Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Un projet de site Ikéa interroge sur son engagement écologique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un projet de site Ikéa interroge sur son engagement écologique

Le groupe Ikéa, référence en matière d’ameublement bon marché, affiche fièrement depuis quelques années ses préoccupations environnementales. Bien qu’aucune date butoir n’ait été fixée, il prévoit ainsi d’améliorer son efficacité énergétique de 25% par rapport à 2005. Comptant parmi les matériaux phares utilisés par la marque, le bois est garanti de source légale. D’après les dires du groupe, des experts en gestion forestière sont chargés de veiller à ce que les fournisseurs ne s’approvisionnent pas dans des forêts naturelles intactes.

Venant compléter cette politique « verte », les magasins Ikéa commercialisent des « paquets plats », permettant de réduire, selon eux, le nombre de trajets au cours de la phase de distribution. La société s’est engagée en parallèle à convertir toutes ses voitures de fonction en « carburants propres » d’ici 2010. Pour asseoir sa vocation écologique, Ikéa a mis en place des partenariats avec des organismes de défense de l’environnement, notamment avec le WWF (1) et l’ONF (Office national des forêts). L’enseigne collabore également au projet « Sow a Seed » destiné à réhabiliter 18 500 ha de forêt tropicale dans l’île de Bornéo, durement touchée par la déforestation.

Pourtant, malgré cet engagement affirmé, et réaffirmé, pour la protection de la planète, le groupe s’apprête à lancer la construction d’une plate-forme logistique dont les retombées environnementales seront dévastatrices pour la faune et le flore locales. Destiné à approvisionner les magasins du sud de l’Europe, le projet doit s’implanter dans la région de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), située à la frontière entre la Camargue et la plaine de la Crau, dernier vestige de steppe sauvage en France.

27 hectares de ces espaces naturels sauvages vont ainsi être sacrifiés. Une note salée que de nombreuses espèces végétales, majoritairement des orchidées sauvages, vont payer au prix fort. Les travaux d’aménagement, de nivellement et de drainage rendront le paysage inhospitalier pour cette flore, dépossédée de mares printanières vitales sous ces latitudes ensoleillées. La faune sera également touchée, à l’exemple des populations d’oiseaux privés de leur site de nidation.

Ce n’est pas la première fois que cette zone écologiquement sensible pâtit de lobbying industriels. Terrain de prédilection du Port Autonome de Marseille (PAM), Fos-sur-mer, malgré sa richesse naturelle, a été convertie en pôle industriel. En 2006, elle a accueilli 941 000 équivalents-conteneurs, dont 80% furent transportés par camions. Pour 2020, le PAM prévoit de recevoir près de 4 millions de conteneurs par an, dont 60% à moyen terme continueraient à être acheminés par voie routière. Des chiffres qui représentent un véritable désastre pour les milieux naturels environnants, d’autant moins acceptable face à l’attitude d’Ikéa, lequel prône sans vergogne une politique éco-responsable de transport.

Pour permettre la réalisation de ces sites, les études d’impacts sont fréquemment ″bâclées″. Dans le cas présent, Ikéa et le PAM ont fait l’impasse sur la conduite d’eau destinée à l’alimentation de l’entrepôt principal, dont il est peu probable qu’elle soit sans incidence pour l’écosystème visité. Des négligences pour le moins arrangeantes comme le souligne avec justesse l’organisation Naccica (Nature et Citoyenneté Crau Camargue) car « Pour chaque espèce passée sous silence, le PAM et les entreprises complices s’épargnent autant de demandes d’autorisation de destruction et de dépenses en mesures compensatoires ». Qu’il s’agisse d’une complicité voulue d’Ikéa ou d’une erreur de parcours, le carton rouge est de rigueur.

Cécile Cassier
1- Le WWF est un spécialiste de ce genre de partenariat. Le cimentier Lafarge a été un des premiers élus

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 avril 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
sauvage1
29 avril 2008 - 0 h 00 min

C’est encore un exemple de la tromperie des puissances d’argent. que pouvons-nous faire, à part entrer en résistance. Résistance contre le fric. Comment, nous qui sommes suspendus aux subsides chaque début de mois, que nous travaillions ou pas ? J’avoue mon impuissance. je voudrais même mourir, tellement l’emprise de la connerie est prégniante dans notre société humaine. Les indiens d’Amérique du Nord disaient que lorsque l’homme aurait détruit la vie pour des billets de banque, il s’apercevrait que ceux-ci ne se mangent pas. nous en sommes toujours là. je n’ai pas envie de faux-semblants. je constate que la contestation n’est que de pure forme, sauf pour quelques très rares de nos corréligionnaires. Les gens habitant dans la zone concernée se soulèveront, j’espère. Bonne chance à eux et à ceux qui les accompagneront.

Michèle


tombeleau
1 mai 2008 - 0 h 00 min

Ikéa a pourtant ce qu’il faut déjà dans cette région :un magasin à Vitrolles et l’autre immense à la Valantine (entre Aubagne et Marseille)….


flore
1 mai 2008 - 0 h 00 min

si vous n’etes pas allez en vacances en camargue,il est conseillé d’y aller ,la faune sauvages est absolument magique et magnifique ,entre les oiseaux ,les taureaux ,la flore aquatique jamais vu pareil spectacle naturel en france ,bref il y a de quoi ne plus acheter un seul de leur bibelot qui ne remplaceront pas cette nature sauvage .
Defendez vous les camarguais .


fée
3 mai 2008 - 0 h 00 min

La détérioration de la nature est un but que l´élite de ce monde a choisi d´atteindre – raison: voir le site internet « les projets des maitres du monde ».
Ikéa est certainement un partenaire idéal qui n´hésitera pas à soutenir ce projet. Ai vu cette semaine sur une chaine allemande un documentaire caustique sur « l´engagement (!!) » de cette fabrique vis-a-vis de ses employés. Une vrai catastrophe puisque nous sommes revenus aux temps
des esclaves. Il semble
que le terme éthique soit inconnu au niveau patronnat.
Alors y a t-il de quoi s´étonner du reste???


woodman
5 mai 2008 - 0 h 00 min

Une petite coquille dans votre article: l’ONF n’est nullement un organisme de défense de l’environnement mais un EPIC (Ets public à caractère industriel et commercial) qui exploite les forêts françaises.


Mum
5 mai 2008 - 0 h 00 min

je suis écoeurée ,mais pas étonnée par le nouveau projet d’ikéa!!!
J’espère que les camargais vont réagir ! je suis sûre qu’ils auront de nombreux soutiens .
Je fais la promesse devant vous tous de ne plus mettre un pieds chez ikéa ,tant qu’ils n’auront pas abandonné ce projet. VOUS ME SUIVEZ?????


baralu
7 mai 2008 - 0 h 00 min

Bonjour,
je connais bien fos/mer, malheureusement, je ne pense pas qu’ikea soit un acteur majeur de nuisance et de pollution, il est vrai que 27 ha c’est grand mais que penser de la monstrueuse usine d’incineration que marseille est en train de faire construire sur cet emplacement, pour digerer 2 trains sans fin d’ordures par jour, (que marseille deverse depuis 50 ans à entressens à coté,) que penser des hauts fourneaux qui crachent depuis 1974 et de toutes les autres industries chimiques, petrolieres, des gigantesques cuves( qui vous delivrent votre super tous les jours!), ce mouvement est sympathique, mais ikéa ne polluera par sa présence que d’un pet de none, il faut savoir que cet espace est cerné de complexes chimique, metallurgiques, d’un circuit automobile privé d’entrainement (nb d’ha? Bmw,audi?) et de combien d’autre industries discretes mais ravageuses en terme de pollution. Pourquoi ne pas avoir mis ikéa à miramas ou à st martin qui deja ont de nombreuses et énormes plateformes logistiques d’entreprises européennes?? Saturés ?
Le complexe de fos qui s’étend sur des milliers d’ha, qui a remblayé des centaines d’ha de marais, qui est beaucoup,beaucoup, plus grand que le port industriel de marseille, a encore des centaines d’ha non exploités et devant les pb de benefices actuels lance surement des appats pour rentabiliser ses terrains!
je prefere ikea plutot que toutes ces industries de merde(dont tous le monde utilise les produits finaux,en toute bonne conscience!).
Quand on prend la decision de connaitre, ou de ne plus fermer les yeux, sur les installations » type seveso » de la region, on commence à avoir peur!!
A+



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
517

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS