Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Une entreprise accusée d’appropriation du vivant
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Une entreprise accusée d’appropriation du vivant

Le Centre Africain pour la biosécurité (ACB), avec l’appui de l’association suisse de la Déclaration de Berne, a déposé un recours contre l’attribution d’un brevet au groupe pharmaceutique Dr. Willmar Schwabe par l’Office européen des brevets. Celui-ci garantit à l’entreprise allemande l’exclusivité à l’échelle européenne de l’utilisation d’une plante curative à des fins médicales spécifiques. Représentant un marché conséquent, le pélargonium (1), reconnu pour ses propriétés antimicrobiennes et expectorantes (2), est effectivement prescrit dans le traitement de bronchites et de gênes respiratoires. Dotée en outre d’une capacité immunostimulante, cette plante est également utilisée comme médication contre le Sida et la tuberculose.

Cet acte vient compléter un précédent brevet, validé en juin 2007, lequel identifiait le groupe allemand comme l’initiateur des méthodes d’extraction des substances médicinales contenues dans les racines du pélargonium, usurpant les techniques ancestrales locales. Lui était également accordé, pour une durée de 20 ans, le monopole en matière de fabrication et de certification de la matière naturelle récoltée.

L’adjonction de ce nouveau brevet place Schwabe à la tête du marché issu de l’exploitation de deux espèces de pélargonium, le pélargonium sidoïdes et le pélargonium réniforme. En détenant 74% des actions de la compagnie d’extraction Parceval, il permet à son fournisseur de régner en maître sur la filière. Attiré par les gains exponentiels générés par la vente aux pays européens, ce dernier destine la grande majorité de sa production à l’export, délestant les populations locales de leur patrimoine naturel.

Au cours des dernières années, les prix du produit phare de Schwabe, le sirop Umckaloabo, ont explosé. Alors que 100 millilitres de ce médicament sont vendus 30,68 € en Allemagne, une compagnie locale concurrente, Bioharmony, produit un sirop contre la toux accessible sur le marché sud-africain pour 4,35 €.

Le phénomène se vérifie également pour la plante non transformée. La communauté africaine Alice, dont la vocation est de fournir des médications végétales aux populations défavorisées, paie entre 0,24 et 1,21 € le kg, le même kilo étant revendu 80,56 € à l’export.

Pour soutenir ce commerce florissant, la pression sur les réserves en pélargonium est de plus en plus forte, allant jusqu’à mettre en péril la survie des deux espèces végétales. En juin 2006, le Ministère du développement économique et des affaires environnementales d’Afrique du Sud avait imposé un embargo temporaire sur la récolte et l’exportation de ces plantes. Mais il avait eu l’effet inverse de celui escompté, favorisant l’exploitation illégale.

Pour dénoncer la délivrance de ce nouveau brevet perçue comme une aberration, l’ACB et la Déclaration de Berne invoquent la Convention sur la diversité biologique (CDB), traité international adopté lors de la Conférence des Nations unies pour l’Environnement et le Développement (UNCED) à Rio de Janeiro en 1992. Celle-ci concède aux peuples autochtones le droit à un « partage équitable des avantages découlant de l’utilisation des connaissances, innovations et pratiques traditionnelles intéressant la conservation de la diversité biologique et l’utilisation durable de ces éléments ».

En bravant les « droits souverains » de l’Afrique sur son patrimoine naturel, Schwabe place l’Allemagne dans une situation inconfortable. D’autant plus inconfortable qu’elle s’apprête à accueillir du 19 au 30 mai la 9e Conférence des Etats Parties à la CDB. Une rencontre qui s’annonce riche en débats alors que des négociations doivent être engagées concernant les mesures à prendre pour prémunir les Etats détenteurs de richesses biologiques contre l’appropriation illégale de ressources naturelles, symboliquement appelée « biopiraterie ».

Cécile Cassier
1- Contrairement aux idées répandues, le Pélargonium n’est pas une espèce de géranium. Il fait partie de la famille des géraniacées, dont fait également partie le géranium d’où l’amalgame véhiculé.

2- L’expectoration consiste à rejeter par la bouche les mucosités prisonnières des voies respiratoires.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 14 mai 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
clafo
14 mai 2008 - 0 h 00 min

depuis le temps que diverses associations se battent contre le dépôt de brevets du vivant on se demande si on arrivera un jour a faire entendre nos voix et surtout a interdire définitivement cet usage par des laboratoires et grands groupes qui n’ont d’autres intérêts que le profil…l’argent il n’y a donc que cela qui compte pour ces actionnaires.
Que le maximum de personnes réagissent a ce type d’aberation; un fidèle lecteur d’univers nature.
Claude. F


marseille42
18 mai 2008 - 0 h 00 min

Le pillage avec confiscation du vivant a commencé depuis déjà bien longtemps. Les labos sont tous pleins aux as: pourquoi ne cultivent-ils pas les espèces dont ils ont besoin en recréant les conditions de leur bon développement? Il suffirait alors -pour les végétaux- de disposer de graines et/ou de cultivars nécessires à la reproduction à grande échelle ce qui préserverait les espèces sauvages « in situ ». Et ce, d’autant plus, qu’après avoir pillé, donc détruit, il faudra soit prévoir les moyens dont je parle soit renoncer aux bénéfices offerts par la dite espèce puisqu’elle aura été éradiquée. Utopie? faut-il accepter que certains pensent « Après mon portefeuille boursier,qu’importe le déluge »? Plus je connais les hommes et plus j’aime mes chats.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
46

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS