Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » L’avenir des baleines se joue actuellement en Alaska
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’avenir des baleines se joue actuellement en Alaska

Depuis lundi, en Alaska, 75 pays sont réunis pour débattre de l’opportunité, ou non, d’une levée du moratoire sur la chasse à la baleine. En effet depuis 1986, les baleines ne peuvent plus faire l’objet d’une chasse commerciale, mais si certaines espèces ont vu leur population se reconstituer, la plupart des grands cétacés ne se sont toujours pas remis de l’exploitation abusive dont ils ont été victimes.

Néanmoins, alors que les géants des mers doivent faire face à la pollution chimique (stérilité, cancer…) et sonore (échouage) des océans, l’Islande, le Japon et la Norvège continuent chaque année de tuer des centaines de cétacés, que cela soit pour de pseudo-raisons scientifiques ou pour des raisons commerciales.

Les spécialistes s’attendent donc une nouvelle fois à ce que la réunion de la commission baleinière internationale (CBI) soit houleuse, les 3 pays précédemment cités œuvrant à faire tomber le moratoire. Si celui-ci ne sera très probablement pas remis en cause, du moins cette fois, les opposants progressent sérieusement avec à leur tête le Japon. En juin 2006, ils avaient d’ailleurs remporté une victoire symbolique avec l’adoption, par 33 voix contre 32, d’un texte stipulant que le moratoire de 1986 n’est plus nécessaire et que les baleines constituent une menace pour les stocks de pêche. Bien que ce vote n’atteigne pas la majorité qualifiée de 75 %, nécessaire à la levée du moratoire, il avait à l’époque sonné comme une vigoureuse alerte pour les opposants à la chasse.

Ainsi, aujourd’hui, 2 jours après l’ouverture de la 59e CBI, on enregistre un durcissement du ton. Le Comité Scientifique de la commission a noté qu’il y avait ‘peu de motivation’ de la part du Japon pour produire les données rassemblées lors de son programme de pêche à la baleine et que les quelques données présentées, ‘ont peu de valeur réelle.’ En conclusion, pour le Comité, ‘…il est tout à fait clair à l’examen de JARPA (le programme de recherche Japonais : Japan’s research in the Western North Pacific, N.D.L.R.) et des discussions du Comité que l’implication du programme de JARPA qui a duré 18 ans et tué 6 796 baleines, a peu ajouté à notre compréhension de la biologie du petit rorqual (baleine de Minke) ou à l’écologie.’

Malgré cela, si le Japon réussit de nouveau à réunir une petite majorité autour de ses propositions, il pourrait, sans remettre fondamentalement en cause le moratoire, changer les procédures de protection des baleines au profit d’une écriture plus favorable aux partisans de la pêche. Par exemple, à l’image du renouvellement quinquennal des quotas de chasse aborigène de subsistance, sujet majeur de la réunion en cours à d’Anchorage, qui ne requière qu’une majorité simple, le Japon pourrait solliciter la création d’une catégorie de chasse côtière supplémentaire.

Néanmoins, plusieurs pays (1) ont d’ores et déjà annoncé que si certaines populations, notamment en Alaska, en Sibérie et au Groënland, ont besoin de pratiquer la chasse à la baleine pour satisfaire leurs besoins traditionnels, culturels et nutritionnels, le Japon n’en a aucunement besoin. A ce titre, ils soutiendront les dérogations de chasse aborigènes, mais devraient s’opposer, comme le déclare le ministère de l’écologie français ‘…à la chasse dite scientifique pratiquée par certains pays comme le Japon alors qu’il est désormais reconnu que les recherches scientifiques peuvent être menées sur des baleines sans les tuer.’

Pascal Farcy
1- Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Brésil, Croatie, Chypre, Equateur, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Grèce, Slovénie

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
fée
31 mai 2007 - 0 h 00 min

Celui qui a vu comment se passait la chasse a la baleine
ne peut éprouver qu une profonde répugnance devant de telles pratiques. Il nous faut barrer la route a ceux qui les encouragent. Greenpeace a mené une fois de plus une action au plan mondial pour une interdiction de cette peche barbare. Il nous reste encore l espoir!!!


VPV
10 juin 2007 - 0 h 00 min

Quand Greenpeace ne fait que des pseudo manifestations qui ne servent pas à grand chose, Sea Shepherd agit vraiment.
Depuis 1974, Sea Shepherd, fondée par le co-fondateur de Greenpeace lui-même : Paul Watson, se bat pour protéger ce magnifique monde marin en danger et s’oppose physiquement aux baleiniers illégaux et autres destructeurs du monde marin. Il protège les Galapagos, les dauphins au Japon… Découvrez-les sur http://www.aves.asso.fr/article.php3?id_article=82 et sur http://www.seashepherd.org/
et une antenne française de cette association existe !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
71

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS