Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Violentes représailles au nom de l’exploitation forestière
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Violentes représailles au nom de l’exploitation forestière

Dans un rapport publié hier (1), Greenpeace dénonce l’implication du groupe suisse Danzer dans des actes de violence, survenus en République Démocratique du Congo (RDC) le 2 mai 2011. Ce jour-là, des représentants de la police et de l’armée ont mené une « expédition punitive » à l’encontre des habitants du village de Yalisika, dans le territoire de Bumba, en RDC. Cette mesure a été prise pour réprimer la révolte des villageois, s’opposant aux agissements de la compagnie d’exploitation du bois SIFORCO, filiale congolaise du groupe Danzer. Lors de ces représailles, un villageois a trouvé la mort, des femmes, y compris des mineures, ont été violées et de nombreuses personnes battues. Une quinzaine de personnes a également été arrêtée et une maison a été réduite en cendres.

Selon Greenpeace, de par sa connaissance des conflits opposant compagnies forestières et communautés locales, Danzer ne pouvait ignorer les conséquences violentes de cette intervention. Pourtant, il a hébergé la réunion du Comité de sécurité du territoire lors de laquelle fut décidé l’envoi de forces policières et militaires, et fourni le camion les véhiculant jusqu’au village isolé. Pour l’ONG, il est inacceptable qu’une entreprise telle que Danzer recoure aux forces armées. Outre les soupçons de pression depuis quelques semaines sur la communauté Yalisika pour trouver un « arrangement à l’amiable », des témoins oculaires affirment avoir vu le chef de chantier du site de Danzer payer les forces de sécurité suite aux arrestations. Malgré ces faits, la concession de Danzer, jouxtant le territoire des Yalisika, a obtenu un label « bois contrôlé » du Forest Stewardship Council (FSC), ouvrant la voie à une certification FSC complète.

Cécile Cassier
1- Le rapport s’intitule « Futur volé : Conflits et exploitation forestière au cœur des forêts congolaises – le cas Danzer ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 novembre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
NATUROC
10 novembre 2011 - 0 h 00 min

Oû est l’action réellement efficace que Greenpeace aurait déjà dû lancer à l’encontre de Danzer, ne serait-ce que sous forme de pétition depuis son site? Pas d’action? Donc pas de changement pour les Congolais. Que du blabla de Greenpeace.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS