Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Un abri solaire pour les voitures électriques BMW
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Un abri solaire pour les voitures électriques BMW

BMW-abri-solaire

Il faudra s’y faire : d’ici vingt ou trente ans, la majorité des voitures vendues dans le monde devraient être, au moins hybrides, et au mieux 100% électriques. Même si pour cela, les constructeurs devront proposer à la vente des modèles de série dont l’autonomie excède les 200 kilomètres, ce qui semble aujourd’hui être la limite haute pour une motorisation électrique. Un changement aussi considérable ne sera cependant pas le seul fait des particuliers, bien décidés à abandonner les moteurs à explosion. Pour les accompagner, les territoires devront développer des infrastructures dignes de ce nom, avec une forte densité de stations de recharge, au moins équivalente à ce que l’on trouve aujourd’hui pour les stations service classiques. Dans l’architecture des stations, de nombreux concepteurs, constructeurs et designers essaient de tirer leur épingle du jeu, espérant faire de leurs projets la norme de demain.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à BMW, le géant allemand qui développe de plus en plus de véhicules électriques, voitures ou scooters. Pour BMW, la borne de recharge de demain doit prendre l’aspect d’un simple abri, ouvert aux quatre vents. Pour limiter l’empreinte écologique d’une telle installation, la structure de l’abri a été imaginée en bambou. Cette plante à la croissance rapide, qui s’adapte à presque tous les climats et qui n’a donc pas besoin d’être importée du bout du monde, ne nécessite ni engrais ni pesticides, et donne un bois très résistant et bon marché.

C’est sur le toit de cet abri que l’on trouve la bonne idée de BMW : il est recouvert de panneaux solaires. L’électricité produite est transmise et stockée dans la Wallbox juste en-dessous, soit la borne à laquelle il faudra relier son véhicule pour la recharge. En plus de l’énergie propre (l’électricité qui, à l’usage, ne rejette aucune particule de CO2), le constructeur allemand fait le choix du renouvelable en misant sur le solaire.

Il s’agit là d’une solution pour les particuliers, et en aucun cas d’une future station service : ces dernières auront besoin, pour assurer de nombreuses charges, d’être directement reliée au réseau électrique, car de simples panneaux solaires ne suffiraient pas à satisfaire la demande en énergie. Et puis parce que BMW fait les choses bien, elle a imaginé relier l’abri et ses panneaux solaires à la maison de ses propriétaires : dès que les voitures sont rechargées, l’énergie solaire produite est immédiatement redirigée vers le foyer.

Une proposition efficace, belle et réaliste ! Espérons que cet abri pourra s’adapter à tout types de véhicule électriques

Image : www.bmwblog.com

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 13 juillet 2015 à 01:15

123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Xavier
15 juillet 2015 - 12 h 49 min

Pourquoi se limiter à de la publicité pour une marque d’automobile et ne pas voir le problème des abris solaires dans son ensemble, pour tous les parkings ?

La France dispose de 360.000 hectares (3.600 millions de m2) de parkings en plein air, au soleil et sans arbres le plus souvent.

http://energeia.voila.net/renouv/eolien_solaire_surface.htm

On peut installer 75 W/m2 de panneaux photovoltaïques sur un parking, deux fois moins qu’en toiture à cause des passages de circulation, soit 750 kW par hectare.

En équipant seulement 20% des parkings en panneaux solaires, cela donne 54 gigawatts (GW) de panneaux, produisant environ 60 TWh (térawatts-heures) par an d’électricité solaire.

Le pays dispose aussi de 870.000 hectares de toitures. En utilisant seulement 10% de ces toitures et avec 150 W/m2 (1,5 MW/hectare), cela permet d’installer 130 GW de PV produisant environ 140 TWh d’électricité solaire chaque année.

Total : 200 TWh d’électricité solaire pour une consommation annuelle de 500 TWh en moyenne, pertes comprises.

Et on compte encore 500.000 hectares de friches … dont le seul usage possible bien souvent est d’y installer des centrales photovoltaïques. Ce qui se fait.


guy
15 juillet 2015 - 13 h 18 min

500.000 hectares de friches … dont le seul usage possible bien souvent est d’y installer des centrales photovoltaïques. Ce qui se fait… <=== une étude se fait concernant des panneaux solaires qui doivent être installés sur un ancien site d'enfouissement de déchets dans le pays de retz.44.


Martino
16 juillet 2015 - 7 h 02 min

Cet article est bidon, il faut faire une étude du coût réel en carbone et énergies dépensées. Rien sur les terres rares, les batteries coûtent chères et sont vites Hs, rien sur l’impact environnemental de la solution. Quel est le bilan carbone sur le cycle de vie? Vous parlez du transport individuel, qui n’est pas une solution écologique, franchement vous prenez vos lecteurs pour des imbéciles.


    clicdurable
    17 juillet 2015 - 11 h 19 min

    Tout le monde ne peut pas prendre les transports en commun et ce des aujourd’hui. Il s’agit ici d’une belle idée, et d’une initiative qui est déja bien plus durable que rien du tout, comme on peut le constater sur les parkings de supermarché par exemple, alors avant de dire que c’est bidon, proposez nous vous aussi des initiatives durables.


Robert
16 juillet 2015 - 7 h 47 min

L’idée pourrait semblée bonne, si elle n’était pas à un coût EXORBITANT.
Sans aucun rapport avec ce que les gens pourraient payer si ce n’était pas subventionné
Et les subventions, c’est toujours payé par le peuple.


PLUC89
16 juillet 2015 - 21 h 37 min

Il a raison Robert. C’est toujours l’ peup’e qui paie ! Quand t’y s’ra mort l’peup’e, de soif, de faim, de chaud, … y paiera pu, l’peup’e

Plus sérieusement, couvrir les parkings non couverts de panneaux photovoltaïques, outre produire de l’énergie, contribuera au confort des usagers qui seront du même coup protégés de la pluie ou … du soleil !
Je l’avais suggéré à un promoteur de centres commerciaux, il y a 10 ans ! Je pense qu’il m’a pris pour un doux rêveur !


Martino
18 juillet 2015 - 6 h 54 min

Ici vous parlez d’une borne de rechargement autonome en ville, (solution qui n’est pas nouvelle entre nous, allez voir chez Schneider pour ne citer qu’eux) c’est ubuesque quand l’électricité est à proximité. Quel est l’intérêt de mettre des panneaux avec un rendement énergétique faible dans des zones alimentées en électricité ? Vous le savez très bien, intéressez vous au problème et faites un article de fond. Pour l’instant la solution électrique dans le transport est limitée à l’auto partagée en ville , le reste pose trop de problème. Et de toute façon , on ne pourra pas tous rouler à l’électricité, il faudrait tripler notre production actuelle, et trouver du lithium en quantité et pas cher . Cette solution n’est donc pas orientée développement durable , Désolé !


Xavier
18 juillet 2015 - 16 h 19 min

La consommation d’électricité en France est environ de 500 TWh chez l’utilisateur final et de 550 TWh en comptant les pertes de transport et de distribution.

http://energeia.voila.net/nucle/ambiguite_nucleaire.htm

La production d’électricité nucléaire est de 410 TWh, soit 75 % de la production totale. Ce que l’on sait déjà.

L’étude est d’autre part très intéressante à propos du discours officiel sur la transition énergétique.


Xavier
18 juillet 2015 - 16 h 54 min

Pour réaliser le même déplacement, un véhicule électrique demande environ trois fois moins d’énergie (en Joules ou en kWh) qu’un véhicule thermique, compté en sortie du réservoir : batterie électrique ou réservoir de carburant selon le cas.

Les voitures particulières consomment 28 millions de m3 de carburant sur un total de 48 millions de m3 de carburant pour tous les véhicules terrestres sur les routes de France.

http://energeia.voila.net/transport/vehicule_electrique_twh.htm

C’est équivalent en énergie à 270 TWh pour les voitures particulières et 470 TWh pour le total.

La même circulation convertie en véhicules électriques, de la motocyclette au plus gros poids lourd, demanderait 160 TWh, dont 91 TWh pour les voitures, compté en sortie de batterie.

Mais il y a des pertes depuis la centrale électrique : transport de l’électricité, chargeur de batterie, rendement de la batterie : il sort moins d’énergie de la batterie que l’énergie consommée en entrée pour la charger.

Au total, il faut produire 210 TWh d’électricité pour alimenter tous les transports routiers, dont 120 TWh pour les voitures particulières.

La consommation passerait donc de 500 TWh à 710 TWh par an, toutes choses égales par ailleurs. Compte tenu d’une production actuelle excédentaire, la production d’électricité aurait besoin d’augmenter de 30% seulement : 710 TWh au lieu de 550 TWh.

Mais on peut très bien limiter l’usage des voitures, camions et autres véhicules motorisés.


fred verdifre
23 juillet 2015 - 22 h 28 min

mettre un minimum de panneaux directement sur les vehicules, bien que leur position ne soit pas optimale couvrirai déjà plus de 10% des besoins (voir beaucoup plus)
De plus si on veut comme bmw les utiliser comme élément de couverture il faut bien entendu déduire de leur cout l’élément de couverture que l on utilise pasOn trouve maintenant facilement du panneau solaire garanti 30 ans à moins de 1 € le watt crete (ou le kwh annuel)ce qui donne sans tenir compte des intérêts et des matériels annexes un kwh à moins de 0,04 €
mettre des panneaux solaires directement sur les vehicules électriques permet de nombreux gains
1) plus de pertes en ligne
2) pour la part d »énergie produite quand le vehicule roule plus de perte de stockage et augmentation de l’autonomie
3) le vehicule étant branché à la maison sur son chargeur, le panneau solaire alimente la maison quand la batterie est pleine
Ce type de solution me semble être celle qui permettra à terme d’obtenir (comme pour les maisons) des vehicules à énergie positive.
Dans cette optique, les vehicules peuvent devenir une solution plus qu’un problème pour la transition énergétique



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
941

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS