Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Peuples autochtones : les oubliés de la compensation carbone
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Peuples autochtones : les oubliés de la compensation carbone

Visant à contrer les émissions liées au déboisement et à la dégradation forestière, le mécanisme REDD (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation) attribue aux forêts une valeur financière en fonction de leur capacité de stockage de carbone. L’objectif de ce système est de dédommager financièrement les initiatives lancées par les pays en développement dans l’intention de préserver leur patrimoine forestier. Honorable sur le papier, ce système de compensation donne pourtant lieu à certaines dérives dans sa mise en application concrète. En effet, perverti par l’insertion d’un gain financier, il porte préjudice à de nombreux peuples indigènes, qui se voient expulsés ou privés de leurs moyens de subsistance sur leurs propres terres. Selon l’organisation Survival International, ces projets de compensation-carbone ont entraîné la destruction de villages et abouti à des conflits violents, au nom d’une terre que les peuples indigènes ont toujours su préserver, à l’inverse des nouveaux investisseurs.

Or, le système REDD représente l’un des points actuellement en négociation à la conférence climat de Cancun, rassemblant plus de 190 pays du 29 novembre au 10 décembre. S’inquiétant d’un renforcement futur des mesures arbitraires dans le cadre de ce mécanisme, l’organisation ICRA International s’oppose à ce que, au nom de la protection des forêts, on impose à ceux qui en sont les gardiens depuis toujours des choix contraires à « leurs intérêts vitaux », tels que le reboisement en monoculture, l’interdiction de la chasse dans certaines zones, voire l’expulsion pure et simple. Reconnaissant qu’il s’agit là d’un dossier délicat, un négociateur européen confiait : « On a plus de risque que de bénéfice à essayer de l’améliorer ».

Rendus sur place, des représentants de peuples autochtones, principalement d’Amérique latine, mais aussi d’Asie et d’Afrique, se réunissent quotidiennement et militent auprès des délégations de leurs pays mais également de l’Union européenne. Légitimement, ils réclament l’introduction dans le système REDD d’une « clause de sauvegarde » exigeant « le consentement libre, préalable, et informé » des communautés autochtones avant la mise en œuvre de mesures pour lutter contre la déforestation. Pour l’heure, comme l’explique Onel Masardule, chef de la communauté kuna du Panama, les populations autochtones sont tenues à l’écart des négociations en cours. De son côté, Jérôme Frignet, spécialiste des questions forêts à Greenpeace France, est sceptique. Pour ce dernier, même si une telle clause venait à être adoptée, son application resterait aléatoire : « Elle n’offrira jamais de garantie dans le type de texte », relativement général, qui pourrait être adopté à Cancun. A l’heure actuelle, seulement 9 % des forêts mondiales sont la propriété légale des populations autochtones.

Cécile Cassier
1- Pour en savoir plus, se reporter au dossier « L’envers de la lutte climatique ou la négation des droits indigènes », accessible dans le n°31 d’Echo Nature.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS