Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Transport » Navires de croisières : saturation du trafic autour de Venise
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Navires de croisières : saturation du trafic autour de Venise

Suite au récent naufrage du paquebot de luxe « Costa Concordia », l’UNESCO (1) a adressé un courrier au ministre italien de l’environnement, Corroda Clini. L’organisation y présente notamment ses condoléances quant aux pertes humaines de cette catastrophe et salue les efforts déployés par les équipes de secours et la population locale. Mais, pour l’organisme mondial, cet accident est une sonnette d’alarme qui doit convaincre le gouvernement italien de s’attaquer au problème que pose le trafic maritime autour du site du Patrimoine mondial de Venise.

Chaque année, près de 300 grands navires de croisière fréquentent Venise et sa lagune. Outre les risques inhérents à un tel trafic, ce va-et-vient fragilise l’environnement local, dont certains sites sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, à l’instar de Venise et du Bassin de Saint-Marc. Par ailleurs, le trafic des croisières à Venise dégrade la ville même, les vagues consécutives au passage des navires minant les fondations des constructions. Au nom de ces préoccupations écologiques, culturelles et sécuritaires, l’UNESCO a appelé le gouvernement italien à limiter l’accès des grands navires de croisière dans les zones les plus vulnérables.

Cécile Cassier
1- Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 31 janvier 2012 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
eau-delà!
4 février 2012 - 0 h 00 min

Venise est une île accessible par rail, par route (car etc.), par avion (2 aéroports sur le continent), et les seuls transports vraiment dommageables pour la ville déjà soumise aux montées des eaux fréquentes, sont les énormes paquebots qui accostent et/ou créent des vagues d’amplitude exagérée pour une lagune assez fermée. (Mettez donc un hord-bord dans une piscine, même de 25 m…
Sauf que dans une piscine, les berges sont en béton, alors que Venise est bâtie sur des milliers de troncs de mélèzes enfoncés dans la boue de la lagune…)

Mais l’autre souci majeur est la zone pétro-chimique de Marghera, à 4 km à vol d’oiseau de la cité magique, et dont les terminaux pétroliers génèrent des effets secondaires équivalents ou pires :
- Pareils pour le rapport volume des bâtiments maritimes % à la lagune ;
-pires pour la fait que des chenaux profonds ont dû être creusés dans la lagune pour permettre aux super-tankers d’accéder à la zone industrielle polluante, entraînant des montées d’eaux accrues par ces chenaux ouverts directement sur l’Adriatique.
- pires encore en cas de sinistre, car une marée noire dans la lagune serait une catastrophe incommensurable et irrécupérable.

Bref, il y a beaucoup à faire pour limiter la casse de cette cité merveilleuse, mais le tourisme et le complexe pétro-chimique sont les poumons financiers de Venise : cherchez l’erreur!

Aussi, espérons vivement que cette démarche permette d’avancer un brin.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
39

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS