Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Toulouse : nouveau laboratoire d’expérimentation pour les smart grids
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Toulouse : nouveau laboratoire d’expérimentation pour les smart grids

Le 7 septembre dernier a été lancé à Toulouse l’expérimentation de Sogrid, une petite puce électronique qui permet la communication entre tous les équipements du réseau électrique. Menée sur 1 000 foyers pendant un an, cette expérimentation est une première mondiale qui suscite beaucoup d’espoirs, technologiques d’abord, mais aussi industriels. Le développement de ce procédé permettrait à la France de renforcer sa place d’avant-gardiste dans le domaine des smart grids.

erdf-sogrid

Les smart grids ou réseaux électriques intelligents, font partie d’une réflexion plus globale sur une meilleure consommation d’énergie, l’inclusion des énergies renouvelables sur le réseau (éolien, hydraulique, photovoltaïque) et le développement des voitures électriques. Lancé en avril 2013, le projet Sogrid permettra à tous les équipements placés sur les réseaux basse et moyenne tensions de communiquer directement du consommateur au producteur.

Industriels, PME et universitaires réunis

Le projet a été développé par ERDF et STMicroelectronics au sein d’un consortium de 10 partenaires : les industriels Nexans, Sagemcom, Landis + Gyr, Capgemini, les PME Trialog et Lan, les partenaires universitaires Grenoble INP avec le LAAS-CNRS de Toulouse et l’École polytechnique. En développant des outils innovants d’optimisation de la consommation d’énergie, les différents partenaires du projet entendent se positionner en leaders des smart grids en brevetant leurs procédés et, à termes, en les vendant. Pas étonnant, donc, que la Toulouse School of Economics (TSE) ait été associée au projet.

Véritable laboratoire in vivo pour la grande école, Sogrid offre une opportunité unique de recherche en économie des réseaux et de l’énergie, mais aussi sur les nouveaux modes de consommation. Plusieurs pistes de recherche sont déjà évoquées. « Une équipe de 4-5 chercheurs va se pencher sur les données collectées par les compteurs intelligents. Ils pourront observer le comportement des foyers du réseau Sogrid, s’ils ont changé leurs habitudes de consommation depuis la mise en place du programme. L’autre piste de réflexion est la tarification du prix de l’énergie », explique Thomas-Olivier Léautier, directeur de recherche au sein de TSE.

Voiture électrique et énergies renouvelables : de nombreux objets à l’étude

Le Président de la TSE, Jean Tirole, récent prix Nobel d’économie, évoque quant à lui l’étude des véhicules hybrides. « Pour ce qui est des voitures électriques, les informations collectées pourront permettre, à terme, de savoir si l’utilisateur a besoin de toute la nuit pour recharger la batterie de sa voiture, ou contraire, si en 2 heures il peut reprendre la route. »

A l’horizon 2020, ERDF estime que « le nombre de véhicules électriques et hybrides en France pourrait atteindre 2 millions d’unités, soit 7 % du parc de véhicules légers. Pour les alimenter, 400 000 bornes de recharge publiques et 4 millions de bornes privées seront nécessaires. » Or si tous les véhicules venaient à être branchés simultanément, ils représenteraient 10 % de la consommation nationale d’électricité. Un défi pour le réseau électrique qui doit dès à présent anticiper les nouveaux modes de consommation.

Autre défi essentiel de la transition énergétique : réussir à répartir et à stocker l’énergie issue de sources renouvelables, par essence intermittentes. La réduction de la part du nucléaire de 75 % à 50 % dans la production d’électricité nationale à l’horizon 2020 signifie nécessairement un passage aux énergies vertes. Pour l’heure, il est encore impossible de stocker l’énergie issue de ces sources. En revanche, le caractère plus souple du réseau électrique connecté – qui permet de réagir aux fluctuations de consommation constatées en temps réel – facilitera la répartition de l’électricité issue des énergies renouvelables sans coupure de courant.

Au-delà de l’enjeu environnemental, c’est un enjeu économique qui se trouve au cœur de la réflexion globale de l’Hexagone sur les smart grids, et plus globalement sur les smart cities. Le marché mondial des smart grids est estimé à 30 milliards d’euros, rappelle Réseau de transport d’électricité (RTE). La filiale d’EDF a annoncé au printemps dernier la création d’une association professionnelle « Smart grids France ». Objectif : créer 25 000 emplois directs en France d’ici 2020, avec un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros, dont la moitié à l’export. De belles promesses donc.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Paul (voir la biographie)
le 24 septembre 2015 à 12:41

23 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2014
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
seb
26 septembre 2015 - 16 h 11 min

allez toujours le meme faux discours: on ne peut pas stocker l’énergie… cela fait 30 ans qu’on le fait avec l’énergie nucleaire avec des STEP (la nuit elle sert à rien)… Franchement pour un site qui devrait être informé, c’est pas cool…


Rv45
27 septembre 2015 - 9 h 02 min

« A l’horizon 2020, ERDF estime que « le nombre de véhicules électriques et hybrides en France pourrait atteindre 2 millions d’unités, soit 7 % du parc de véhicules légers. Pour les alimenter, 400 000 bornes de recharge publiques et 4 millions de bornes privées seront nécessaires. » Or si tous les véhicules venaient à être branchés simultanément, ils représenteraient 10 % de la consommation nationale d’électricité. Un défi pour le réseau électrique qui doit dès à présent anticiper les nouveaux modes de consommation. »

Quelle stupidité! Comment peut on écrire une chose pareil. Une voiture roule 35 km/j en moyenne c.-à-d. Moins d’une heure par jour. Il en reste donc 23 heures pour recharger. Pourquoi voulez vous que toutes les voitures rechargent en même temps. La recharge va évidement se répartir sur les 24h mais surtout principalement quand les kWh sont au tarif le moins cher. La personne qui a écrit cette article ne sait pas de quoi il parle.

Autre grosse erreur dans cette article: seulement 7% des voitures neuves en 2020 ils en sont déjà à 25% en Norvège aujourd’hui! C’est complètement ridicule. La France serait le seul pays à ne pas aller vers l’électrique. Cela c’est possible quand on regarde le nombre de bornes de recharges rapide en Europe: la Grande Bretagne a en 10 fois plus. Mais que ce passe t il en France. Pourquoi se retard. Pourquoi sommes nous le dernier de la classe http://ccs-map.eu/stats/

Y aurait un énorme retard en France. Notre pays s’enfoncerait-il dans le sous développement?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1593

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS