Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Plus de trois semaines pour faire la peau au loup
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Plus de trois semaines pour faire la peau au loup

Discrètement, la préfecture du Var vient de donner l’ordre aux lieutenants de louveteries et aux gardes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) de tuer les loups de la région. Prise en réponse à de nombreuses attaques dans la région du camp militaire de Canjuers, cette décision ne va pas manquer d’aviver le débat sur la ‘gestion’ des loups.

Il est vrai que depuis le retour de Canis lupus via l’Italie, son effectif s’est considérablement accru et plus personne ne conteste aujourd’hui son expansion, soit une situation à l’opposé de celle des ours et des lynx nationaux. Néanmoins, que les éleveurs et autres chasseurs le veuillent ou non, le loup est plus un révélateur du mal-être du monde pastoral qu’un prédateur susceptible de remettre en cause l’activité des éleveurs et chasseurs.

A titre d’exemple, dans le Var, la préfecture a enregistré cette année 85 attaques susceptibles d’être imputées au loup, pour 201 moutons tués (un chiffrage en baisse par rapport à l’année passée). Si, à ce bilan, il convient également d’ajouter le stress causé aux troupeaux ainsi que de probables avortements de brebis (1), ce n’est rien face aux attaques de chiens errants (environ 15 000 par an pour les seules Alpes), maladies (une perte de quelque 700 000 ovins-caprins par an en moyenne, à l’échelon national). A ceci, il convient également d’ajouter les pertes ‘naturelles’ (foudre, dérochement, etc.). Au final sur le seul arc alpin, annuellement la perte est de 40 000 à 50 000 moutons toutes causes confondues, une fourchette à comparer aux 1 414 attaques et 4 913 victimes (ovins et caprins) officiellement comptabilisées en 2011 …

En conclusion, même si l’autorisation de tir des loups, sans condition, est limitée dans le temps (fin de l’opération le 19 septembre), elle apparaît comme une étape supplémentaire vers une gestion très musclée de l’espèce, dans un contexte où la prédation est pourtant en baisse par rapport à 2011. A la décharge des autorités, il est vrai qu’il est plus facile de se faire ‘quelques loups’ que de mettre en œuvre de réelles mesures pour répondre aux principaux maux d’une profession dont les problèmes existent depuis bien avant le retour du loup !

Selon l’ONCFS, quelque 250 loups vivraient en France dans les Alpes, les Pyrénées, mais aussi le Massif Central, le Jura et les Vosges.

Pascal Farcy
1- Toutes ces causes de pertes font l’objet d’une indemnisation des éleveurs.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
laurent26
30 août 2012 - 0 h 00 min

C’est une honte et ça prouve une fois de plus que l’homme est incapable de cohabiter. Les éleveurs pleurnichent tout le temps alors qu’ils sont indemnisés. Ne nous trompons pas, l’espèce nuisible sur cette planète c’est l’homme!!


Josemite
30 août 2012 - 0 h 00 min

Décidément où va l’homme ? L’être le plus nuisible de cette planète. Donnons des fusils aux loups et que le meilleur gagne !


paul48
30 août 2012 - 0 h 00 min

Excellente analyse sur le loup.
En revanche honte au site qui diffuse sur cette même page une publicité pour un service juridique qui aide les entreprises à se délocaliser et ne pas payer d’impôts.


loiclang
31 août 2012 - 0 h 00 min

POurquoi par exemple ne pas envoyer un email à la préfecture du Var pour dire poliment ce que l’on pense de leur décision ? Une mobilisation importante peut montrer que les chasseurs et éleveurs ne sont pas les seuls à s’intéresser au loup !


gardien de mouton
1 septembre 2012 - 0 h 00 min

Bonjour,
Si la personne qui a écrit l’article ( ou une autre) à une solution contre la mortalité lié à la foudre, la maladie, les accidents, voire la vieillesse ça m’intéresse.Les éleveurs eux ont des solutions contre les attaques ( chiens, loup, ours, etc). Les attaques de loup c’est plus de 10 pour cent,est ce trop,est ce pas assez: ça dépend d’où on se place.
Quelles sont les différentes mesures pour répondre aux maux (à définir) des éleveurs?


marseille42
2 septembre 2012 - 0 h 00 min

Effectivement, je n’ai aucune pub sur ce site sinon les recommandation d’Univers nature en bas de page. Mais il est vrai que mon navigateur est Mozilla Firefox et j’ai installé ABP (Ad block plus). Par contre, il m’arrive d’utiliser très rarement Google chrome et les pop up envahissent mon écran (une vraie passoire). C’est plus calme avec Explore mais….


Bens
13 septembre 2012 - 0 h 00 min

Donc: puisque le bétail souffre déjà de beaucoup de maux (comme si c’était volontaire!), eh bien ajoutons-lui un de plus, la présence d’un prédateur.

De la malhonnêteté intellectuelle parfaite.

Il est bien évident que si les éleveurs pouvaient réduire le taux de mortalité due à des facteurs autres que le loup, ils le feraient sans hésiter.

Le bon sens et la raison se perdent!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
54

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS