Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Transport » La voie des eaux moins polluante que le bitume
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La voie des eaux moins polluante que le bitume

En 2006, plus de 80 % du transport de marchandises était assuré en France par la filière routière. S’il n’existe pas pour l’heure de solution miracle à la problématique posée par le secteur des transports, on peut cependant en minimiser l’impact environnemental en privilégiant des alternatives moins émettrices. Fort d’un regain d’intérêt depuis quelques années, le transport fluvial représente en ce sens un bon compromis pour alléger les réseaux routiers.



Chargement d’une barge sur le site d’extraction de granulats de Marolles sur Seine


Parmi les nombreux avantages qu’offre le transit fluvial, on notera tout d’abord sa moindre consommation énergétique, d’où de faibles niveaux d’émissions de polluants et de CO2. A ce gain écologique, s’ajoute l’intérêt financier. En effet, la grande capacité de tonnage limite les déplacements et par conséquent, réduit les coûts d’exploitation. Enfin, la voie des eaux garantit une bien meilleure sécurité que son équivalente terrestre, en diminuant le risque d’accidents.

Leader du transport fluvial de granulats, Cemex France a largement appliqué à ses quelques 240 centrales à béton cette politique visant à privilégier le mode fluvial. Ainsi, en région parisienne, 70 % de ses établissements sont approvisionnés par voies d’eau. Etendu à l’ensemble de la petite couronne, ce chiffre atteint les 85 %. Au final, ce sont 3,4 millions de tonnes de granulats qui parcourent chaque année le bassin de la Seine, depuis Le Havre jusqu’à Nogent-sur-Marne.

Aux dires de l’entreprise, le transport fluvial consomme cinq fois moins d’énergie que le transport routier. Représentatif des gains générés, un convoi de 5 000 tonnes, constitué de deux barges (1) de 2 500 tonnes ou de huit barges de 800 tonnes (soit un convoi de 180 mètres de long), correspond à 220 semi-remorques, soit un convoi routier de 6 kilomètres.

Pour l’heure, Cemex France semble bien décidé à poursuivre dans cette voie puisqu’il a lancé une campagne de recrutement dans l’intention de renouveler ses équipes de mariniers.

Cécile Cassier

1- Bateau à fond plat dépourvu de moteur, la barge est généralement utilisée en convois poussés sur les rivières et canaux de large dimension.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 juillet 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Blue_Berry
6 juillet 2008 - 0 h 00 min

Bonjour,

Il est très aisé de comprendre pourquoi le transport fluvial est, de tous les moyens de transport, le moins polluant. Ca tient tout simplement à la physique, celle des fluides, et à un principe, celui d’Archimède. En effet, le poids d’un bateau est entièrement soutenu par l’eau, et le moteur n’a en fait à vaincre que des forces d’inertie au départ, et à entretenir des énergies cinétiques par la suite. Ainsi, déplacer une tonne sur l’eau est extrêmement facile et demande très peu d’effort. Un enfant de 10 ans d’un poids d’environ 30 kg peut déplacer assez facilement sur quelques mêtres un bateau pesant jusqu’à 1000 fois son propre poids (30 tonnes). Un bateau de 39m (gabarit Freycinet), avec un PTC de 400 tonnes, n’a besoin que d’un moteur d’environ 250 cv, alors qu’il en faut 450 à un semi-remorque pour porter ses 38 tonnes. Consommation d’énergie moindre => pollution moindre, bien logique.

On peut toujours objecter le problème de la lenteur du bateau. Mais cet argument tombe de lui-même dès lors qu’il s’agit d’une noria d’approvisionnement constant. De plus, un bateau chargé à 250 tonnes (gabarit Freycinet en canal) mettra en effet un certain temps pour transporter son fret d’un point A à un point B. Si on confie ce fret à la route, deux solutions : soit on répartit la charge sur 10 semi-remorques avec tous les inconvénients que l’on connait(dangerosité, pollution, encombrement…), soit on la confie à un seul camion qui fera dix navettes. Et le temps qu’il fasse ses dix navettes, le bateau sera arrivé avant lui.

Et côté énergie et pollution, un bateau se prête très bien à l’équipement en panneaux solaires qui le rendront parfaitement indépendant et non-polluant, quand cette technologie sera vraiment accessible (c’est à dire quand les lobbies pétroliers arrêteront d’empêcher son développement). Ce jour-là, le bateau, ce sera zéro pollution.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
102

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS