Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Un projet de décret à l’étude pour réformer l’affichage publicitaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un projet de décret à l’étude pour réformer l’affichage publicitaire

Le gouvernement vient de lancer une consultation publique sur le projet de décret portant sur la modification de la réglementation de l’affichage publicitaire, dans l’optique de réduire une pollution visuelle devenue omniprésente. Ouverte à tous, celle-ci s’achèvera le 11 mars prochain.

Pour l’association Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P), bien qu’il soit difficile de rattraper les erreurs et reculs opérés par la loi Grenelle II, notamment la légalisation du micro-affichage et l’apparition des écrans numériques, ce décret revêt une grande importance pour la lutte contre cette « pollution mentale et visuelle ».

S’intéressant au projet de décret proposé, l’association relève certains points positifs tels que la limitation dans le temps de l’autorisation accordée pour les bâches publicitaires (1), la limitation à 12 m² de la surface publicitaire des bâches et l’évocation de règles d’extinction des panneaux énergivores la nuit. En terme de densité, outre la suggestion d’une règle destinée à faire tomber certains panneaux en zones particulièrement saturées, les petites villes et villages de moins de 10 000 habitants pourraient être exemptés de publicité lumineuse et de panneaux grands formats.

Toutefois, d’autres points prêtent plus à débat. Ainsi, la question des formats reste problématique car, bien que l’on passe de 16 m² à 12 m², le format 4×3 reste inchangé. En outre, R.A.P estime qu’il est regrettable que rien ne soit fait pour limiter les panneaux scellés au sol. De même, le format maximal pour les écrans numériques vidéo est encore jugé trop important, les télévisions géantes de 2,5 m² devant bientôt se déployer sur l’ensemble de la France, aux abords des villes et dans les rues mêmes.

Par ailleurs, si l’extinction des panneaux la nuit est certes encourageante, elle n’est envisagée que de minuit à 6 heures du matin, le mobilier urbain en étant exclu.

Afin d’optimiser le décret actuellement à l’étude, R.A.P a formulé un certain nombre de propositions parmi lesquelles : la restriction à 2 m² maximum pour tous les panneaux de publicités et publicités sur bâche, l’inscription d’un principe d’égalité entre affichage libre et affichage publicitaire, la limitation à 0,35 m² des écrans vidéo utilisés à des fins publicitaires ou d’enseigne, l’extinction des enseignes à la cessation d’activité de l’établissement (ou au plus tard 1 heure après la cessation) et des publicités à l’extinction de l’éclairage public et pendant les périodes de pics de consommation électrique. A ces mesures, s’ajoutent également la limitation à un panneau par établissement, d’une taille maximale de 0,35 m² (soit 50×70 cm) dans le domaine du micro-affichage, l’interdiction des véhicules publicitaires et du pelliculage des vitres des bus, tram et taxis ainsi que la suppression du régime particulier applicable aux « mobiliers urbains publicitaires d’information (MUPI) ».

Alors que la lutte contre le gaspillage énergétique bat son plein, notamment via des recommandations quotidiennes telles que l’extinction des lumières lorsque l’on quitte une pièce, et des appareils informatiques une fois leur utilisation terminée etc., ce foisonnement de sources publicitaires énergivores, de toutes formes et en tous lieux, est un total non-sens.

Cécile Cassier
1- Une bâche publicitaire est une toile publicitaire de grande dimension tendue sur ou dans un bâtiment.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 février 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
26 février 2011 - 0 h 00 min

Un panneau qui tombe c’est un publicitaire qui disparait.
Et alors ?
Tant mieux.


jlg47
27 février 2011 - 0 h 00 min

L’excès est toujours excessif, et comme disait mon père, l’abus tue!
il est en effet sensé de limiter les affichages publicitaires, en surface et en nombre. il est des endroit ou leur nombre les rends même inopérantes.
Il est aussi sensé de limiter l’usage en taille et en temps des affichages énergivores. Encore que le rendement lumineux des « néons » soient ce qui ce fait de mieux après les LED. Encore que je m’interroge sur le bilan pour la planète d’un écran LED comparé aux 4×3 plein de papier non recyclable mis à jour à grand renfort de camionnette.
Mais quel intérêt de vouloir supprimer les affichages sur les véhicules? C’est le seul outils de communication de la grande majorité des associations, artisans et petits commerçants. Cette action serait donner aux publicitaires l’exclusivité de l’affichage. Est-ce bien l’objectif?


vigie 53
27 février 2011 - 0 h 00 min

Dommage que Univers Nature ne mentionne pas le site internet ou la manière de participer à cette consultation publique sur la publicité.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
65

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS