Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Rio+20 : aux grandes lâchetés, les grands maux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Rio+20 : aux grandes lâchetés, les grands maux

Si l’on devait faire le bilan carbone du sommet de Rio+20, il ne serait guère positif. Des déplacements en masse pour se contenter de réaffirmer les mêmes engagements avortés. Autour des deux thèmes majeurs, à savoir l’économie verte et la gouvernance mondiale du développement durable, la conférence devait déboucher sur un programme de travail et des objectifs concrets en matière d’énergie, de protection des océans etc. Or, alors que 19 paragraphes ont été consacrés à l’économie verte, elle n’a jamais été définie. Ce chapitre n’évoque même pas la diversité biologique bien que 40 % de l’économie mondiale reposent sur celle-ci, rappelle le Muséum national d’Histoire naturelle.

Le projet d’organisation mondiale de l’environnement a finalement été abandonné, remplacé par un simple renforcement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). En matière d’énergie, les négociations se sont heurtées à l’opposition des pays en développement, poussés par des pays pétroliers. Focalisés sur la question des prix alimentaires, les débats sur l’agriculture ont occulté les enjeux qui se posent en amont : intensification des cultures et des élevages, gaspillage de l’eau, rejets de polluants, usage des pesticides, OGM, agrocarburants etc.

Au cœur des objectifs de ce sommet, la révision de la convention sur le droit de la mer, à laquelle beaucoup d’Etats et notamment les Etats-Unis n’adhèrent pas, a été reportée. Elle est confiée à un groupe de travail qui présentera des propositions, lesquelles seront ensuite négociées. L’échéance de ce travail est fixée à 2014. Egalement d’ici 2014, seront organisés des débats autour d’une stratégie financière de développement durable. Au final, comme l’a si bien résumé le Muséum, on relève dans le texte final 64 « réaffirmons », 161 « reconnaissons », « constatons », « insistons », « sommes conscients » et « prenons acte » pour seulement 5 « décidons ».

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS