Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Le projet de l’autoroute A65 : une vie après le Grenelle ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le projet de l’autoroute A65 : une vie après le Grenelle ?

Avec ses 147 kms qui assurent une liaison entre l’A62 (Bordeaux-Agen-Toulouse) et l’A64 (Bayonne-Pau-Tarbes-Toulouse), le projet de l’A65 est le plus gros chantier autoroutier à venir en France. Or, si l’on s’en tient aux déclarations de Jean-Louis Borloo lors du Grenelle de l’environnement, à l’instar de tous les projets en cours celui de l’A65 devrait être réexaminé. Toutefois, il semblerait que cela ne doive pas être le cas puisque selon le journal Sud-Ouest, du 26 octobre dernier, le ministre des transports ‘Dominique Bussereau estime que l’autoroute A 65 Langon-Pau continue de se justifier’.

Comme toutes les autoroutes, la réalisation de l’A65 aurait un impact important :

- les émissions totales de CO2 liées aux travaux de construction de l’infrastructure sont estimées à 515 000 tonnes. Par ailleurs, l’A65 stérilisera 1500 hectares, et libérera environ 450 000 tonnes de CO2 fixés dans les sols naturels. A cela, il faut ajouter que l’imperméabilisation de 525 hectares de sols naturels conduira à la perte d’un potentiel de fixation naturelle du CO2 d’environ 5 250 tonnes/an;

- des espèces protégées sont menacées de destruction, comme l’emblématique écrevisse à pattes blanches (1) déjà fort menacée en France et de surcroît protégée.


A ceci s’ajoute un rapport d’audit du Conseil Général des Ponts et Chaussées et de l’Inspection Générale des Finances, qui stipule que l’A65 a été jugée inutile par les experts des ministères de l’équipement, des finances et de l’écologie. Ils estiment que ‘…compte tenu de l’aménagement parallèle de la RN 10 entre Bordeaux et Bayonne et des faibles trafics actuellement observés, ce projet, présente des enjeux essentiellement régionaux, au nom desquels la nécessité d’une autoroute concédée de bout en bout n’est pour l’heure pas démontrée.’

D’autre part, l’autoroute A65 ne peut être justifiée par des problèmes de sécurité. Sur 97 kms, la voie existante n’est considérée accidentogène que sur 7 km. Enfin, il existe un scénario alternatif d’aménagement de la route existante qui permettrait de sécuriser les trajets de l’ensemble des usagers.

Il serait opportun d’optimiser la route existante par des aménagements répondant à des besoins réels qui amélioreraient la fluidité du trafic aux moments où la circulation augmente (début juillet, mi-août, fin d’année).

Pour l’ARPL (Alternative Régionale Langon Pau), l’A65 est un vrai test de sincérité des déclarations du Grenelle, c’est pourquoi l’association demande l’arrêt des études préliminaires et la réévaluation du projet suite aux nouveaux critères énoncés lors du Grenelle de l’environnement.

Sabrina Meder

1- L’écrevisse à patte blanche (Austropotamobius pallipes) est une espèce indigène des cours d’eau de l’ouest de la France. De couleur brun/vert ponctué de nuances de gris, elle se distingue aisément de l’écrevisse à pattes rouges (autre espèce autochtone) par sa taille légèrement plus petite et sa face inférieure blanche.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 octobre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
190

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS