Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » La Belgique renforce sa législation sur la protection des animaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Belgique renforce sa législation sur la protection des animaux

Après 2 affaires consécutives qui, fin 2006, ont vu des actes de maltraitance animale non condamnés, la Belgique vient de faire évoluer sa législation sur le bien-être animal.

Le nouveau texte stipule que ‘personne ne peut se livrer à des actes non visés par la présente loi et qui ont comme conséquence, sauf en cas de force majeure (une collision impossible à éviter, etc. — N.D.L.R.), de faire périr sans nécessité un animal ou de lui causer sans nécessité une mutilation ou des souffrances.’

La formulation de l’ancienne loi avait suscité de plus en plus d’interprétations judiciaires très contestées par la société civile. Certains juges estimaient que la preuve d’une dite intention particulière devait être fournie, et allaient jusqu’à ne pas considérer comme suffisants des documents visuels ainsi que des témoignages scientifiques dès lors que le prévenu niait avoir consciemment voulu faire souffrir les animaux.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
43

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS