Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort

Incessamment sous peu, le Parlement européen se prononcera sur le nouveau texte visant à réviser la Directive européenne 86/609/CEE sur « la protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques ». A cette occasion, l’association de protection des animaux One Voice publie un rapport scientifique mettant en cause l’expérimentation sur les primates dans la recherche en neurologie. Signé par André Ménache, médecin-vétérinaire et président exécutif de l’ONG Antidote Europe, cette étude s’appuie sur deux arguments clés pour dénoncer l’aberration des expériences réalisées sur les primates. Scientifique, le premier souligne la différence tant anatomique que fonctionnelle qui distingue les « cerveaux des primates humains et ceux des non-humains ». Ainsi, outre le fait que le cortex humain fait 10 fois la superficie de celui d’un singe, il existe entre les singes et les humains de nombreuses différences dans l’anatomie et la physiologie du système nerveux central.

Le second argument fort de ce dossier est d’ordre éthique. Ainsi, pour André Ménache, si les chercheurs pro-expérimentation justifient le recours aux primates en invoquant la proximité évolutive entre le singe et l’homme, il serait, dès lors, incohérent de nier la parenté dans la souffrance ressentie face aux traumatismes infligés.

Outre les blessures fréquentes lors des captures, les primates sont condamnés à une vie de solitude et d’incarcération, totalement inadaptée à ces animaux très sociaux. Ils développent alors des troubles du comportement (balancement, torsion du cou, arpentage de la cage), ces déviances pouvant aller jusqu’à s’infliger des morsures, s’enfoncer les doigts dans les yeux ou se frapper la tête contre les parois de la cage. Une fois promus « matériels de laboratoires », les primates peuvent passer jusqu’à 8 heures par jour ceinturés dans des « chaises à primates » avant de subir une intervention chirurgicale invasive du cerveau, « soit pour en endommager une ou plusieurs parties, soit pour insérer des instruments d’enregistrement comme des électrodes ».

Or, si dans le cadre de l’évaluation toxicologique des médicaments, « la loi rend difficilement évitable l’expérimentation animale », rien de tel ne s’observe dans le domaine de la neurologie, où les chercheurs sont libres de refuser d’utiliser des animaux. Selon One Voice, l’article 7.2 de la directive 86/609/CEE stipule : « Il ne sera pas effectué d’expérience s’il existe une possibilité raisonnable et pratique d’avoir recours à une autre méthode scientifiquement acceptable et n’impliquant pas l’utilisation d’un animal pour obtenir le résultat recherché ». Or, des alternatives prometteuses existent en la matière, qui ont déjà fait leurs preuves. D’après le Dr Aysha Akhtar, médecin et chercheur en neurosciences : « Beaucoup d’établissements cliniques utilisent l’imagerie et des outils neurophysiologiques pour cartographier et comprendre le fonctionnement du système visuel et d’autres systèmes neurologiques humains ».

A l’heure actuelle, l’Union européenne utilise environ 10 000 primates chaque année, incitant à la création de fermes d’élevage en raison de l’incapacité des populations sauvages fragilisées à répondre à la demande. Au niveau mondial, 100 000 primates sont utilisés dans la recherche chaque année, majoritairement aux États-Unis, en Europe et au Japon. Outre les chimpanzés, les macaques, les babouins et les ouistitis sont les plus utilisés.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
3 juillet 2010 - 0 h 00 min

L’expérimentation animale est surtout de la recherche en torture. On se demande ce qui peut motiver certains à pratiquer encore ces méthodes dignes des camps de concentration.


jng
4 juillet 2010 - 0 h 00 min

La recherche de traitements pour soulager la souffrance humaine ne doit pas reposer sur la souffrance animale !


pat
5 juillet 2010 - 0 h 00 min

L’expérimentation animale ne peut être fiable pour en tirer des conclusions pour les humains, car l’individualisation de ces derniers les rends indépendants des médicaments qui peuvent soigner la collectivité de chaque espèce animale : ce qui est bon pour toute une espèce animale ne peut convenir à chaque humain car tous diffèrent de chacun des autres humains.


gigi
7 juillet 2010 - 0 h 00 min

Les chercheurs de ce genre devraient eux même être des objets d’étude sur la dégénérescence de l’espèce humaine.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS