Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » La corrida demeure au patrimoine culturel français
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La corrida demeure au patrimoine culturel français

En réaction à l’inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel français, en avril 2011, l’Alliance Anticorrida avait déposé un recours pour faire annuler cette décision devant le tribunal administratif de Paris. Mais ce dernier a finalement rejeté la demande d’annulation de la décision ministérielle. En revanche, la demande de dommages et intérêts de l’Observatoire national des cultures taurines n’a pas été retenue. A l’annonce de ce verdict, l’Alliance Anticorrida a fait savoir qu’elle utiliserait « toutes les voies de recours, jusqu’à la Cour européenne des droits de l’Homme ».

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dieselstop
6 novembre 2011 - 0 h 00 min

Si cette saloperie demeure au patrimoine de mon pays, je renierai ma nationalité Française.


fée
6 novembre 2011 - 0 h 00 min

@dieselstop
il y aurait plus d’une raison de renier sa nationalité: un président qui ruine son pays, qui lui même « crache » sur sa nationalité française et
entraîne les français dans des génocides.
Et l’énumération n’est pas exhaustive.


carmen
6 novembre 2011 - 0 h 00 min

Est-ce que la commission européenne des droits de l’homme n’a pas d’autres chats à fouetter ( de décisions plus importantes à prendre concernant des humains )que de s’occuper d’interdire des corridas ?


conapol
8 novembre 2011 - 0 h 00 min

« Le jour viendra où des hommes comme moi considéreront l’assassinat d’un animal de la même manière qu’ils considèrent aujourd’hui l’assassinat d’un homme » (Léonard de Vinci)


rose
9 novembre 2011 - 0 h 00 min

Carmen, j’espère que la Cour européenne des droits de l’homme fouettera aussi ces chats (ou vaches ou taureaux…)-là, car on doit protéger d’abord les plus faibles et les plus vulnérables.
Une justice n’a de sens que dans la mesure où elle défend d’abord ceux qui n’ont pas la possibilité de se défendre eux-mêmes.
Et les êtres vivants et souffrants qui n’ont pas la possibilité de se défendre eux-mêmes sont premièrement les animaux non humains.
On doit défendre un bébé avant un adulte parce que c’est une créature faible et vulnérable, qui n’a pas la possibilité de se défendre soi-même, de même on doit défendre un animal en priorité parce qu’il n’a pas la possibilité de le faire lui-même ; c’est la créature capable de souffrance la plus faible et la plus vulnérable (les bébés humains ont toujours une pléthore d’adultes humains prompts à prendre leur défense).
Donc, c’est le devoir de tout être humain de défendre les animaux.


carmen
9 novembre 2011 - 0 h 00 min

Conapol , je ne connaissais pas Léonard de Vinci sous cet angle . Pourriez-vous me fournir les références précises de l’ouvrage dans lequel il aborde cette question . Merci .


sophie des noisettes
10 novembre 2011 - 0 h 00 min

J’ ai vu un reportage ( ancien: avant 2007 ) sur les lobbies comme celui de la chasse qui est proche de celui des corridas et en général de ceux qui s’ engraissent sur le dos de la souffrance animale. Ce sont ces infiltrations + des membres du gouvernement comme mrs Fillon, Bachelot, Sarkozy entre autres qui ont permis cette aberration d’inscrire une TORTURE PREMEDITEE et MISE EN SCENE d’ ANIMAL INNOCENT à l’ inventaire du patrimoine culturel français.


clocyrdia
12 novembre 2011 - 0 h 00 min

La corrida n’est certe pas un rituel à promouvoir. Ce qui se passe actuellement dans les abattoirs est bien plus atroce (abattage casher , hallal…) mais peu de monde s’en offusque, de peur de froisser certaines communautés. Faire respecter la loi sur l’abattage des animaux serait la première action à défendre. Mais nos politiciens de tous bords sont trop lâches pour osez un rappel à la loi.


rose
13 novembre 2011 - 0 h 00 min

Il n’y a pas d’abattage propre… Le seul abattage propre est celui qui n’a pas lieu ! On doit tuer à un rythme « proprement » infernal, pour satisfaire à la demande monstrueuse des consommateurs, français, notamment, puisqu’ils sont les premiers consommateurs de chair animale en Europe et parmi les premiers au monde.
Le principal abattoir de cochons aux États-Unis doit tuer quelque 32 000 animaux par jour, comment voulez-vous que le bien-être des animaux ait à voir là-dedans. C’est la mort à la chaîne, le règne de l’ultraviolence, de la déshumanisation totale, tant pour les bêtes que pour les humains. C’est une enfer, les abattoirs ne sont pas autre chose que l’enfer. Et les conditions sont, on le sait, odieuses également pour les salariés qui y travaillent, mais voilà au moins un secteur dans lequel on ne souffre pas du chômage…
Il y a plus de 300 abattoirs en France, et environ 7000 animaux sont tués chaque minute dans les abattoirs français, il n’y a qu’à calculer, ça fait moins de 3 seconde pour tuer un animal, a-t-on le temps de faire une anesthésie et de mettre des gants dans ces conditions ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
35

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS