Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Six collectivités vont restreindre l’accès des véhicules les plus polluants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Six collectivités vont restreindre l’accès des véhicules les plus polluants

A l’instar de plus de 160 villes européennes, des collectivités locales françaises de plus de 100 000 habitants vont expérimenter la limitation, voire l’interdiction de circuler des véhicules les plus polluants dans des Zones d’Action Prioritaires pour l’Air, dites ZAPA.

Présenté par Nathalie Kosciusko-Morizet, la nouvelle ministre de l’écologie, des transports et du logement, et Philippe Van de Maele, le président de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), le dispositif est en cours de définition pour un démarrage effectif fin 2011. Pour le moment, seules 6 collectivités sont retenues : Grand Lyon, Grenoble-Alpes Métropole, Clermont Communauté, Pays d’Aix, Plaine Commune (en Seine-Saint-Denis) et la ville de Paris, d’autres pourraient les rejoindre d’ici la date butoir du 31 décembre de cette année.

Comme le rappelle la ministre, ‘Il s’agit de la mise en œuvre d’une mesure phare de la loi Grenelle II pour améliorer la qualité de l’air … la pollution de l’air diminue l’espérance de vie de 9 mois pour chaque Français et l’exposition aux particules fines (émises notamment par les véhicules diesels, N.D.L.R.) causerait 40 000 décès chaque année’. Promues au rang d’enjeu de santé publique, les ZAPA doivent permettre de renforcer la lutte contre la pollution atmosphérique et notamment réduire les émissions de particules et d’oxydes d’azotes.

Dans ces zones, l’accès aux véhicules les plus polluants sera limité, voire interdit. Toutefois, si le concept apparaît simple, il reste difficile à mettre en œuvre. C’est ainsi que les collectivités retenues vont travailler de concert sur l’approche globale du dispositif et son impact sur l’air, le bruit et l’aspect socio-économique entre autres. Une approche qui devrait permettre à chacune de déterminer la taille de sa propre ZAPA, son impact, son coût et le dispositif juridique à mettre en place pour l’accompagner.

De leur côté, les usagers de la ‘voirie publique’ s’intéresseront plus particulièrement aux critères de choix des véhicules interdits et aux éventuelles mesures compensatoires qui pourraient être prises.

Concrètement, les collectivités actuellement retenues évoquent une limite d’âge pour tous les véhicules (du camion au deux roues motorisé), l’optimisation des livraisons, l’encouragement à l’acquisition de véhicules dits ‘propre’, voire, pour certaines, des actions en direction des particuliers se chauffant au bois … 

Comme de plus en plus souvent, ce seront en premier lieu les personnes les plus défavorisées qui feront les frais de ce dispositif. Atteinte par la limite d’âge, leur petite voiture sera contrainte de rester au garage, quand la dernière berline haut de gamme ou 4×4 récent devrait pouvoir continuer à circuler …

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
fred
23 décembre 2010 - 0 h 00 min

Moi j’adore NKM, elle est sincère et veut vraiment faire bouger les choses. Mais il aurait peut-être fallut commencer par instaurer des normes anti-pollutions plus draconiennes sur la quantité de CO2 émise à une puissance moteur donnée. A l’époque on ne se souciait guère des gaz à effet de serre, mais ce n’est plus le cas. Les voitures n’ont jamais consommé autant et rejeté du CO2 autant qu’aujourd’hui, mais personne n’ose le dire, nous sommes bien dans ce petit conformisme de la voiture toutes options multi gadgets aux roues plus grosses, moteur plus puissant, berline plus lourde, etc. Alors arrêtons de se voiler la face, c’est bien gentil cette expérience, mais ça va encore une fois être au bénéfice des constructeurs, et il y en a mare.


dieselstop
25 décembre 2010 - 0 h 00 min

Mettre un frein au diesel sera une grande avancée pour un air plus respirable. Il serait sage aussi de taxer la puissance (retour à la vignette qui contribuait,un peu, à calmer les sots)


jean3357
27 décembre 2010 - 0 h 00 min

Avant d’interdire il faudrait repenser les modes de déplacement en ville.
Une telle mesure risque de pénaliser les plus pauvres qui n’ont pas eu les moyens de profiter de la prime à la casse pour changer leur véhicule.
Le problème est de fournir une offre alternative pour se déplacer en ville lorsqu’on vient de la prériphérie (encore les moins favorisés repoussés par le niveau des loyers).
Lorsque l’offre alternative de transport sera développée et réellement utilisable, on pourra commencer à interdire aux irréductibles de venir polluer la ville.
Dans l’état actuel, cela revient à interdire la ville aux moins riches.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
52

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS