Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Grenelle Environnement : groupe  »Des modes de développement écologiques favorables à la compétitivité et à l’emploi »
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grenelle Environnement : groupe  »Des modes de développement écologiques favorables à la compétitivité et à l’emploi »

Avec la présence des syndicats de salariés, de patrons et des organisations de défense du consommateurs, ce groupe fait des propositions qui ne font pas forcément l’unanimité et souvent accompagnées de réserves. Plusieurs des mesures avancées sont redondantes avec celles des autres groupes, démontrant ainsi la nécessité d’une approche globale.

A) Améliorer et mieux diffuser les indicateurs de développement durable

1. Elaborer des indicateurs agrégés de développement durable tels que le PIB vert, l’empreinte écologique ou le capital public naturel.

2. Mettre en place et diffuser au Parlement et auprès du public un tableau de bord d’indicateurs de développement durable de la Nation.

B) Donner une information écologique sur les produits et les services

1. Généraliser les informations environnementales présentes sur les produits et services.

2. Rendre plus visibles les actes et achats éco-responsables ; développer l’éducation et la formation aux achats éco-responsables, dans la sphère publique comme dans la sphère privée ; amplifier les campagnes de mobilisation sur l’énergie, les déchets et l’éco-consommation.

3. Constituer un observatoire pour améliorer la connaissance des impacts sur l’environnement et la santé des matières et des produits (pas de consensus sur cette proposition à cause du MEDEF (1)).

C) Promouvoir une publicité responsable

1. Encadrer plus strictement la publicité au regard du développement durable.

2. Passer d’une logique d’autorégulation à une logique de corégulation de la publicité pour mieux garantir des publicités respectueuses de l’environnement. Pour cela les associations de consommateurs et associations de protection de l’environnement devraient être associées aux travaux du BVP.

D) Mobiliser les outils économiques en faveur de l’environnement

1. Evaluer l’impact environnemental des outils économiques existants, qu’il s’agisse des aides publiques, des subventions, des dépenses fiscales ou des dotations aux collectivités territoriales.

2. Réduire, en l’absence d’un accord international significatif sur la réduction des émissions de CO2, les risques de fuite d’émission de gaz à effet de serre et de pertes de compétitivité via un ajustement aux frontières.

3. Mettre en place une Contribution Climat-Energie sous la forme d’une taxe intérieure sur les émissions de carbone, pour les secteurs qui ne sont pas couverts par le marché de quotas européen de CO2.

4. Mieux incorporer dans les prix les caractéristiques environnementales liées à la production et l’utilisation des produits.

E) Mettre en place une tarification efficace des nuisances liées aux transports

1. Revoir les valeurs des différentes externalités (pollution, effet de serre, congestion, biodiversité, …) utilisées dans les calculs de rentabilité socio-économique.

2. Mettre en place un péage kilométrique poids lourds sur le réseau routier national non concédé, sous la forme d’une taxe établie en fonction des caractéristiques techniques du véhicule utilisé : nombres d’essieux, poids total à charge, niveau de pollution (selon les normes de pollution européenne) et du nombre de kilomètres parcourus (la fédération nationale des transporteurs routiers y est opposée).

3. Mettre en place une éco-pastille modulée sur les émissions CO2 des voitures, avec un système de bonus/malus. Le bonus serait, par exemple, accordé aux véhicules de classe A ou B, serait nul pour les véhicules de classe C et un malus serait imposé aux autres véhicules. Le bonus aurait une durée limitée alors que le malus porterait sur la durée de vie du véhicule. Elle aurait un effet incitatif sur le renouvellement du parc automobile.

F) Favoriser la recherche et le développement des technologies favorables à l’environnement

1. Mener une politique ambitieuse en matière de recherche-développement pour les innovations éco-responsables, en mettant l’accent sur la phase de transition vers l’industrialisation.

2. Stimuler les projets de recherche visant à évaluer les impacts socio-économiques des politiques environnementales, en particulier leurs incidences sur la compétitivité, le pouvoir d’achat et l’emploi.

3. Mettre en place au sein de l’ADEME un fonds de soutien au développement de technologies éco-responsables. Le soutien pourrait porter dans un premier temps sur les projets de captage du CO2, les carburants d’origine végétale de 2ième génération et les petits véhicules urbains propres.

4. Mieux former et motiver les acheteurs publics à l’achat éco-responsable et mieux former les agents publics à l’éco-utilisation.

G) Promouvoir une économie circulaire et de fonctionnalité

1. Faire mieux connaître les premières expériences déjà engagées en matière d’économie de fonctionnalité.

2. Faciliter le développement d’une économie de fonctionnalité, en généralisant notamment les informations sur l’impact environnemental des produits (bilan carbone, analyse du cycle de vie ou empreinte écologique) et la possibilité de moduler la fiscalité en fonction de cet impact.

3. Promouvoir une véritable économie circulaire notamment en systématisant les analyses des flux de matières à l’échelon des territoires.

H) Sensibiliser et former à l’écologie et au développement durable

1. Développer et renforcer les actions d’éducation et de sensibilisation à l’écologie et au développement durable, à l’école, au collège et au lycée.

2. Généraliser l’enseignement de l’écologie et du développement durable dans les filières professionnelles et supérieures.

3. Mobiliser les outils de la formation tout au long de la vie pour accompagner les transitions professionnelles liées au développement durable.
Pascal Farcy

1- Mouvement des entreprises de France.

2- Télécharger le rapport du groupe de travail numéro 6

3- Présentation et calendrier du Grenelle de l’Environnement

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 septembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
VB91
29 septembre 2007 - 0 h 00 min

Il me semble que de nombreux actes de consommation visent à donner une plus-value d’image à leurs auteurs et n’ont aucune motivation rationnelle. Ainsi par exemple du choix d’un 4X4 pour rouler sur le bitume, ainsi du renouvellement éfrennée des garde-robes, ainsi des voyages aériens aux confins du globe, ainsi de nombreux loisirs polluants… Pour que nos enfants puissent simplement vivre, nous devrions tous vivre plus simplement; dans l’état actuel des choses et des techniques, le facteur 2 sur les émissions de GES n’attend que notre volonté de le réaliser, alors compter sur les pouvoirs publics pour faire l’effort à notre place c’est tout bonnement refuser nos responsabilités. Pourquoi ne pas essayer de voir notre propre valeur, la développer, et vivre dans le regard des autres en se débarrassant de toutes les prothèses que sont les objets de consommations? Le plus important dans la vie une fois les nécessités biologiques assurées n’est il pas le regard de l’être aimé?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS