des dégâts.
Quelques infos de plus dans Wikipedia à http://fr.wikipedia.org/wiki/Perfluorotributylamine#cite_note-10.1002.2F2013GL058010-3 ainsi que
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fluorinert sur le produit utilisé dans l’électronique.
Il serait intéressant de savoir quels déchets en contiennent. Je pense en particulier à tous ces composants qui sont brûlés à l’air libre en Asie (en Inde en particulier) pour en récupérer le cuivre, l’or, l’étain… Quel liquide est utilisé en électronique comme refroidisseur (?). Pour combler l’espace entre les microprocesseurs et leur radiateur ce sont des pâtes de silicones, c’est autre chose…

A propos des commentaires :
Le CO2 est certes une substance naturelle mais d’après les carottes de glace chaque augmentation importante est suivie d’augmentation des températures explosive. Les modèles informatiques sont des extrapolations à partir de situations connues mais aujourd’hui les records géologiques sont dépassés, difficile de cerner les limites. La disparition de toutes les glaces d’eau douce c’est +60 m du niveau de la mer, etc.
Les divers problèmes cités sont vraiment distincts, on ne peut pas mettre sur le même plan :
- Les particules fines du gazole, qui finissent par être élimer, tout comme celles du feu de bois.
- Les déchets plastiques, chimiquement neutre, d’où leur durée de vie longue.
- L’aluminium, métal qui est un élément naturel et n’a jamais traumatisé les amateurs de « pierre d’alun », en fait un sulfate double de potassium et… aluminium, d’où le nom.
- et cette substance inexistante dans la nature, hyper stable comme tous les fluorocarbone, comme les TFC, vous savez, ceux qui attaquent la couche d’ozone.
J’aime aussi rappeler que le pétrole est un produit naturel… Les volcans libèrent des quantités faramineuses de soufre, chlore, arsenic, oxyde de carbone, etc. Il faut arrêter de voir tout ce que produit l’homme (donc par définition « artificiel » comme négatif et tout ce qui est naturel comme bénéfique. La durée de vie « naturelle » de l’Homme c’est 30-40 ans maxi ! Simplement il y a des substances naturelles toxiques et/ou radioactives et d’autres artificielles neutres ou bénéfiques, le verre par exemple. La quantité absorbée ou accumulée est essentielle ainsi que l’activité de ladite substance.


Paul
2 janvier 2014 - 11 h 45 min

Je rejoins René, et ne comprends pas comment on peut retrouver ce gaz dans de minuscules composants électroniques, donc à des doses infimes, donc non dangereux face à ces doses infimes?
Cet article mérite quelques indispensables éclaircissements.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4828

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS