Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » L’Europe finance un projet minier désastreux en Afrique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Europe finance un projet minier désastreux en Afrique

Le 9 décembre dernier, l’organisation des Amis de la Terre, le réseau CTPD (1) et la coalition Counterbalance (2) ont publié un rapport accablant relatif au projet de la mine de Mopani, en Zambie. Intitulé « Projet Mopani : l’Europe au cœur d’un scandale minier », celui-ci met en lumière les intérêts des divers actionnaires, assouvis au détriment des populations locales et des préoccupations environnementales. Cette étude fait suite à deux missions effectuées en Zambie, respectivement en mars 2009 et août 2010.

En février 2005, la Banque Européenne d’Investissements (BEI) (3) investit 48 millions d’euros dans la mine de cuivre de Mopani, en Zambie. Privatisée, celle-ci est actuellement gérée par le consortium Mopani Copper Mine (MCM), dont l’actionnaire principal est l’entreprise suisse Glencore. Mais le bilan à tirer du projet minier s’avère déplorable. Outre que MCM ne contribue quasiment pas au budget de la Zambie, la mine de Mopani se révèle être un désastre social et environnemental. Les populations locales doivent faire face à une précarisation du travail et des agriculteurs sont expulsés de force. Au niveau environnemental, les eaux sont contaminées à l’acide sulfurique, l’air est pollué par le dioxyde de soufre, et la production massive de déchets a « des conséquences sanitaires lourdes sur la santé des riverains ». A l’époque où les mines étaient gérées par la compagnie d’exploitation ZCCM, l’entreprise minière assurait tous les services publics dans les communautés voisines (hôpitaux, écoles, entretiens des infrastructures…). Après la privatisation, les entreprises privées délaissent la plupart de ces services sociaux, lesquels ne sont pas repris par l’Etat.

Selon Savior Mwambwa, directeur de l’ONG zambienne CTPD, MCM profite du fait que le gouvernement zambien n’a pas les moyens de contrôler ses activités pour rester très opaque sur sa production. Le consortium prétend même ne pas faire de profits, ce qui lui permet d’être exempt d’impôts. Nombreuses sont les compagnies minières à suivre cet exemple en Zambie. Ainsi, selon la Zambian Revenue Authority (ZRA), sur 12 compagnies minières, une seule paie l’impôt sur les bénéfices. Les autres déclarent ne jamais avoir fait de bénéfices « au sens de la législation fiscale en vigueur » dans le pays.

Anne-Sophie Simpere, chargée de campagne Responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la Terre, résume la situation en ces termes : « La BEI a utilisé des fonds européens pour le développement afin de soutenir des multinationales richissimes dont l’objectif prioritaire est la maximisation du profit (…) ».

Depuis 2000, la BEI a signé pour 650 millions d’euros de prêts à des mines en Afrique. En

Zambie, plus de 80 % des financements de la BEI sont allés au secteur minier entre 2000 et 2007. Pourtant, malgré cette prétendue aide au développement, 68 % de la population zambienne vit sous le seuil de pauvreté. Aujourd’hui, les Amis de la Terre demandent aux Etats européens, actionnaires de la BEI, d’adopter un moratoire sur les financements de la Banque dans le secteur minier.

Cécile Cassier
1- Centre for Trade and Policy Development est un réseau de 12 ONG zambiennes travaillant sur le commerce et le développement

2- Conterbalance est une nouvelle coalition européenne d’ONGs travaillant dans les secteurs du développement et de l’environnement qui vise à réformer la Banque européenne d’investissement.

3- Créée par le Traité de Rome en 1958, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) est une institution peu connue et qui reste discrète alors qu’elle gère en 2009 un portefeuille de prêt de 79 milliards d’euros. Ses actionnaires sont les Etats membres de l’Union européenne, qui contribuent à son capital. Les orientations de la Banque sont décidées par les ministres des Finances européens. La France fait partie des quatre plus gros actionnaires de la BEI, avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 15 décembre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jean3357
19 décembre 2010 - 0 h 00 min

Ecrivons à Christine Lagarde pour protester contre cette initiative de la BEI.
C’est notre argent, après tout !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
53

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS