Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Une tribu indienne s’apprête à prendre les armes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Une tribu indienne s’apprête à prendre les armes

Les Dongria Kondh, une tribu indienne d’environ 8000 individus, sont plus que jamais décidés à empêcher la compagnie britannique Vedanta de construire une mine de bauxite (1) dans la région montagneuse de Niyamgini, située dans l’état de l’Orissa en Inde Orientale. Ainsi, mercredi dernier, près de 150 indiens ont bloqué la route donnant accès à la colline après avoir appris que la compagnie initiatrice du projet minier souhaitait mener une expertise en vue du futur aménagement. Mais, dès vendredi, les manifestants ont été contraints de démanteler leur barrage sous la pression exercée conjointement par la police et les employés du groupe minier.

Pour autant, ce recul ne signe pas la fin de la résistance indienne, bien au contraire. Si l’on en croit l’organisation mondiale Survival International, militant pour les droits des peuples indigènes, une centaine de villageois tenterait toujours de bloquer le passage des véhicules de Vedanta alors que l’ensemble de la tribu s’apprêterait à prendre les armes pour contrecarrer les plans d’exploitation.

Si les membres de la tribu indienne semblent de plus en plus déterminés à stopper l’avancée du projet, il ne s’agit pourtant pas du premier rebondissement. Les mouvements de révolte ont débuté dès l’annonce du verdict de la Cour Suprême indienne, laquelle validait le 8 août dernier le projet de mine à ciel ouvert de Vedanta. En réaction, entre 30 et 40 villageois avaient alors barré la route d’accès à l’aide de troncs et de bannières clamant : « Nous sommes les Dongria Kondh. Vedanta ne peut pas nous prendre notre montagne ».

Une colère plus que légitime face aux conséquences désastreuses que la construction de la mine aurait sur les écosystèmes environnants, et par voie de conséquence sur les peuplades qui dépendent de ces milieux pour assurer leur subsistance. Attribuant des vertus sacrées au site de Niyamgini, les Dongria Kondh se nourrissent essentiellement des richesses que leur dispense la montagne. Ils mettent ainsi à profit les versants pour établir leurs cultures agricoles, auxquelles s’ajoutent les cueillettes en forêts. Mais si les forces engagées semblent pour le moins inégales, opposant une puissante compagnie minière, soutenue par les autorités gouvernementales, et une tribu indienne isolée, tout espoir n’est pas perdu. Il n’est pas impossible que les freins successifs mis à l’ouverture du chantier finissent par avoir raison de l’obstination du groupe Vedanta, à l’image de l’entreprise Tata Motors contrainte de délocaliser l’usine de construction de la voiture Tata Nano suite à une révolte paysanne. Cependant, dans ce cas précis, les manifestants bénéficiaient d’un relatif soutien des autorités communistes bengalaises.

Cécile Cassier
1- Le bauxite est un minerai dont est extrait l’aluminium.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
ptitiza87
15 octobre 2008 - 0 h 00 min

que la force soit avec eux. inchallah. Il y en a assez de tout ces gens qui se permettent de détruire la vie des autres pour faire du profit. j’espère de tout coeur qu’ils auront gain de cause.


sauvage1
17 octobre 2008 - 0 h 00 min

Enfin, la révolte gronde chez les peuples. Vivement que nous aussi soyons suffisamment lucides pour nous battre contre notre propre système.


philou
17 octobre 2008 - 0 h 00 min

Je pense que la réponse au ralentissmeent de l’exploitatoin à tout va des ressources naturelles du monde est dans le titre …
même problèmatique à madagascar d’où je reviens, dans l’Est, un énorme pipeline pour extraire le nickel qui traverse réserves et régions boisées, pour finir dans nos composants informatiques et alliages. Alors insurgeons nous oui, mais surtout responsabilisons nous, et agissons en conséquence.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS