Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » L’horreur dans un abattoir du groupe Charal
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’horreur dans un abattoir du groupe Charal

Ce sont de bien morbides révélations que vient de mettre au grand jour l’association de protection animale L214. S’attendant à essuyer un refus suite à une demande de visite de l’abattoir Charal basé à Metz, un enquêteur du groupe associatif a postulé à une offre d’emploi sur le site d’abattage au titre d’ouvrier abattoir. Une démarche aisée au regard de l’absence de qualification ou d’expérience professionnelle requise. Ainsi, pendant trois semaines, du 8 au 26 septembre 2008, l’enquêteur rendu sur place a pu observer les pratiques en œuvre dans cet abattoir.

Illustration ci-contre – Un bovin assistant à l’agonie de ses congénères.

Or, le spectacle s’est révélé pour le moins cruel, même pour un lieu dédié à l’abattage. L’abattage rituel comme l’abattage standard donnent lieu à des souffrances prolongées chez les bovins avant leur mort définitive. Au cours de l’abattage standard, les animaux sont effectivement étourdis avant d’être mis à mort ainsi que l’exige la loi. Toutefois, selon l’association, en raison du retard accumulé par le saigneur, ils ne sont pas immédiatement égorgés et reprennent conscience avant leur égorgement.

Parallèlement, la vitesse de la chaîne d’abattage restant inchangée au cours de l’abattage rituel, sans étourdissement préalable (1), cette cadence ne permet pas de maintenir l’animal dans le tonneau de contention jusqu’à la fin de la saignée. Au regard de quoi, là encore, l’agonie de l’animal se prolonge une fois suspendu à la chaîne d’abattage. Le tonneau de contention étant orienté vers les animaux suspendus, les bovins ne perdent pas une ‘miette’ du sort que subissent leurs congénères.

Outre leur ignominie, ces agissements contreviennent à la réglementation en vigueur. L214 souligne, ainsi, la violation de l’article R214-74 du Code Rural, lequel spécifie que : « L’immobilisation doit être maintenue pendant la saignée ». Parmi les autres articles bafoués, figure également l’article R214-65 du Code Rural précisant que : « Toutes les précautions doivent être prises en vue d’épargner aux animaux toute excitation, douleur ou souffrance évitables pendant les opérations de déchargement, d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage ou de mise à mort ».

Mais le scandale ne s’arrête pas là. Les Services vétérinaires sont présents en permanence dans l’abattoir de Metz et n’ont pourtant pas signalé ces infractions pratiquées quotidiennement. Ce constat ne fait que confirmer les défaillances récurrentes des services vétérinaires français, pointées du doigt par l’Office alimentaire et vétérinaire (OAV) de la Commission européenne. Pour preuve, relayant un article paru dans la dépêche vétérinaire de mars 2009, L214 cite le président du Syndicat National des Inspecteurs en Santé Publique Vétérinaire (SNISPV) : « Cela fait dix ans que le syndicat tire la sonnette d’alarme au sujet du déficit des contrôles officiels en dénonçant la fragilisation croissante de nos effectifs et la catastrophe potentielle qui menace ». D’autant que, comme l’a constaté l’enquêteur de L214, les pratiques déviantes de l’abattoir de Metz sont abandonnées au profit de plus vertueuses lors de visites importantes. Ce fut ainsi le cas à l’annonce d’un audit de la société McKey, fabricant de steaks hachés surgelés et fournisseur des restaurants Mc Donald’s.

La mauvaise foi n’ayant pas de limite, dans son courrier de refus apposé à une éventuelle visite de l’abattoir par l’association, Charal n’a pas hésité à déclarer : « Au-delà de la réglementation en vigueur et du contrôle par les autorités qui certifient chaque année la conformité de l’ensemble de nos abattoirs, notre groupe a fait de la protection animale un volet central et spécifique de sa politique « Qualité », qui va au-delà des exigences actuelles et préfigure les évolutions réglementaires ». Tout dépend de ce que l’on entend par « protection animale ».

L’association L214, qui dénonce la tromperie de l’entreprise envers les consommateurs, a porté plainte contre Charal pour cruauté envers les animaux.

Cécile Cassier

1- Se reporter au n°23 d’Echo Nature, avec l’article « Le scandale français de l’abattage sans étourdissement » (p. 15 – 17).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 août 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
titinne88
29 août 2009 - 0 h 00 min

j’habite metz et je suis tombée sur le républicain lorrain, je suis horrifiée.
de plus je ne mange pas de viande car mes parents étaient agriculeurs et enfant je ne pouvais pas avaler cette chair que je voyais vivante.
bravo pour cet article car cela remettra les idées à certains, le fric et encore le fric.

je suis dégoutée des humains , j’aime trop les animaux et je déteste voir les abattoirs, de plus la viande c’est pas bon à la santé.
j’ai 42 ans et je vis sans viande.

encore bravo et je vais en parler autour de moi


lupus
29 août 2009 - 0 h 00 min

Cet enfer rend dérisoire tout le baratin sur l’humanisme. Tout le monde sait ce qu’il se passe dans les abattoirs mais la plupart continuent de faire comme si de rien n’était. Demain ils diront comme d’habitude « je ne savais pas », ou « je n’ai fait que mon travail ».


michele77500
30 août 2009 - 0 h 00 min

Encore une fois, les Français diront qu’ils ne savaient pas et les employés de l’abattoir diront qu’ils obéissaient aux ordres.
Pourtant il serait très simple de sanctionner ces pratiques. Personne ne nous oblige à acheter de la viande CHARAL. Il suffit de boycotter la marque, vous verrez qu’ils réagiront!!!


Orias
30 août 2009 - 0 h 00 min

Quelle honte, faudrait les enfermer ces co…. J’espere que l’amende sera salé ! et charal tu peu te les foutres ou je pense tes steaks j’en achete plus.


Bens
31 août 2009 - 0 h 00 min

Osons le dire tout haut:
Il y a un certain paradoxe à se scandaliser que des êtres humains soient capables de maltraiter ainsi des animaux, alors que les mêmes êtres humains ont décidé que le fait d’arracher un bébé au ventre de sa maman est un droit inaliénable des femmes. Et ce pendant que les opposants à ce droit sont montrés par les médias comme de dangereux rétrogrades (ou ultra-conservateurs c’est pareil).

Pour moi toutes ces pratiques – qu’elles s’attaquent aux animaux ou aux être humains – sont détestables et reposent sur l’anesthésie de nos esprits matérialistes.


Linna
31 août 2009 - 0 h 00 min

Je suis ravie que ces pratiques soient dénoncées et mises à jour pour que de plus en plus de consommateurs découvre la réalité des abattoirs.
Il ne faut pas se leurrer, c’est quasiment la même chose dans tous les abattoirs.
On peut consulter utilement ces rapports de 2009 sur le sujet :

http://www.one-voice.fr/fr/page/rapports

Dommage que des opinions d’arriérés anti-avortement qui mélangent tout viennet polluer les commentaires et faire passer ceux qui se battent contre la cruauté envers les animaux pour des illuminés extrémistes.


Bens
31 août 2009 - 0 h 00 min

Chère Linna,
Vous confirmez ce que je disais. Dès qu’on a une opinion différente de celle de la pensée dominante et politiquement correcte, on se faite traiter d’arriéré ou de conservateur, ce qui est devenu un gros mot. Je défends les bébés, je suis donc un extrémiste… l’Histoire jugera.

Dommage pour le débat démocratique, dont le pire ennemi est la pensée unique, dont vous vous montrez un pur produit avec votre dernier paragraphe teinté d’intolérance (ainsi je « pollue »… vocabulaire révélateur, pour un peu vous me plaqueriez une étoile jaune).

Pourquoi n’avez pas répondu à mes arguments avec d’autres arguments, rationnels ceux-là?


Fluorite
31 août 2009 - 0 h 00 min

Il faut les boycoter,en parler autour de soi;l’humanité a quelque chose de trop barbare;y compris dans les pays dits développés.


terreoceane
1 septembre 2009 - 0 h 00 min

Bjr, je m’étonne que ma réaction postée hier n’apparaisse plus sur votre site car comme beaucoup je suis horrifiée par le traitemnet réservé aux animaux (ne parlons pas des animaux dressés pour les cirques, les fermiers peu scrupuleux etc etc)
Je n’achète plus de viande depuis longtemps et peux me nourrir malgré tout agréablemnet et sainement.
On se demande si les services vétérinaires sont vraiment attentifs … et poussent leurs investigations. Lobby lobby non ?? je souhaite une sanction exemplaire mais commençons par boycotter cette marque puis la viande en général.


rose
2 septembre 2009 - 0 h 00 min

Je ne trouve pas qu’il y ait lieu d’être étonné. Nous faisons partie des plus gros consommateurs d’animaux au monde, environ 300 grammes de chair animale par Français chaque jour ! Cela exige une cadence ininterrompue, proprement infernale (car c’est bien l’Enfer que nous faisons vivre aux animaux – puissions-nous l’epier un jour), absolument incompatible avec la moindre notion de bien-être animal.
Il FAUT tuer 400 boeufs par heure environ, soit près de 7 par minute, soit moins de 9 secondes par animal – pas le temps de faire du sentiment ! Et, à ce rythme, les blessures et accidents d’employés sont fréquents. Tout ça pour quoi ? Pour satisfaire quelques côlons encrassés, quelques palais pervertis, quelques consciences anesthésiées. On rougit de faire partie de l’espèce humaine.


totov
2 septembre 2009 - 0 h 00 min

peut on signer une pétition? peut on contacter Charal pour boycotter? ou bien doit on nous même aller dans les supermarchés et vandaliser leur viande? il serait bien que cette info à sensation soit suivie et approfondie. idem pour le rôle des DSV ….. j’aimerais ne pas être dans l’émotion et plus dans une action efficace de terrain dans l’intérêt de nos amis les bovins …..


bgl
2 septembre 2009 - 0 h 00 min

la meilleure façon de réagir contre ces horreurs, c’est définitivement de ne plus manger de viande.
Le végétarisme est notre salut ainsi que celui de tous ces animaux que nous ne maltraitons pas uniquement dans les abattoirs. Il y a maltraitance dès leur naissance puisqu’ils sont « poussés ». Toute leur existence est maltraitance pour le porte monnaie de certains, mais aussi le plaisir de nos assiettes, soyons conscients et responsables jusqu’au bout!!!
Il ne suffit pas de dénoncer il faut agir !


lupus
3 septembre 2009 - 0 h 00 min

Méfions-nous des mangeurs de viande. Leur cruauté et leur appétit sont sans limite. Ils tuent aujourd’hui autant d’animaux en une journée que tous les abattoirs en un an au début du 20°siècle. Sans se poser de questions. Ils justifient leur attitude par son utilité. Ce sont les mêmes valeurs qui ont rendu la Shoah possible. (Lire l’excellent livre de Charles Patterson « un éternel Treblinka », bien documenté.)


Hervé1
3 septembre 2009 - 0 h 00 min

Peut être que les images sont dures à voir, en même temps qui aurait pu imaginer le contraire. Mais les méthodes de l’association ne doivent pas être cautionnées. Sinon on mange plus rien, on se méfie de tout. Moi j’aime la viande et je ne veux pas qu’on m’en dégoute. Alors respecter ma liberté de carnivore


musico
3 septembre 2009 - 0 h 00 min

Pour moi, être végétarien à cause de ça est débile. Pourquoi se priver totalement de viande si délicieuse alors qu’il suffit d’en manger peu souvent (on l’apprécie mieux) mais de la vraie et bonne viande c’est à dire de la viande bio ? On peut respecter l’animal et le manger, ce n’est pas incompatible.


Bens
4 septembre 2009 - 0 h 00 min

Choisir le végétarisme pour éviter l’excès de viande, pourquoi pas, encore qu’il faille veiller à éviter les carences en certaines protéines notamment chez les enfants.

Choisir le végétarisme par pitié pour les animaux, c’est assez loufoque. Dans ce cas regardons où nous marchons pour éviter d’écraser les insectes, et puis supprimons les affreux pièges à mouches, et aussi les attrapes-souris.
Ça revient à faire des animaux des êtres humains.

Du reste il « suffirait » (on sait que ce n’est pas si simple) que les contrôles soient renforcés. Mais en venir à jeter le bébé avec l’eau du bain pour des arguments biaisés (« les abattoirs font souffrir les animaux, ne mangeons plus de viande »)…

Un peu de réalisme: une bonne grosse manif devant Charal pour lui faire une mauvaise réputation aura certainement plus d’effet positif sur ces pauvres bovins que de se priver de viande.


Hervé1
4 septembre 2009 - 0 h 00 min

Personnellement j’en ai marre de voir mes choix dicté par des associations qui pensent avoir tjs raison. Ok on doit tuer les animaux pour les manger, quelle nouvelle ! Mais il faut bien se nourrir, alors règlons des problèmes plus importants comme justement les gens qui ne peuvent pas se nourrir dans le monde


rose
4 septembre 2009 - 0 h 00 min

Bens, vous sous-tendez donc que les bovins sont maltraités uniquement dans les abattoirs du groupe Charal ? Qu’au surplus les autres animaux abattus par le groupe Charal ne souffrent pas ? Qu’aucun animal ne souffre dans aucun abattoir français en dehors des bovins dans les abattoirs du groupe Charal ?
Je crois avoir bien saisi vos propos ?
Ensuite, vous pensez que le fait de ne plus consommer d’animaux ne constitue pas une solution au problème (mais y a-t-il là le moindre problème ?) de la souffrance des animaux élevés et abattus pour la consommation humaine. Vous pensez donc que si l’on (l’espèce humaine) ne consomme plus d’animaux, on continuera néanmoins d’élever et de tuer des animaux ? A quelle(s) fins(s) ? Pour se faire un chapeau de viande comme dans : http://hatsofmeat.com/frame.html ?
Enfin, peut-être sévissez-vous au service communication de Charal et peut-être êtes-vous alors à l’origine de leur sursaut d’indignation (voir leur site Web – hilarant) face à ces ignobles calomnies de L214 !


Linna
14 septembre 2009 - 0 h 00 min

Je ne peux que réagir à la phrase de lupus : »Méfions-nous des mangeurs de viande. Leur cruauté et leur appétit sont sans limite. »

Je suis révoltée de lire de tels propos. Les pratiques dans les abattoirs me retournent le coeur (dans tous les sens du terme) et je ne cesserai de relayer les informations sur le sujet dans mon entourage mais je REFUSE catégoriquement de traiter ceux qui mangent de la viande comme s’ils étaient des parias ou des criminels dangereux!
Encore une fois je le redis, ce sont des paroles comme celles tenues par lupus qui discréditent ceux qui militent sur terrain pour que de telles pratiques cessent et ceux qui militent pour une consommation réfléchie et raisonnable.

Ces propos anti mangeurs de viandes sont tous aussi méprisables que ceux qui viennent présenter l’avortement comme un crime dans le sujet des abattoirs! Mélange des genres et extrémisme qui discrédite la cause à défendre. Répondre à l’excès par l’excès inverse n’est pas la solution.

Bens : je ne vous ai pas répondu car j’étais en vacances. Et je n’ai pas envie de débattre ici de l’avortement car ça n’est pas le sujet et de plus, les arguments des « antis » je les connais pour en avoir déjà pris connaissance.


Hervé1
17 septembre 2009 - 0 h 00 min

Je ne vois pas le problème, ne soyons pas hypocrites les images sont certes dures mais représentent un métier noble. Il faut bien des personnes qui exercent cette fonction et qui nous permettent de déguster des hamburgers et steaks. Et puis il faut relativiser, qui croyait vraiment que les vaches naissaient directement sous cellophane ?


rose
17 septembre 2009 - 0 h 00 min

Les gens qui ne peuvent pas se nourrir dans le monde le pourraient si on cessait de leur ôter les céréales de la bouche pour en engraisser nos bovins !
Pour ce qui est du bonheur de « déguster » un hamburger ou un steak, je crois qu’il existe des bonheurs qui lui sont supérieurs — celui, par exemple, de déguster un aliment sain, frais, destiné aux humains, sans en avoir les mains le coeur l’estomac et la conscience emplis de sang, de toxines, de dégoût et de remords, conscient ou inconscient (ce qui est plus grave). Croyez-en du moins une ex-viandarde impénitente issue de la campagne avec bêtes et pesticides, etc.

Il n’est pas question du reste de fustiger le personnel des abattoirs ni aucune autre personne de cette chaîne de la mort, si ce n’est le commanditaire de tout cela : l’acheteur. C’est lui qui paie pour que ces horreurs se perpétuent, lui seul qui finance cette industrie de la torture ; mais même lui est presque aussi pitoyable que ses victimes. Plus souvent ignorant que véritablement cruel, il n’est qu’une désespérante illustration de la « banalité du mal ».


calonec
16 octobre 2015 - 16 h 57 min

Plus de 30 ans qu’en toute conscience et réflexion je suis végétarienne. Et des
familles entières le sont. Mais oui ! Je m’en porte très bien, elles s’en portent
très bien sans carences ! Des sportifs de très haut niveau, médaillés, sont
végétariens ! Le saviez-vous ? Quand à l’alimentation de ceux qui souffrent de
la faim dans le monde, les céréales que nous cultivons partout dans le monde
pour les animaux, manquent forcément à ces populations humaines. De plus l’élevage industriel participe très grandement au réchauffement de la planète
comme le souligne les experts. Et c’est facile à comprendre.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1343

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS