Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Le marketing n’a plus sa place sur les étiquettes alimentaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  4. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  5. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le marketing n’a plus sa place sur les étiquettes alimentaires

A l’issue de trois ans de travaux, les experts de l’EFSA (1) ont publié la dernière série de 35 évaluations d’allégations de santé figurant sur certaines denrées alimentaires. Depuis 2008, le groupe scientifique NDA (2) a ainsi évalué 2 758 allégations de santé associées à des aliments, afin de s’assurer de la validité des bases scientifiques sur lesquelles elles reposent. Parmi celles-ci, 331 allégations ont été retirées et 1 548 allégations, relatives à des « produits à base de plantes », ont été mises en attente par la Commission. Mais l’EFSA estime qu’un « nombre considérable d’allégations portant sur des aliments reposent sur des éléments scientifiques solides, y compris les allégations relatives à un large éventail de bénéfices pour la santé. ». Environ une allégation sur cinq examinées reposait sur des preuves jugées suffisantes.

Parallèlement, le Parlement européen vient d’adopter un projet de règlement sur l’étiquetage des produits alimentaires. Conformément à ces nouvelles dispositions, la valeur énergétique et les quantités de lipides, d’acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel doivent apparaître dans un tableau lisible, placé sur l’emballage. Les substances allergènes doivent également être mentionnées sur l’étiquette des denrées alimentaires préemballées. Déjà obligatoire notamment pour la viande de bœuf, le miel, l’huile d’olive et les fruits et légumes frais, l’obligation de mentionner l’origine du produit est étendue aux viandes fraîches de porc, de mouton, chèvre et volaille. Les viandes composées de différents morceaux doivent, quant à elles, porter la mention « viande reconstituée ». Cette dernière règle s’applique également au poisson.

Cécile Cassier
1- Autorité européenne de sécurité des aliments.

2- Groupe scientifique de l’EFSA sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nicolekretchmann
6 août 2011 - 0 h 00 min

Avez-vous lu le livre de deux journalistes, livre qui n’a pas pu être enlevé du commerce : « La bouffe d’égout » de Fabien Perucca et de Gérard Pouradier ?
Si oui, vous savez que pour reconstituer des « rôtis de viande, non, de chair animale », la meilleure colle est du sang humain.
Qui hurle CANNIBALES ?






à lire aussi
     
Flux RSS