Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Transport » Auto en libre-service : un secteur limité mais prometteur en France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Auto en libre-service : un secteur limité mais prometteur en France

Depuis quelques années, l’autopartage fait de plus en plus parler de lui. De fait, depuis 2007, le nombre d’adhérents et de services disponibles en France se sont considérablement développés, à l’instar de Yelomobile à La Rochelle ou du réseau Marguerite à Nantes. Confirmant cette tendance, un rapport du cabinet d’études économiques Xerfi estime que l’autopartage, bien qu’encore limité, possède un potentiel prometteur dans l’hexagone. En 2010, cette pratique réunissait 25 000 adeptes en France et présentait un chiffre d’affaires estimé à 12,5 millions d’euros. Mais, selon les prévisions des experts de Xerfi, le nombre d’abonnés devrait atteindre 140 000 personnes d’ici 2015 et le chiffre d’affaires du secteur être multiplié par six.

D’après Xerfi, l’effet conjugué de trois facteurs principaux devrait donner l’élan suffisant pour permettre à l’autopartage de gagner en puissance. D’une part, l’auto en libre-service bénéficie d’une forte demande latente, émanant d’une clientèle urbaine sensibilisée aux alternatives à la voiture individuelle. L’argument économique n’est pas étranger à cette évolution, le recours à l’autopartage permettant de réaliser des économies substantielles en dessous de 3 500 kilomètres par an. En moyenne, une voiture coûte 4 000 euros par an à son propriétaire, ses frais incluant l’achat du véhicule, le carburant, l’entretien et l’assurance.

Par ailleurs, les pouvoirs publics devraient également jouer un rôle dans l’essor de ce secteur via des initiatives telles qu’Autolib’ à Paris. D’après Xerfi, ce service, destiné à être effectif fin 2011, doit permettre de quintupler la flotte de véhicules partagés au sein de la capitale.  

Enfin, jusqu’alors porté par des associations ou des sociétés confidentielles, l’autopartage convertit désormais des grands groupes tels que Veolia Transport, Hertz et Vinci qui contribuent à structurer ce marché. Pour ces derniers, l’implication dans une initiative d’autopartage s’avère être un puissant vecteur de communication, notamment pour s’assurer une image d’opérateurs éco-responsables auprès des consommateurs.

Selon l’étude, le principal défi que doit désormais relever l’autopartage tient à la recherche d’un modèle économique viable. L’importance de l’investissement initial, ainsi que les frais fixes, contraignent les services d’auto en libre-service à atteindre une taille critique en terme d’abonnés. En atteste le projet Autolib’, qui devra récolter 200 000 abonnés pour couvrir ses dépenses, objectif difficile à satisfaire à court ou moyen terme.   

Outre la nécessité d’atteindre une taille critique pour rentrer dans ses frais, la flexibilité et la proximité sont deux recettes clés pour permettre à l’autopartage de se développer. Les attentes des clients reposent, en effet, sur la dimension locale et la proximité des stations, de même que sur la simplicité de réservation et d’annulation, et la disponibilité des voitures.   

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 avril 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS