Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Grenelle Environnement : groupe  »Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance »
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grenelle Environnement : groupe  »Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance »

Un groupe particulièrement surveillé par les associations, avec des postes dans les différentes instances, et donc des subventions de fonctionnement à la clé. Alors que chacun s’accorde à reconnaître la nécessité de davantage de transparence et de souplesse de fonctionnement, ce groupe fait de nombreuses propositions visant à démultiplier les commissions, délégations et autres structures sur le thème du développement durable pour toujours plus d’expertises et quasiment pas d’engagements concrets.

A) Institutions – Etablir les bases d’une démocratie écologique

1. Reconnaissance des partenaires environnementaux, notamment en définissant les institutions accueillant les ONG environnementales selon leurs statuts.

2. Réformer le Conseil économique et social, pour qu’il joue son rôle de représentation et de contribution de la société civile.

3. Faire valider par le Parlement une stratégie nationale pour assurer la gouvernance et la cohérence de toutes les politiques vis à vis du développement durable

4. Mettre en place des Commissions parlementaires de l’environnement et du développement durable.

5. Développer la démarche de débat public.

6. Systématiser les études d’impact de durabilité, notamment en les associant en préalable à chaque projet de loi.

B) Les décisions publiques – gouvernance, expertise et participation citoyenne à la décision publique

1. Etablir la production et la garantie de l’accès à l’information environnementale comme une politique publique en soi avec l’établissement d’une instance nationale d’orientation de l’information environnementale et en rendant, entre autres, systématique la mise en ligne de l’information publique sur l’environnement.

2. Assurer l’accès aux expertises, en assurant leur transparence, le partage du savoir et leur pluralisme, et en développant la recherche appropriée, en définissant une charte nationale de l’expertise pour le développement durable.

3. Instituer une haute autorité indépendante de médiation des conflits sur l’expertise et l’alerte.

4. Assurer l’essor des institutions et instaurer des mécanismes territoriaux de participation ayant vocation à intégrer le développement durable aux différentes échelles de territoires. Pour cela il est notamment proposé une loi sur la gouvernance territoriale clarifiant les compétences en matière de développement durable et le développement des agendas 21 au niveau des collectivités.

5. Un Etat eco-responsable, avec la réalisation par les organismes publics de leur bilan écologique et en formalisant des stratégies de développement durable, tout en renforçant la commande publique d’éco-produits.

C) Intégration du Développement durable et éco-responsabilité des acteurs privés

1. Renforcer le développement durable dans la stratégie et le « gouvernement » des entreprises, avec comme principales mesures d’inclure dans la typologie des risques présentés au Conseil d’administration ceux relatifs aux facteurs ESG (environnement, social et de gouvernance) et en introduisant la responsabilité des dommages environnementaux et sociaux commis à l’étranger.

2. Intégrer le développement durable dans les instances de dialogue et de négociation de l’entreprise en associant notamment les instances de représentation du personnel à l’élaboration des rapports de développement durable et en encourageant la création de commissions correspondantes.

3. Assurer que l’information sur les acteurs et sur les produits favorise les comportements éco et socialement responsables et valoriser les bonnes pratiques, en développant l’étiquetage environnemental et social des produits (élaboré sur la base de référentiels rigoureux et transparents) et en instaurant des « labels d’entreprises responsables » ouvrant la voie à des avantages.
Pascal Farcy

1- Télécharger le rapport du groupe de travail numéro 5

2- Présentation et calendrier du Grenelle de l’Environnement

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Yvan Bachaud
23 octobre 2007 - 0 h 00 min

Bonjour,
Comment se fait il que alors que 82 à 88% des Français sont favorables au principe du référendum d’initiative citoyenne et encore 68 à la demande de 500.000 personnes le RIC n’est pas dans les propositions des associations représentant les citoyens?
- 68% des Français sont pour « Le référendum d’initiative populaire, qui pourrait être
demandé par 500 000 signatures de citoyens » ( BVA du 11 07.2007 pour le Figaro/LCI )
http://www.bva.fr/data/sondage/sondage_sondage/589/sondage_fichier/fichier/rapportraformeinstitutionstd915_623e3.pdf
Il y a une baisse car la modalité est précisée et que le chiffre de 500.000 a pu écarter des oui qui le considère trop élevé et d’autre faible. Cette modalité est mauvaise.

Les deux finalistes de la présidentielle le disent:

- N.SARKOZY, le jour de son investiture a déclaré que le Français est: « un citoyen qui ne veut pas renoncer,(…), ne veut plus que l’on décide à sa place, que l’on pense à sa place“. Mais pour cela il doit disposer du RIC…

- S.ROYAL, après des milliers de rencontres avec les citoyens, dressait le bilan sur son site « Désirs d’avenir » et présentait plus de cent propositions.
On pouvait lire :
« Une nouvelle présidence »
Remontée des débats
Les citoyens veulent prendre la parole plus souvent et plus directement pour décider eux-mêmes.(…) »

C’est la définition même du référendum d’initiative citoyenne…
YVAN BACHAUD



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS